Comment trouver le titre de son livre

Comment trouver le titre de son livre
Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

Simplissime pour certains auteurs, un calvaire, une galère pour d’autre, nous ne sommes pas tous égaux quand il s’agit de trouver le titre de son livre. Parfois, on se retrouve avec un manuscrit terminé dans les mains et un gros point d’interrogation sur la première page. Parfois on a trouvé un titre qui nous plaît, mais notre entourage ne l’aime pas ou dit qu’il n’est pas vendeur.

Si je vous disais qu’il existe 4 étapes simplissimes grâce auxquelles vous pouvez trouver un titre qui vous garantit d’accrocher l’œil des lecteurs ? Ça vous plairait ?

Eh bien si vous les connaissez, n’hésitez pas à me les envoyer parce que ça m’intéresse aussi : D (vous y avez cru ?)

C’est vrai qu’une solution magique pour trouver des titres serait formidable, mais elle n’existe malheureusement pas. En revanche, il est possible de décortiquer quelques titres pour essayer d’en comprendre la mécanique et d’en tirer des idées pour vous donner toutes les chances à votre imagination fertile et votre créativité débridée de trouver un titre qui déchire.

Trouver un titre, le meilleur
Image par MoneyforCoffee de Pixabay

Trois conseils préalables

Oliver Krauq nous l’a dit dans son interview au sujet des Nouvelles : « Tant qu’une histoire n’a pas de nom, elle n’existe pas. Après tout, on ne baptise pas nos enfants quand ils ont 18 ans, pas vrai ? »

Trouver le titre avant de commencer à écrire peut vous aider à trouver votre thème et le ton de votre roman. Pour en savoir plus sur les étapes pour écrire votre roman, lisez l’article : « Les 16 étapes pour écrire un roman ».

Deuxième prérequis : si vous ne réfléchissez pas à votre titre sous un angle marketing, commencez à le faire dès maintenant, car c’est peut-être l’un des deux choix les plus importants dans votre stratégie de vente.

Réfléchissez à la dernière fois que vous êtes allez sur une boutique en ligne ou dans une librairie. Sur quoi s’attardent vos yeux en tout premier ?

– La couverture,

– Le titre,

évidemment, un super bon titre ne va pas vous garantir de voir votre livre élevé au rang de best-seller, mais un mauvais peut clairement diviser vos chances par deux ou trois d’y arriver. Alors il vaut mieux prendre les bonnes décisions.

Enfin, une chose absolument primordiale au sujet de votre titre : il doit être porteur d’un message. Celui que vous voulez faire passer à travers la lecture de votre roman. Le titre est, d’une certaine façon, une promesse que vous faites à votre lecteur, à travers ce message, sur ce qu’il va trouver dans votre livre. Si votre titre est vendeur, mais qu’il ne correspond pas au message principal de votre ouvrage, le lecteur se sentira trahi et il faudra que votre histoire soit sacrément bonne pour le lui faire oublier.

Qu’est-ce que les bons titres ont en commun ?

Quand je m’ennuie (ce qui est rare, mais les salles d’attente sont faites pour cela), je vais sur la boutique Kindle pour surfer et faire un peu d’espionnage industriel. Je vous livre donc ici ce que j’ai pu retirer de mes observations sur les titres afin de vous aider à choisir celui de votre roman.

Ils éveillent la curiosité

Le titre d’un roman doit poser une question. Il doit encourager le lecteur à se demander comment, pourquoi, qui ou à quoi le titre se réfère. Gardez à l’esprit que la frontière entre mystérieux et carrément confus est parfois aussi fine que votre porte-monnaie à la fin du mois.

Quelques exemples : « Le bizarre incident du chien pendant la nuit » de Mark Haddon et le célèbre « Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques » de Philip K. Dick.

Un titre doit éveiller la curiosité
Image par Rudy and Peter Skitterians de Pixabay

Ils correspondent au genre du livre

Je vais sans doute enfoncer une porte ouverte, mais un titre du genre « Le retour des Titans » ne vous évoque probablement pas une romance émotionnelle.

Intriguer le lecteur avec le titre de son roman est appréciable, mais vous voulez qu’il comprenne immédiatement à quel genre il a affaire. Notamment parce que les badauds dans les librairies et sur les marketplace font souvent leur recherche dans les sections de genre. Ils cherchent des titres qui leur rappellent des livres qu’ils ont lus et aimés. Il faut donc que le titre de votre roman « caractérise » le genre auquel il appartient.

Quelques exemples : « Avant toi » de Jojo Moyes, « Le meurtre de Roger Ackroyd » d’Agatha Christie.

Ils sont (souvent) d’une longueur remarquable

Cela permet de donner une idée sur ce qu’il se passe dans le livre sans trop en révéler et sans avoir un paragraphe entier sur la couverture.

Les titres longs peuvent très bien fonctionner. Pensez au roman de Mary Ann Shaffer : « Le cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates ». Et pourtant, est-ce que vous vous imaginez demander le titre en intégralité à votre libraire ?

Vous ne devez pas non plus oublier à quoi votre couverture ressemblera avec le titre de votre roman imprimé dessus. Si la police est trop petite, personne ne pourra le lire. Il y a toujours la possibilité d’isoler une partie du titre en en grossissant la police comme l’a fait le graphiste du « Cercle littéraire », car il sait que c’est ainsi que les lecteurs font référence au livre.

Rappelez-vous simplement que les titres très longs sont l’exception et non la règle.

Quelques exemples : « Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire » de Jonas Jonasson

Les points de vigilance

Il y a des choses qu’il vaut mieux faire quand on choisit le titre de son livre, mais il y a aussi les choses qu’il vaut mieux ne pas faire, et les choses qui vous garantissent un arrêt brutal contre un mur en brique.

Un langage trop complexe

Même les livres sur un sujet très pointu et hyper spécialisé doivent avoir un titre abordable et accessible. Prenez « Magique quantique » de Tim James. Cela donne envie de le lire alors même qu’on ne comprend rien à la physique quantique.

Rappelez-vous qu’un titre doit éveiller la curiosité et attirer, et non effrayer et repousser en faisant croire que votre livre va se lire comme une thèse de géopolitique.

Un titre en un mot

Trop long, trop court, les extrêmes sont toujours dangereux. Si vous appelez votre livre « Tomate », vous allez avoir beaucoup de mal à vous placer dans le référencement du moteur de recherche Amazon. Vous serez en compétition avec les livres de jardinage, les livres sur la culture de tomate bio, les livres de cuisine végétarienne et la littérature enfantine. Bonne chance !

(Lisez l’article : « Mots-clés et catégories Amazon: comment les choisir »)

Ne pas se fermer des portes

Faites attention à ne pas choisir un titre qui pourrait être offensant ou avoir un double sens. De la même façon, s’il a une connotation très locale (dans un jargon régional par exemple), il serait peut-être préférable de choisir un titre plus universel pour ne pas se fermer des portes.

Comment choisir le titre de son livre : des idées de méthode

Il n’y a pas vraiment de mauvais titre. C’est juste qu’il y en a un meilleur que les autres, donc plus vous avez de choix, plus vous avez de chance d’en trouver un bon.

Si vous ne faites pas partie des heureux élus frappés par l’inspiration, voire l’illumination et la lumière divine, voici quelques pistes qui pourraient vous aider dans votre prospection.

Brainstorming

Vous pouvez très bien faire un brainstorming tout seul. C’est moins riche qu’à plusieurs, mais c’est possible.

Prenez un papier et un stylo et écrivez tout ce qui vous passe par la tête : des mots, des phrases, des noms, des endroits, des adjectifs. Pas de censure. Écrivez tout.

Vous pouvez également utiliser la technique du mindmapping, très efficace pour libérer votre créativité.

(Lisez l’article : « Écrire un livre avec le mindmapping »)

Vous serez peut-être surpris de ce qui en ressortira.

Un titre et un logo ont fait le succès de certains livres
stephen-phillips-hostreviews-co-uk-Gs-tdnDyYKE-unsplash

Recherche de mots-clés

Faites l’inventaire exhaustif des mots-clés de votre roman. Est-ce une histoire d’amour ? D’un combat ? Contre un dragon ? Ou une longue maladie ? Une enquête ? La recherche d’une vengeance ? Pour retrouver un assassin ?

Tous ces mots-clés sont des informations sur le contenu de votre livre. Quand ils sont mis ensemble, ils sont porteurs de son message principal. Cela peut être très productif de tous les mettre sur une table et de voir ce qu’il est possible d’en faire.

Essayez les formules ou des bouts de phrases

Le but n’est évidemment pas de plagier, mais de s’amuser en essayant des combinaisons dans le genre : « Le…… De……. » ou « … Et le…. »

Cela peut fonctionner pour certains genres. Il y a d’autres formules bien sûr, des dizaines. Amusez-vous avec !

Utilisez le personnage comme inspiration

Si votre protagoniste a un nom percutant ou un titre honorifique (comme docteur ou capitaine), vous pouvez l’incorporer dans le titre de votre roman. Pensez à Jane Eyre, Percy Jackson ou Harry Potter par exemple. Vous pouvez également ajouter un détail à l’évocation du nom pour le rendre plus mystérieux, à l’image de « Jude l’obscur » de Thomas Hardy.

Utilisez un lieu comme inspiration

Votre roman se déroule-t-il dans un endroit particulier ou intéressant ? Même si vous ne pouvez pas vous contenter de juste citer le nom de l’endroit, vous pouvez l’utiliser en ajoutant des détails comme « Le magicien d’Oz » de Franck Baum ou « Pique-nique à Hanging Rock » de Joan Lindsay. Vous donnerez ainsi au lecteur une impression d’action, un cadre et la marque d’un personnage.

Faire d’un bout de phrase le titre de son roman

Je pense en particulier à « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » de Harper Lee. C’est un symbole fort et une ligne de dialogue dans le roman. Ce titre m’a toujours fasciné. Qu’est-ce que cela veut dire ? Est-ce un avertissement ? Une menace ? Une instruction ? Et on reste sur le cul quand la phrase ressort dans le texte.

Repensez à ce qui vous a inspiré l’idée de votre livre ou résumez le thème central en quelques mots et voyez s’il en ressort quelque chose d’exploitable.

S’inspirer d’autres œuvres

Il y en a probablement plus que vous ne le pensez. L’excellentissime saga de La Tour Sombre s’inspire d’un poème de Robert Browning « Le chevalier Roland s’en allait vers la tour sombre… » ; « Des souris et des hommes » de John Steinbeck est également inspiré d’un poème, mais de Robert Burns celui-là.

Cela donne une tournure poétique à votre titre tout en rappelant le thème de votre roman. De nombreux livres ont utilisé cette technique. Pourquoi pas vous ?

Essayer un générateur de titre

Si vous avez déjà essayé toutes les méthodes ci-dessus et que vous en êtes à vous frapper violemment la tête contre la rambarde en fer forgé du balcon, arrêtez tout de suite. J’ai la solution pour vous : un générateur de titre automatique.

Vous pouvez vous amuser avec celui de Omer Pesquer ou de Fantasy name generator (qui fonctionne également pour les noms de personnages, de lieu, de monde, etc.)

Photo by Karim Ghantous on Unsplash

Quelques règles pour choisir un titre

Il n’y a pas vraiment de règle quand il s’agit de donner un titre à son livre, et après tout, c’est VOTRE livre et vous pouvez l’appeler comme bon vous semble.

Ceci étant dit, certains éditeurs ou plates-formes de distribution peuvent avoir leur propre règlement intérieur sur la question. Vous devrez donc vous y plier si vous voulez être édité ou distribué sur ces plates-formes.

J’ai questionné la section KDP d’Amazon sur le sujet et voici les quelques règles que j’ai réussi à pêcher. Ces braves gens lâchent les informations au compte-goutte, il est donc possible que la liste ci-dessous ne soit pas exhaustive. Si vous avez un doute, posez la question à leur hotline. Ils répondent sous 24 h.

Chez Amazon, il est donc déconseillé de :

– Faire référence à un autre auteur de façon non autorisée. Vous ne pouvez donc pas appeler votre roman « Le cauchemar de Stephen King » ;

– Faire référence à un classement – vous ne pouvez donc pas appeler votre livre « Best-seller »

– Faire référence à une publicité ou à une promotion – inclure le mot « gratuit » dans votre titre risque de coincer.

Un dernier conseil pour choisir le titre de son livre : demandez l’avis à vos lecteurs et bêta-lecteurs. Que ce soit sur les réseaux sociaux, dans un groupe de lecture ou à vos abonnés via votre liste email, l’avis de vos lecteurs est le seul avis qui devrait véritablement compter, car ce sont eux qui savent si un titre leur plaît ou non, et c’est bien eux que vous essayez de satisfaire.

Faites-leur plusieurs propositions ainsi qu’un bref résumé de votre histoire, donnez-leur des indications quant au ton et à l’ambiance que vous avez voulu installer dans votre livre et lancez un petit sondage. Ils en auront besoin pour cadrer leur perception sur vos propositions, pour en comprendre l’essence et savoir si elles portent bien le message que vous voulez.

Maintenant c’est à vous ! Dites-moi comment vous vous y prenez pour trouver le titre de vos romans. Vous y allez complètement à l’instinct ? Vous avez une méthode ? Ça vient tout seul ou alors vous devez vous torturer les méninges pendant des semaines ?

Dites-le-moi dans les commentaires.


Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

7 commentaires sur “Comment trouver le titre de son livre”

  1. Bonne question. J’ai choisi mes titres à l’intuition, de toute façon je n’avais personne sous la main pour m’aider à les choisir quand j’ai écrit mes livres. J’espérais qu’ils soient intrigants, ils ne l’ont sans doute pas été assez. Par contre, Amazon permet de mettre un sous-titre, une “accroche” qui se reporte sur la couverture, j’imagine que cela peut aider aussi. Ainsi “Mais qui est donc Sister Love ?” a comme accroche “les Supers sont de retour !”, et “Dieux et Avatars, RV” a “Meutre réel, univers virtuel”. Les accroches sont sans doute plus explicites que les titres eux-mêmes.

    1. Tu as tout-à-fait raison. Le sous-titre peut être un bon outil pour donner plus d’indication sur le contenu du livre, et il peut être plus long car moins besoin d’être visible. Attention quand même à ne pas écrire le roman sur la couverture 😉

  2. Merci pour cette synthèse sur ce sujet clé. Je me pose actuellement cette question au sujet d’un recueil que je termine. J’avais une première idée pas bonne du tout car insuffisamment spécifique. Comme le signale Norman, le complément du sous titre est utile, il vient préciser le titre.
    J’ajoute qu’il peut être utile de vérifier que le titre que l’on a choisi n’existe pas déjà, (j’ai du refaire la couverture une fois) ce qui créerait de la confusion. Cette recherche peut aussi apporter de nouvelles idées. J’avais trouvé amusant de découvrir que deux nouvelles avec le même titre peuvent raconter des histoires différentes.

    1. Merci pour ce commentaire
      Deux livres avec un même titre, cela peut poser problème… donner de la visibilité au seconde si le premier est un best-seller. Mais même si c’est le cas, je déconseillerai cette méthode qui finirai immanquablement par poser de sérieux problème juridique.

  3. Bonsoir Jérôme et merci pour cet article.
    Je fais partie des écrivains qui se tapent la tête contre les murs pour dénicher ce foutu de satané titre !
    Actuellement, je suis entrain de relire mon manuscrit afin de l’auto-éditer et quand je finis une page, j’écris tout en haut, une idée, quelques mots qui sortent des extraits que je viens de lire.
    C’est une stratégie comme une autre mais c’est la seule qui me plaît vraiment… C’est sûr, je rêverai de trouver un titre tout en subtilité, tout en finesse, mais je n’ai pas un soupçon de poésie (ça craint de dire ça ici… Pas grave j’assume !), je ne suis pas nostalgique et sentimentale pour deux sous et mon style est plutôt direct et dynamique… Bref rien qui fasse rêver… Et pourtant j’ai bouclé ma première romance que j’espère faire lire à plein de monde avec mon titre “maison” !
    Mais allez savoir, peut-être que d’ici là, je changerai à nouveau d’avis sur ce “foutu” titre !
    J’aime beaucoup votre blog et espère continuer à vous lire avec toujours autant de plaisir.
    Belle soirée

    1. Merci pour ce message Lisa
      Ta technique me parait aussi valable qu’une autre. Veux-tu partager le titre de ton roman avec nous pour avoir un retour?

      1. Bonjour Jérôme,
        Petit à petit, je parcours vos articles et je viens de lire que la romance n’était pas votre tasse de thé !… Et bien ce n’était pas la mienne non plus jusqu’au jour où un appel à textes m’a décidé à m’y coller… AMOUR ET AVENTURE ! Ca fait très collection HARLEQUIN ! Mais pourquoi ne pas dépoussiérer tous ces préjugés et puis quite à parler d’amour, pourquoi pas pimenter tout ça, d’érotisme ? Attention de l’érotisme qui ne sera pas le sujet principal… Juste quelques passages enfiévrés de la liaison de mes deux héros, au milieu de leurs périlleuses aventures !
        En tout cas, pour ma part je ne m’étais jamais lancé dans “l’amour” en écriture… Mais cela ma travaillait tout de même… Je taquine l’action, la fantaisie mélangée à la “SF” ( pas celle des puritains, j’en suis loin…). Finalement je suis satisfaire du résultat et vais désormais introduire “l’amour” dans mes prochaines créations.
        Je vous parle de ceci car mon titre est en rapport avec ce manuscrit Amour et Aventures ; que j’ai fini par intituler : “Il a suffi d’un geste…”.
        5 mots qui sont extraient du début de l’histoire…
        J’ai vérifié sur Amazon, il n’existe pas… je me dis alors pourquoi pas ?
        Mais cela reste un gros dilemne car je déteste le côté “gnangnan” de tous ces milliers de titres qui décrivent ce genre.
        Je dirai que ce titre est le meilleur du pire !
        Je pouvais le titrer à l’aide du prénom de l’héroïne ou du héros… Mais c’est courant maintenant.
        Difficile de trouver une idée originale… Mais rien n’est fait encore.
        Merci pour votre retour et je vous souhaite une belle journée

Laisser un commentaire