6 secrets pour rédiger une newsletter efficace

6 secrets pour rédiger une newsletter efficace
Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rédiger une newsletter est l’action permettant de se construire une communauté de lecteurs  à la fois la plus efficace et la plus sous-utilisée par les auteurs autoédités.

Paradoxal, non ? Et pourtant vrai.

Si vous fréquentez la communauté des auteurs autoédités depuis quelque temps, vous vous êtes constitué un carnet d’adresses composé d’autres auteurs.

Vous savez sans doute que ces auteurs autoédités ont une page Facebook, un compte Instagram, peut-être une chaîne YouTube ou, plus rarement, un podcast.

Mais combien se donne la peine de rédiger une newsletter? point ou presque.

Après plusieurs années passées à côtoyer des dizaines d’auteurs, à échanger avec eux et à les coacher… ceux qui ont rédiger une newsletter et la tiennent à jour régulièrement se comptent sur les doigts d’une main.

Alors pourquoi un tel désamour de la newsletter ?

D’après moi, le désintérêt des auteurs autoédités pour la newsletter tient en trois facteurs.

1 — Sa discrétion

En effet, une campagne d’email ne brille pas par sa visibilité.

Elle n’est pas mise en avant par l’algorithme d’un réseau social et n’est pas soumise à un vote immédiat de popularité avec un pouce levé ou un commentaire rapide.

En bref, rédiger une newsletter ne flatte pas l’ego.

2 — Elle est difficile à mettre en place

Qui dit « campagne email », dit « email ».

Pas d’adresse email, pas de newsletter. C’est aussi brutal et simple que cela.

Rédiger une newsletter passe donc immanquablement par la constitution d’une liste d’email partant du niveau de la mer pour s’élever vers de plus hauts sommets (en tout cas on l’espère).

Or cette étape de constitution d’une liste email est plus difficile à mettre en place que la création d’une page sur un réseau social ou d’une chaîne YouTube, car elle comprend une partie plus technique qui fait peur.

Beaucoup pensent que, pour créer son site internet et monter une liste email, il faut posséder des compétences d’informaticien.

Je peux vous affirmer que c’est faux.

(Lisez l’article « Comment créer sa liste email »)

3 — Elle passe pour Has Been

Le concept de Newsletter n’appartenant à aucune société, elle ne bénéficie pas de campagne de publicité et de communication comme les grands réseaux sociaux qui font tout pour se mettre en avant.

Facebook veut que vous utilisiez Facebook, car son chiffre d’affaires en dépend. La plate-forme fait donc tout son possible pour vous attirer chez elle, comme le font YouTube, Twitter ou TikTok. C’est leur business.

En revanche, personne ne se bat pour la newsletter, car l’email n’appartient à personne.

Il est donc facile de la considérer comme vieillotte comparativement à tous les nouveaux gadgets pleins de paillettes qui sortent régulièrement (story, reel, live, etc.)

Elle n’a pourtant rien perdu de son efficacité malgré le temps qui passe.

Mais pourquoi faire une newsletter ?

La newsletter a le même but qu’un podcast, une page Facebook ou des vidéos sur YouTube : construire et fédérer une communauté autour de vos livres.

(Lisez l’article : « Comment fidéliser vos lecteurs »)

Je ne dirai pas qu’il vous faut absolument rédiger une newsletter plutôt qu’un podcast, une chaîne YouTube ou quoi que ce soit d’autre.

Le média que vous utilisez pour construire votre communauté doit vous plaire et vous ressembler.

Vous devez prendre du plaisir à partager votre vie d’auteur et votre expérience pour que vos lecteurs ressentent ce plaisir et vous rejoignent.

Pour autant, il faut savoir que la plupart des auteurs qui ont construit une communauté autour de vidéo ou de podcast… ont aussi une newsletter.

Elle n’est alors pas aussi centrale que pour un auteur dont c’est l’unique moyen de communication, mais reste néanmoins présente pour permettre ce que les autres médias peinent à atteindre :

Touchez les lecteurs dans leur intimité

Une publication Facebook ou Instagram n’est qu’une publication parmi des centaines d’autres sur un fil d’actualité tellement dense qu’on en loupe chaque jour plus des trois quarts.

Les vidéos YouTube, comme les podcasts, sont des émissions publiées sur une plate-forme qui attendent que le lecteur les trouve et s’y abonne.

La newsletter est envoyée directement au lecteur. C’est un message qu’il a demandé expressément et qu’il reçoit directement sur sa boîte email, chez lui.

Comme le disait France Gall : « C’est peut-être un détail pour vous, mais pour lui ça veut dire beaucoup. »

Ce détail change totalement la relation entre le lecteur et le message que vous lui passez. Ce n’est pas lui qui doit venir à vous, mais vous qui venez à lui, et il vous accueille chez lui, comme un ami.

