Trouver son style d’écriture | 3 conseils d’Astrid Stérin

Trouver son style d'écriture
Partagez l'article

Comment trouver son style d’écriture ? C’est la question que beaucoup d’auteurs se posent. Et c’est une question légitime. Après tout le style est une composante importante de la qualité d’un roman, d’un essai ou d’une poésie, pour autant c’est un concept à la fois flou et ambigu. Flou, car il est très difficile à définir et ambigu, car il doit être à la fois personnel et répondre à des critères collectifs… pas facile de se dépatouiller avec tout ça.

Pour vous aider à y voir plus clair, j’ai demandé à Astrid Stérin, romancière éditée et (bientôt) autoéditée de nous donner son point de vue sur le style d’écriture : Qu’est-ce que le style ? Comment trouver son style d’écriture et comment l’améliorer ?

Ce sont les sujets que nous avons abordés ensemble pendant cet entretien.

 

Astrid est-ce que tu pourrais te présenter pour ceux qui ne te connaissent pas encore ?

Avec plaisir, je m’appelle Astrid Stérin. Je suis romancière. Mon premier roman a été publié en 2019 et là je commence à écrire le quatrième. Je suis également la fondatrice du manoir littéraire qui est un programme d’accompagnement de groupe pour les auteurs de romans.

 Et donc tu vas nous parler de style d’écriture.

Tout à fait et plus particulièrement de la rédaction du premier jet qui est souvent la partie qui fait coincer beaucoup d’auteurs.

Qu’est-ce que le style d’écriture ?

Première question : c’est quoi le style d’écriture ?

C’est une très bonne question que je me suis posée quand j’ai préparé mes formations sur le sujet. Je suis allé chercher des définitions dans le dictionnaire. J’en ai trouvé trois que j’aime beaucoup.

Une qui provient du logiciel Antidote qui dit que « le style c’est la façon d’écrire que l’auteur adopte pour avoir le meilleur effet sur ses lecteurs ».

Il y en a deux autres qui proviennent du Larousse. La première c’est « le style c’est la façon particulière dont chacun exprime sa pensée, ses émotions, ses sentiments » et l’autre définition c’est « la qualité de quelque chose ou quelqu’un qui présente des caractéristiques originelles ».

Mais alors comment ça se traduit dans l’écriture ?

Pour moi ça se traduit de plusieurs façons et c’est ça qui est intéressant derrière le style ; on peut mettre un petit peu tout ce qu’on veut derrière ce mot. Souvent on a l’impression qu’avoir du style c’est être Victor Hugo ou Proust. C’est avoir une patte d’écriture, une voix très marquante ou très originale qui va avoir un effet époustouflant et qui va marquer les professeurs de français pour les décennies à venir.

Mais fondamentalement je pense que c’est quelque chose de plus simple que cela. C’est d’abord la façon d’exprimer sa personnalité sans avoir à recourir à des artifices. C’est surtout la façon d’avoir un effet sur ses lecteurs. C’est ça le plus important.

D’accord donc c’est l’effet sur les lecteurs qui compte, plus que les formes de la langue française comme les métaphores, les anaphores… Pour toi c’est l’impact sur les lecteurs qui est le plus important?

Pour moi, oui. En fait, je pense que beaucoup d’auteurs qui débutent se mettent beaucoup la pression pour avoir un style très perfectionné, très soigné. Du coup ils vont beaucoup étudier toutes les figures de style et se demander comment ils peuvent en caser un maximum dans leur texte.

Mais en tant qu’autrice et lectrice, je suis beaucoup plus marquée par des styles plus efficaces, plus simples et qui produisent des émotions plus fortes chez moi. Des styles qui ne cherchent pas à se mettre en avant, mais qui mettent l’histoire en valeur.

Trouver son style d'écriture c'est faire simple

Quelle est la caractéristique d’un bon style d’écriture  ?

C’est la caractéristique d’un bon style  ?

