Écrire et être lu

Prenez en main votre vie d'auteur

Mois : mars 2019

Faire évoluer son cerveau pour avoir des idées

Développer son cerveau pour devenir plus créatif. C’est un objectif qui ne devrait pas intéresser que les créateurs et les artistes comme les auteurs, mais tout le monde. La créativité est la base de ce qui fait de nous des êtres humains. C’est grâce à elle que notre espèce a survécu au monde sauvage qui l’entourait à l’aube de l’humanité. Enfin, elle reste ce qui nous différencie encore des machines et de l’Intelligence Artificielle toujours plus perfectionnée.

Pour un auteur, la créativité est vitale. C’est notre outil de travail. Comme un forgeron ne peut pas travailler sans marteau, nous ne pouvons pas trouver d’idée sans créativité. Comment dérouler notre intrigue, inventer un passé à nos personnages, faire surgir des rebondissements, tout vient de là. Nous évoluons tranquillement dans notre environnement, nous observons un phénomène A, puis un phénomène B, nous faisons le lien entre les deux et BING ! Une idée. C’est aussi simple que cela… à condition que notre cerveau fasse le fameux lien.

Certaines personnes, comme l’auteure Elizabeth Gilbert, voient dans la créativité et l’inspiration un phénomène qui tient de la magie pure. C’est ce qu’elle explique et développe dans son excellent livre « Comme par magie », qui fera l’objet d’un article très prochainement. D’autres, sans doute plus nombreux, expliquent la créativité à travers un processus neurologique et des explications plus scientifiques. C’est de cette vision qu’il est question aujourd’hui.

Quel que soit votre avis sur la question, développer votre créativité ne peut que vous intéresser. Surtout quand il est possible de le faire par des actions aussi simples et concrètes que celles qui suivent.

Lire la suite

[Un Plan Marketing pour Auteur]

Lorsque je me suis lancé dans l’écriture d’un roman avec l’auto-édition dans mon viseur, je savais que je devrais être plus qu’un auteur. J’allais devoir être mon propre éditeur, comprendre les rouages de la publication, maîtriser la réglementation et surtout… surtout, vendre mon livre à travers des techniques de marketing que je m’étais efforcé de mépriser jusque-là.

Car, moi aussi, j’ai grandi avec cette vision romantique et ringarde de l’écrivain. Celle du poète maudit qui ne vit que pour écrire et qui préfère se fermer à cette dégradante société de consommation pour s’abandonner aux affres de la création. Je voulais que mon œuvre soit reconnue pour ce qu’elle est, et non parce qu’un commercial de supermarché aux dents blanchies l’aurait vendu de force à une octogénaire trop gênée pour refuser. Je voulais que l’art et le beau triomphent de la manipulation mentale et du matraquage médiatique.

Sauf que…

… quand on s’est échiné à écrire un bouquin.

… à bosser dessus pendant des jours et des mois.

Ben… on aimerait bien qu’il soit lu.

(enfin, je veux dire, par quelqu’un d’autre que sa maman)

Devant l’offre gigantesque et grandissante de livres à sa disposition, le lecteur lambda n’a pas plus de raison de choisir votre livre que celui du voisin. Pourquoi porterait-il son attention sur le premier roman d’un parfait inconnu s’il n’a même pas conscience que ledit bouquin existe ? Ce serait au lecteur à venir vous chercher ? vous et pas un autre ? Quelle raison aurait-il de faire cela ? Aucune, même si vous êtes le nouveau Victor Hugo.

J’ai donc très vite compris que le marketing n’était pas la monstrueuse Hydre à sept têtes que j’imaginais, et que :

  1. Il est indispensable pour espérer toucher un lectorat,

  2. Il peut être pratiqué avec intelligence et bienveillance. Sans manipulation mentale et sans matraquage.

Alors, je me suis mis aux techniques de marketing. J’ai lu livres et articles, écouté des podcasts, visionné des vidéos et, surtout, j’ai mis en pratique ce savoir et je me suis fait ma propre expérience sur la question. Expérience dont je vous ai fait part lors du bilan de mon challenge.

Qu’ai-je retenu de tout cela ?

Lire la suite

Les 7 éléments d’un bon site auteur

Dans l’article « Les 5 raisons d’avoir un site auteur », je vante les avantages incontestables de ce média sur les pages auteurs que l’on voit fleurir sur Facebook ou autres réseaux sociaux.

Quand la plupart des auteurs auto-édités pensent à la façon de vendre leur livre, ils pensent à la promotion sur les réseaux sociaux, à des chroniques sur des blogs, voir à l’organisation de séances de dédicace en librairie ou pendant des salons. Ces actions peuvent se montrer très efficaces, mais elles ont toutes un défaut majeur : elles ont un impact sur le court terme.