La newsletter permet de rencontrer les lecteurs dans leur intimité
Image par Jill Wellington de Pixabay

Mettez en avant votre expertise d’auteur

Vous êtes auteur, et un auteur… ça écrit.

Alors oui, beaucoup de personnes préfèrent écouter la radio ou regarder des vidéos parce que c’est plus pratique ou plus ludique… mais votre cible, ceux à qui vous voulez vendre vos livres, sont des lecteurs.

C’est un point crucial, surtout si vous écrivez de la fiction.

Les auteurs de non-fiction ont plus de latitude pour distribuer leur contenu, car nous sommes moins exigeants sur la qualité de la forme quand on veut apprendre quelque chose de pratique.

Si je veux savoir comment déboucher mon évier, je me fiche que le prof sache écrire comme Marcel Proust. Je veux juste qu’il me montre ce que j’ai besoin de savoir.

En revanche, si je veux me distraire avec une bonne histoire, je recherche non seulement un récit bien construit, mais également un style d’écriture fluide et esthétique.

Si vous voulez montrer votre savoir-faire en la matière, une newsletter est le média idéal, mais vous pouvez également…

Créez du trafic vers votre site internet

Le site internet d’un auteur est sans aucun doute la meilleure vitrine à laquelle il puisse aspirer.

Il peut publier ce qu’il veut, quand il veut et, en dehors des règles de référencement Google, il n’a de compte à rendre à personne.

(Lisez l’article : « Les 3 types de sites auteur : comment choisir »)

Son site auteur est également la meilleure porte d’entrée pour inciter les lecteurs à s’abonner à son site et pour acheter ses livres.

Autant dire que l’on a envie que beaucoup de personnes viennent dessus. Le trafic, c’est la vie !

Or, le gros avantage de rédiger une newsletter, c’est de pouvoir y insérer un lien qui ramènera le lecteur vers votre site auteur.

Un clic, un seul, et il y est.

Et là, j’entends plusieurs voix s’élever d’indignation :

« Sur les réseaux sociaux aussi on peut mettre des liens, et dans les descriptions des vidéos et des podcasts aussi. »

C’est tout à fait vrai, mais avec quelques nuances :

1 — Tous les réseaux sociaux suivent une règle immuable : ils ne mettent pas en avant les publications contenant un lien qui va les emmener ailleurs.

Les réseaux sociaux veulent que vous restiez chez eux, donc si vous insérez un lien vers votre site auteur dans une publication, l’algorithme la mettra moins en avant qu’une publication sans lien.

2 — Le chemin pour amener un lecteur là où on veut doit être le plus court possible. Afficher la description d’une vidéo pour ensuite cliquer sur le lien de votre site est donc plus compliqué et plus long que de cliquer sur un lien directement dans le contenu d’une newsletter.

“Les lecteurs sont-ils vraiment de telles feignasses ?”

Oui 🙂

Facilitez la vie de votre audience avec un chemin le plus court possible
Image par truthseeker08 de Pixabay

Les 6 secrets pour rédiger une newsletter efficace

À ce stade, si je ne vous ai pas convaincu de créer votre newsletter, je n’y arriverai jamais. Alors je passe directement à la suite, à savoir comment faire pour créer la vôtre.

SI vous voulez que votre newsletter soit lue, voire même attendue par vos lecteurs, vous devez vous imprégner de ces 6 règles incontournables.

1 — La Régularité

Oui, comme pour l’écriture d’un roman, la régularité est la clé.

Votre newsletter doit être plus qu’un nouvel email qui arrive sur leur boîte aux lettres. Ce doit devenir un rendez-vous que vos lecteurs ne voudront pas rater.

Si la newsletter d’ecrire-et-etre-lu part tous les dimanches matins à 6 h, ce n’est pas un hasard. J’ai choisi le dimanche, car, en règle général, les gens ont le temps de s’adonner à la lecture et que beaucoup d’entre vous la lisent en trainant au lit ou en prenant leur petit-dej.

  • Choisissez votre fréquence (quotidien, hebdo, mensuel),
  • Choisissez le jour et l’heure de diffusion (Premier lundi du mois, matin, soirée, etc.),
  • Tenez-vous-y.

Il vaut mieux envoyer une newsletter mensuelle et s’y tenir que d’essayer d’en envoyer une par jour et passer à côté la moitié du temps.

2 — Donner de la valeur aux gens

Posez-vous la question : pourquoi mes lecteurs voudraient-ils lire ma newsletter ?

Il y a des auteurs qui n’envoient un email que lorsqu’ils ont quelque chose à vendre. Cette pratique revient à coller un prospectus de plus dans une boîte aux lettres déjà pleine à craquer. Qui a besoin de publicité supplémentaire aujourd’hui ? Personne.

A la place, posez-vous la question de ce que votre newsletter va leur apporter. Quelles informations vont-ils apprendre ? Quel plaisir vont-ils en retirer ?

Pour répondre à cette question, vous devez préalablement savoir qui sont vos lecteurs. Pour cela, je vous invite à lire l’article « Comment cibler ses lecteurs ».

Une fois que vous aurez déterminé qui ils sont, vous aurez plus de faciliter à trouver ce dont ils ont besoin : humour ? conseils ? rêves ? frisson ? recommandations de lectures ? découverte d’un genre ? Etc.

Quand vous aurez trouvé la réponse à cette question ESSENTIELLE : donnez le leur dans votre newsletter.

3 — Un email dont le lecteur est le héros

En emailing comme dans toute forme de communication, le storytelling est roi.

En racontant une histoire à travers votre newsletter, vous parlerez à vos lecteurs dans une langue qu’ils comprennent tous, et vous garantirez vos chances de les intéresser à votre message.

Il existe de nombreuses techniques de storytelling. Je ne les citerai pas toutes ici, mais en voici une qui a déjà fait la preuve de son efficacité.

Vous la reconnaitrez sans doute, car elle repose sur une structure d’histoire très connue : celle du voyage du héros de Campbell, démocratisée par Christopher Vogler.

D’abord, considérez que votre lecteur est le héros de votre histoire. Vous devez donc vous adressez à lui en utilisant le « tu » ou le « vous ».

Ensuite, déroulez le sujet de votre newsletter selon le plan détaillé dans l’infographie ci-dessous, et attribuez-vous le rôle de mentor.

Storytelling d'une newsletter

Exemple : Vous voulez inviter vos lecteurs à lire votre chronique sur le nouveau thriller de Robert Machin. Voici les grandes lignes pour rédiger une newsletter efficace en suivant les étapes du voyage du héros.

Situation initiale

Vous êtes un fan de thriller. Vous  aimez les romans avec du suspens, du sang et des courses-poursuites.

Élément déclencheur

Vous venez de terminer la lecture de votre dernier thriller. Vous vous êtes attaché aux personnages et vous êtes triste de les avoir quittés. Il vous faut trouver un nouveau roman à lire.

Le problème

Vous êtes tenté par le dernier roman de Robert Machin, mais votre dernière lecture était tellement bonne que vous avez peur d’être déçu.

Rencontre du mentor

Heureusement, je l’ai lu pour vous et je suis en mesure de vous dire ce que j’en pense.

Résolution du problème

Y’a-t-il assez de suspens ? Les personnages sont-ils énervants ou attachants ? Est-il sanglant sans être gore ? Je vous dis tout dans ma nouvelle chronique.

L’appel à l’action

Pour la lire, rendez-vous sur mon site en cliquant ici.

4 — Parlez à des amis

Vos lecteurs mangent du langage corporatiste tous les jours au travail. Processus, procédure, réunion, email pompeux… ils en ont marre (et moi aussi).

Ils ont un vrai appétit pour la sincérité, l’authenticité et la simplicité.

Quand ils ouvrent une newsletter, ils n’espèrent pas trouver un auteur prétentieux, mais un ami qui va leur parler les yeux dans les yeux en usant des mots qui ont du sens.

Alors, parlez-leur simplement. Soyez avec eux comme vous êtes avec vos amis, ni plus, ni moins. Ne cherchez pas à faire des phrases ou à paraitre plus cultivé que vous ne l’êtes.

S’ils doivent vous aimer, ils vous aimeront. Quant aux autres, ils iront voir ailleurs.

On ne peut pas plaire à tout le monde.

5 — Soignez la forme

Ce n’est pas parce que vous maîtrisez le fond que vous devez négliger la forme de votre newsletter.

Je dirai même plus, c’est vital.

Aujourd’hui, la plupart des gens lisent leur email sur leur téléphone. Vous devez donc tenir compte du fait que votre newsletter sera lu sur un écran d’une dizaine de centimètres maximum.

Autant dire que les pavés de 30 lignes sans retrait ni retour à la ligne sont vivement déconseillés. Avant tout, attachez-vous à rester lisible.

  • Des paragraphes de 2 ou 3 lignes maximum,
  • un saut de ligne entre chaque paragraphe,
  • des sous-titres en gras,
  • des listes à puces si votre contenu le justifie.

N’oubliez pas non plus d’illustrer votre newsletter en y insérant au moins une image qui reflète le sujet de votre email.

6 — Insérez UN appel à l’action

Enfin, si vous envoyez une newsletter, c’est pour une bonne raison.

Outre le fait d’agrandir votre communauté, vous voulez inciter cette communauté à faire quelque chose, une action, car c’est en poussant votre communauté à l’action que vous la forcez à sortir de la passivité.

Une communauté passive ne vous sert à rien. Vous la voulez active et pleine d’énergie.

Cette action peut-être n’importe quoi :

  • lire un article,
  • regarder votre dernière vidéo,
  • découvrir votre nouvelle chaîne de podcast,
  • s’inscrire à votre page Facebook
  • … ou acheter votre livre (évidemment).

Votre capacité à motiver les lecteurs à faire l’action que vous suggérez ne dépend pas seulement de la petite phrase qui dit « cliquez ici » ou « achetez cela », mais de la construction globale de votre newsletter.

Vous devez donc bien travailler le fonds et la forme pour y arriver.

En revanche, il existe une règle qu’il est préférable de suivre si vous voulez que votre communauté suive votre invitation : UN SEUL appel à l’action par Newsletter.

Multiplier les appels à l’action revient à donner trop de choix et ajoute de la confusion dans l’esprit du lecteur.

Or, vous ne voulez pas qu’il soit confus. Vous voulez qu’il fasse ce qui est le plus important pour vous.

Une newsletter doit contenir un appel à l'action
Image par Harut Movsisyan de Pixabay

Rédiger une newsletter est-il absolument indispensable à votre activité d’auteur ?

Bien sûr que non.

Certains auteurs arrivent à vendre leur livre et à se créer une communauté sans newsletter en passant par les réseaux sociaux. C’est tout-à-fait possible et dire le contraire serait un fieffé mensonge.

Cependant, ne pas utiliser cet outil, c’est se priver d’un moyen de communication avec ses lecteurs dont l’efficacité n’est plus à prouver.

La question est : Avez-vous les moyens de vous en passer ?

Maintenant c’est à vous.

Dites-moi si vous avez déjà une newsletter. Quels retours en avez-vous de la part de vos lecteurs ? De quoi manque-t-elle d’après vous ?

Si vous n’en avez pas, allez-vous en créer une ? Qu’est-ce qui vous bloque ?

Dites-le-moi dans les commentaires.


Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

7 commentaires sur “6 secrets pour rédiger une newsletter efficace”

  1. Bonjour, je suis passée de “newsletter” (mail qui indique qu’un article est sur le blog) à e-mailing hebdomadaire. Je le fais mais force est de contacter que l’action n’est pas la tasse de thé de mes abonnés. Peu d’ouverture (à mon goût), peu de clics… Bref, je persévère mais je ne suis pas persuadée que cela changerait grand chose si je ne l’avais pas.

    1. Bonjour Séverine,
      Peut-être dois-tu revoir quelque chose dans ta newsletter? Soit le fond, soit la forme.
      Certains logiciels d’emailing propose de faire des Test A/B. Cela te permet d’envoyer deux emails légèrement différent à deux partie de ta liste (avec deux titres différents par exemple), pour savoir lequel fonctionne le mieux.
      Il ya toujours plein de variantes à tester pour optimiser tes newsletter. Cela te permet d’affiner tes emails par rapport aux préférences de ton audience.

  2. Bonjour,

    J’ai fait une newsletter. Je n’ai pour l’instant que 6 abonnés. Je les envoie, personne ne me répond. je ne sais pas s’ils ouvrent ou pas. Un seul m’a dit que ce que je lui écrivais était intéressant et qu’il faisait passer le contenu à d’autres personnes. Mais cela fait bien deux mois que plus personne ne m’écrit et je ne sais plus s’ils ouvrent ou pas.
    Envoyer des newsletter dans le vide, ça peut devenir lassant.

    1. Bonjour Marie,
      Effectivement, l’absence de retour peut-être décourageant. Peut-être dois-tu revoir ta ligne éditoriale? A qui t’adresses-tu et de quoi leur parles-tu?

  3. Bonjour Jérôme,

    Cela dépend des Newsletters. Parfois j’essaie de pondre des articles littéraires par exemple sur Les personnages attachants dont j’ai appris des choses avec ma bêta lectrice.
    Parfois je leur envoie des interviews d’un auteur (il ne m’a pas rendu la pareille), soit avec des interviews de mes personnages.

    Je m’adresse à des auteurs qui se sont inscrits. Je sais que ce sont des auteurs car je les connaissais déjà comme auteurs.

    Amicalement

  4. Merci Jérôme pour ce super article auquel j’ai été très attentive car vous avez répondu à bon nombre de questions que je me pose quant à l’utilité de la newsletter pour un auteur. Je cerne mieux son utilité et je serai très tente d’en faire une quand je serai mieux preparee. Cependant, j’ai déjà quelques idees qui j’lespère pourraient fonctionner.

    1. Merci pour ce commentaire,
      Je suis ravi que cet article t’ait aidé. N’hésite pas à poser des questions en commentaire si tu en as.

Laisser un commentaire