Chacun a sa définition d’un bon style d’écriture, mais pour moi oui. Pour moi les caractéristiques d’un bon style c’est d’être clair et compréhensible parce qu’en tant que lectrice, il n’y a pas grand-chose qui me rebute plus que les romans très hermétiques auquel je ne comprends rien, ou je ne comprends pas ce que les personnages essaient de faire, pourquoi ni comment. Donc pour moi la première mission du style, c’est de bien faire passer le message de l’auteur au lecteur.

La deuxième caractéristique, c’est de produire un effet, de générer des émotions, d’emmener le lecteur dans un univers, dans une histoire, de lui faire rencontrer des personnages qui ont l’air vivants et réalistes.

Pour moi ce sont les deux caractéristiques principales d’un bon style d’écriture.

Comment sait-on qu’on a trouvé son style d’écriture  ?

Du coup comment un auteur peut savoir qu’il y est arrivé  ? À transmettre ces émotions, à rendre ses personnages vivants. Sur quoi d’observable peut-il se baser  ?

C’est quelque chose qui est très difficile à estimer tout seul. Déjà on peut se faire une première idée en relisant ce qu’on a écrit et en y réagissant soi-même. Parfois on relit son texte après l’avoir laissé reposer quelque temps et si on rit à ses propres blagues, si on est ému par ses scènes tristes, si on ne peut pas s’arrêter de lire les scènes d’action alors qu’on les a écrits nous-mêmes et qu’on sait pertinemment comment ça va se terminer  ; c’est déjà un bon signe.

Ensuite la meilleure façon de faire, c’est de demander des avis à des bêta-lecteurs qui pourront nous donner, avec plus de recul, un regard sur notre façon d’écrire. Est-ce que c’est clair  ? Est-ce qu’on ressent des émotions à la lecture ou est-ce que c’est un peu lourd, indigeste ou trop plat?

Tu conseilles de passer par des bêta-lecteurs professionnels ou est-ce que des bêta-lecteurs trouvés sur des réseaux sociaux ou parmi des proches est suffisant  ?

Personnellement je ne suis jamais passé par des bêta-lecteurs professionnels donc je ne suis pas forcément la mieux placée pour me prononcer sur la question. Je pense que la plupart d’entre eux font un très bon travail. Personnellement je ne l’ai pas fait, car j’ai la chance d’avoir, dans mon entourage, des auteurs qui écrivent aussi et qui ont pu me donner des avis très intéressants. Notamment sur mes tout premiers textes où il y avait pas mal de souci au niveau de la structure, de la construction des arcs narratifs de personnages, etc. Là-dessus c’était intéressant d’avoir des retours d’auteurs qui voyaient mes faiblesses et pouvaient me faire des suggestions.

Après que ce soit des professionnels, des proches ou des inconnus, je pense qu’il est important de bien choisir ses bêta-lecteurs sur un certain nombre de critères. De s’assurer que ce sont des personnes qui vont faire des retours à la fois bienveillants et constructifs c’est-à-dire ne pas encenser le texte par gentillesse ou ne pas le descendre parce que c’est assez dur à encaisser, même quand ça part d’une bonne intention.

Il faut aussi s’assurer que ce sont des personnes qui aiment le genre littéraire dans lequel on écrit, parce que si votre cousin, prof de littérature, ne lit que de la littérature blanche et que vous, vous écrivez des romances de science-fiction peut-être qu’il ne sera pas très réceptif.

Et il faut aussi s’assurer que ce sont des personnes qui vont être disponibles, qui vont lire le texte rapidement et faire des retours sans trop de délais.

Donc s’il y a possibilité de trouver ces personnes dans son entourage ou en lançant des appels sur les réseaux sociaux tant mieux. Si ce n’est pas possible ou si on ressent le besoin d’avoir un regard encore plus expérimenté, plus objectif, alors faire appel à des bêta-lecteurs professionnels est aussi une très bonne solution. Notamment quand on veut s’autoéditer, car à ce moment-là on a encore plus besoin d’un regard extérieur.

(Lisez l’article : Comment trouver des bêta-lecteurs)

Les bêta-lecteurs vous montreront le chemin vers votre style d'écriture

Comment trouver son style d’écriture

Quels conseils tu donnerais aux auteurs pour trouver leur style d’écriture ?

D’abord je pense que la formule « trouver son style d’écriture » est un peu traitre parce qu’on ne trouve jamais définitivement son style. C’est quelque chose qui va évoluer avec le temps d’une façon tout à fait naturelle. Il ne faut pas se dire qu’un jour on aura l’illumination et qu’un jour on trouvera son style et qu’on n’en changera plus jamais.

1 — S’exercer avec des textes courts.

Ceci étant dit, le conseil que je donnerai c’est d’abord de s’exercer. Non seulement en écrivant son roman, mais aussi de faire des exercices d’écriture sur des textes courts en se mettant dans des situations différentes de celles qu’on rencontre généralement dans l’écriture d’un roman. Des exercices dans le genre de « Raconter une journée dans la vie de… ». Alors cela peut-être raconter une journée dans la vie de votre bureau, d’un camion poubelle ou encore d’un contrôleur aérien pour voiture volante…

Un autre exercice que j’avais bien aimé faire c’est de prendre une situation banale comme « le personnage qui rentre chez lui » et de l’écrire dans plusieurs genres littéraires différents. On se fixe un nombre limité de mots pour ne pas y passer des heures.

Ce sont des petits jeux d’écriture qui permettent de tester différente approche, différentes narrations, différents tons… varier les plaisirs pour voir avec quoi on est à l’aise, voir jusqu’où on est capable d’aller parce que parfois on peut se surprendre et découvrir qu’il y a des styles ou on aime aller et auxquels on n’aurait pas forcément pensé avant.

2 — Comprendre le style d’écriture des autres auteurs

Le deuxième conseil c’est de chercher l’inspiration. De lire avec un œil d’auteur, d’apprendre à identifier dans les livres les styles qu’on aime, d’identifier les passages qu’on trouve marquants, les plus saisissants et ne pas hésiter à les recopier pour analyser la façon dont ils sont construits ou simplement de les regarder de près pour savoir pourquoi ils nous font cet effet-là.

(…)

C’est pour cela qu’il faut chercher ce qu’on aime dans les romans qu’on lit, les traits d’humour, les modes de narration, des jeux entre le narrateur et le lecteur par exemple, des histoires avec plein de personnages distincts qui finissent pas se croiser… toutes ces choses qu’on peut analyser pour comprendre comment, nous-mêmes, on voudrait pouvoir écrire.

(Lire l’article : 7 sources d’inspiration pour trouver l’idée de votre roman)

Ce que tu es en train de nous dire, ce n’est pas qu’il faut copier les auteurs que l’on aime pour trouver son style d’écriture, mais plutôt de comprendre comment ils font pour le reproduire à notre façon.

Exactement. Les décortiquer et, plus généralement, savoir si on aime les styles qui sont plutôt clairs et efficaces comme je le disais tout à l’heure ou si on aime plus les styles poétiques ou avec des phrases plus longues, de l’introspection de la part des personnages… ce genre de chose. Ça varie énormément d’une personne à l’autre.

De toute façon, il faut faire le deuil qu’on aura un style qui plaira à la terre entière, donc commençons par se trouver un style qui nous plaît à nous et ensuite on s’occupera du reste du monde.

Entièrement d’accord. Je n’arrête pas de le dire « Arrêtez de vouloir plaire à tout le monde. Vous n’y arriverez pas et c’est le meilleur moyen de ne plaire à personne. »

Exactement.

3 — Demander des avis

Un autre conseil encore ?

 L’autre conseil que j’avais en tête c’est de demander des avis et de les prendre en compte, car même si cela ne sert à rien de vouloir plaire à tout le monde, si on reçoit plusieurs avis qui concordent dans leurs recommandations, cela devient important d’accepter ces critiques constructives et d’identifier comment on peut s’améliorer.

Trouver son style d'écriture demande du travail

Le manoir littéraire

Super merci pour ces conseils. Je crois que le deuxième volet de ta formation d’écriture est sur le point de sortir, alors est-ce que tu peux nous en parler un peu.

Donc c’est une formation qui s’appelle le manoir littéraire que j’ai construit en plusieurs tomes. Le premier tome qui est déjà sorti s’appelle « De l’idée au plan détaillé » et concerne tout ce qu’on peut faire pour préparer un roman avant de l’écrire : trouver une idée, une structure, construire ses personnages, son univers… jusqu’à construire le plan détaillé de son histoire.

Le deuxième tome que je m’apprête à sortir s’appelle « Du premier mot au premier jet » et concerne toute la première rédaction du roman. Il comprend non seulement des conseils de style et de travail du texte, mais aussi des conseils d’organisation et de motivation puisqu’il y a beaucoup d’auteurs qui se laissent décourager en-cours de route, qui ont beaucoup de doute, qui ont du mal à avancer, à s’y mettre régulièrement et laisse le temps passer sans voir leur roman progresser. C’est donc l’ensemble de ces problématiques que je voulais aborder avec ce tome-là.

Il y aura ensuite un tome qui sera consacré aux corrections. Un sujet que j’aime beaucoup même si c’est la bête noire de beaucoup d’auteurs.

On peut donc suivre le deuxième tome sans avoir suivi le premier ?

Tout à fait.

Et ce second tome, quand est-ce qu’il sort et comment peut-on se le procurer ?

Alors il y a une première version qui va être mise en vente à partir du 16 novembre 2021 et dont les portes ouvriront une semaine plus tard, c’est-à-dire le 24 novembre. Le principe de cette première version que j’appelle « Bêta » c’est que, au moment où les stagiaires accèdent à la formation, je n’ai pas encore tout enregistré. Ils y accèdent au fur et à mesure que je le produis, donc il y en a une tous les dix jours environ sur un programme d’accompagnement qui dure 3 mois en tout. Pour eux c’est complètement transparent, car il n’y a pas d’interruption dans le déroulement de la formation et moi ça me donne les moyens de lancer l’enregistrement des formations…

De te mettre la pression aussi ?

Effectivement (rire) Donc cette première version va durer trois mois, par la suite je rouvrirai les portes de la formation plus régulièrement pour accueillir les auteurs qui voudront rejoindre le programme. Pour les versions suivantes, les auteurs pourront choisir de garder ce rythme d’une formation tous les dix jours ou bien, s’ils veulent aller plus vite, ils pourront demander à ce que tout leur soit mis à disposition.

D’accord. Et ces premiers stagiaires, est-ce qu’ils ont le rôle de bêta-lecteurs pour cette formation ou bien ils accèdent directement à la version définitive ?

C’est globalement la formation définitive. Pour le premier tome, ça l’était à 95 %. Bien sûr je reste preneuse de suggestions d’amélioration et de requête de la part de participants de la première version, mais je tiens à ce que les premiers participants obtiennent le niveau final de la formation.

Dans les formations je propose des cahiers d’exercices, c’est un point fort de cette formation, je ne me contente pas de donner des conseils d’écriture comme on peut en trouver partout sur internet, mais je propose des exemples et des exercices pour permettre aux auteurs de pratiquer. Ces exercices sont proposés via des workbook au format PDF. Dans la première version du manoir littéraire, ces PDF n’étaient pas modifiables et c’est un point qui a été soulevé par les premiers participants. Du coup pour la version suivante, j’ai cherché le moyen de rendre ces PDF modifiables et maintenant ils le sont.

Donc ouverture des ventes le 16 novembre pour un début de formation le 24 novembre. Comment est-ce qu’on fait pour s’inscrire à ta formation ? Où doit-on aller ?

Il faut aller sur la page du tome 2 du manoir littéraire. Le moyen le plus sûr est de s’abonner à ma newsletter puisque c’est par là que je transmettrai l’information ou encore de me suivre sur les réseaux sociaux, notamment sur Instagram.

Merci beaucoup, Astrid, pour tous ces conseils. Je te souhaite bon courage pour ton lancement et à très bientôt.

Merci Jérôme. À bientôt.

Le manoir littéraire

J’espère que cet entretien vous a plu et que vous avez désormais une meilleure idée de comment trouver votre style d’écriture et l’améliorer.

Si, vous aussi, vous avez des conseils, des méthodes ou des exercices à partager pour trouver son style d’écriture, alors partagez-les dès maintenant dans les commentaires.


Partagez l'article

Laisser un commentaire

Vous avez aimé cet article?