Vous faites une publicité Facebook et vendez une dizaine d’exemplaires grâce à elle. Super ! C’est toujours ça de gagné. Et après ? Vous devrez refaire une publicité lors de votre prochaine promotion, ou à la sortie de votre prochain livre consacrant à nouveau du temps et de l’argent à une promo qui n’a aucune garantie de succès.

Bien sûr, il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Ces actions ne doivent pas être mises au rebut, car elles ont leur avantage. Mais vous disposez d’un levier plus efficace et moins coûteux grâce à votre site auteur.

Pour cela, vous devez considérer votre site auteur comme l’épicentre de votre stratégie de communication, comme la vitrine de votre librairie personnelle. C’est vers lui que doivent atterrir tous ceux qui ont entendu parler de vous en bien ou qui ont tapé votre nom dans Google. C’est une machine qui parle de vous et de vos livres 24 h/24 et 7 j/7.

Lire la suite

Définition : la publication à compte d’éditeur

Chaque mercredi, j’explique et décortique pour vous un terme ou un concept en lien avec l’écriture, la publication et la promotion de livre.

Cette semaine : la publication à compte d’éditeur

Lire la suite

Comment vaincre le trac pendant une séance de dédicace

C’était un magnifique samedi matin du mois de mars, et je me trouvais devant le magasin Cultura de Carcassonne. J’allais y passer la journée pour dédicacer mon livre « Charlie et le magicien invisible ». J’avais tout le matériel nécessaire pour passer cette journée très spéciale : des exemplaires de mon livre bien sûr, de quoi manger, boire, des stylos, des marque-pages, etc. mais j’avais aussi quelque chose qui n’était pas sur ma liste : le trac.

Oui, j’avais les chocottes, la trouille, les genoux qui tremblent, j’avais peur quoi !! Et c’est complètement normal puisque c’était la première fois que j’allais faire une chose pareille. J’allais être assis dans un magasin, au milieu de gens qui n’étaient pas spécialement venus pour me voir, et cela allait être à moi d’aller vers eux, de les aborder, de leur parler de mon livre et de les convaincre gentiment de l’acheter. Autant être franc, aborder des inconnus, ce n’est pas quelque chose que j’ai l’habitude de faire. J’allais donc devoir sortir de ma zone de confort et ça… ça fait peur.

La bonne nouvelle, c’est que j’ai plus de dix ans de théâtre amateur derrière moi, et donc le trac d’avant-scène, je connais ça très bien. J’ai aussi des compétences en développement personnel puisque je suis praticien en Programmation Neuro Linguistique (PNL). Or il existe d’excellentes techniques pour diminuer ses émotions négatives comme le trac, et se sentir plus à l’aise.

À moins que vous ne soyez un commercial expérimenté qui a l’habitude d’apostropher les gens dans la rue ou dans les magasins pour leur proposer vos services, vous serez sans aucun doute sujet au trac. Je vous propose une de ces techniques pour vous en débarrasser. Elle s’appelle le désancrage émotionnel.

Lire la suite

Définition : l’édition à compte d’auteur

Chaque mercredi, j’explique et décortique un terme ou un concept en lien avec l’écriture, la publication et la promotion de livre.

Cette semaine : l’édition à compte d’auteur.

Lire la suite

10 conseils d’écriture de Stephen KING

Il y a des auteurs qui bouleversent l’humanité par la beauté de leur prose et il y a ceux qui touchent leur public au cœur en le faisant vibrer, pleurer ou trembler. Ceux de la deuxième catégorie ne valent ni mieux ni moins que ceux de la première. Ils apportent juste quelque chose de différent au monde.

Stephen King, même s’il a déjà reçu de nombreuses récompenses prestigieuses (la dernière en date est celle de Pen America, en 2018) fait partie de ces auteurs qui ne sont pas assez chics pour être affichés dans le gotha culturel. Au cours d’un cocktail mondain, il vaut mieux s’enorgueillir d’avoir lu un mauvais Goncourt plutôt qu’une perle de la littérature fantastique, ça fait plus chic.

Il le dit lui-même, il lui a fallu attendre la quarantaine pour ne plus avoir honte de ses propres romans. Professeurs et critiques ont fait la queue toute sa vie pour lui faire savoir à quel point il était dommage qu’il gaspille son talent pour écrire « des bêtises pareilles ».

« Il y aura toujours quelqu’un pour essayer de vous faire croire que vous êtes un minable, c’est tout. »

Il y a cependant une chose incontestable à son sujet, c’est son succès populaire. Le nombre des livres qu’il a vendus se compte en millions et chacune de ses sorties est un événement. Alors quand un artiste comme celui-là écrit un mémoire sur sa vision du métier d’écrivain et sa méthode pour inventer des histoires, la moindre des choses qu’on puisse faire, c’est de le lire.

Image cliquable – lien affilié

Lire la suite

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén