Comment cibler ses lecteurs

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  

Lorsque j’ai publié l’article définissant ce qu’est un persona (en deux mots : un avatar incarnant son client idéal et servant à cibler ses lecteurs), j’ai eu le plaisir de recevoir des remerciements qui sont toujours source de satisfaction. J’ai également eu quelques réactions me demandant plus d’infos sur ce sujet.

« OK ! J’ai compris ce qu’est un persona. J’ai compris qu’il faut orienter ma communication vers mon lecteur idéal pour qu’elle soit efficace… mais comment je fais concrètement pour définir ce lecteur idéal ? »

Corinne

« J’ai des lecteurs qui vont de 12 à plus de 70 ans. Alors qui est mon persona, je n’en sais rien ! Prendre un livre de référence, OK, mais comment savoir à qui il s’adresse ? »

Séverine

Ce type de message m’est très utile également, car ils me permettent de définir précisément vos besoins et vos attentes… et donc d’y répondre avec plus d’efficacité. Alors, n’hésitez pas à réagir et à poser des questions dans les commentaires ou par email via la page contact.

Maintenant, occupons-nous de cette histoire de ciblage 😉

Vous avez, de toute évidence, compris l’importance de cibler la communication autour de votre livre. S’adresser à tout le monde de peur de louper une petite tranche de lecteurs est le meilleur moyen de ne parler à personne et de passer totalement inaperçu.

C’est à cela que sert le persona. En incarnant vos lecteurs en un avatar fictif, mais réaliste, vous pouvez adresser vos messages à cette « personne » et toucher ainsi ceux qui lui ressemblent.

Puisque nous sommes des auteurs indépendants avec de faibles ressources, nous devons utiliser les moyens du bord. Hors de question de se lancer dans une étude de marché, de qualité professionnelle certes, mais hors de prix. Alors, comment faire ?

Pour cela, je vous propose d’utiliser un entonnoir…

1 — Cerner son audience

Comment savoir à qui va plaire votre livre ? À quel type de population ? Même si vous en avez une vague idée, il vaut mieux le savoir le plus précisément possible. Mais il est très difficile de rentrer dans le détail immédiatement, car vous n’avez aucun élément fiable sur lequel vous appuyer.

Vous devez donc partir de l’élément le plus large dont vous disposez et affiner ensuite votre hypothèse en entrant plus profondément dans le détail… comme un entonnoir.

Partir du genre de votre livre

D’abord, il vous faut partir du principe que quelqu’un, quelque part, va adorer votre livre. Comment le trouver ? Lui (ou elle) et tous ses semblables qui adoreront également votre ouvrage et constitueront bientôt votre communauté de lecteurs fidèles.

Puisque vous partez de zéro, votre seule option est d’émettre des hypothèses. Pour commencer, faites des suppositions en partant de ce que vous « pensez » être la bonne réponse. Vous avez une vague idée de qui est votre lecteur idéal. Partez de là et vous validerez (ou invaliderez) vos hypothèses plus tard.

Dans la plupart des cas, votre avatar sera presque entièrement basé sur le genre de livre que vous écrivez. Prenons quelques exemples :

– Si vous travaillez sur un futur chef d’œuvre littéraire, vous voudrez sans doute vous adresser à un étudiant en lettres modernes qui a lu les livres de tous les gagnants des grands prix littéraires,

– Si vous écrivez de la fan-fiction geek, vous chercherez à parler à un persona qui n’a loupé aucune sortie des films de chez Marvel Studio ou tout événement lié à l’univers Starwars,

– Si vous écrivez l’histoire d’une maman qui plaque tout pour devenir prof de yoga au Pérou, votre persona sera une femme adepte de l’alimentation bio et des forums Zen.

Est-ce que ce sont des clichés ? Des stéréotypes ? Bien sûr que oui, mais n’oubliez pas que vous n’en êtes qu’à la première étape. À ce moment, vous commencez juste à avoir une idée du type de communauté que vous devez cibler et comment les intéresser à votre livre.

Partir de vous

Quelle est votre histoire personnelle ? Comment vous décrivez-vous ? Quel est votre âge ? Votre sexe ? Vos centres d’intérêt ? Les livres que vous aimez ?

Ne nous leurrons pas, les livres que nous écrivons parlent avant tout de nous-mêmes. Ce que nous avons vécu et ce que nous sommes sont nos principales sources d’inspiration. Il y a donc de fortes chances pour que les personnes qui correspondent à votre propre description soient également intéressées par vos livres.

Décrivez donc votre audience en réfléchissant sur vous-même. Où cherchez-vous vos idées de lecture ? Qu’aimez-vous faire à part lire et écrire ? Quels sont vos hobbys ?

Partir de livres proches du vôtre

Déterminez quel livre connu est le plus proche du vôtre. Plus le livre de référence est populaire, et plus il vous sera utile en tant que source d’informations.

Nous n’en sommes pas encore à déterrer des statistiques précises sur la classe sociale, l’âge ou le nombre d’enfants de nos lecteurs, mais nous pouvons capter ce qui les intéresse et à quoi ils réagissent. Pour cela, il suffit de rendre une visite à la page Facebook, au compte Twitter, au blog de l’auteur de votre livre de référence.

Lisez ce qu’il/elle partage. Regardez quelles publications suscitent le plus de réactions et surtout, surtout, lisez les commentaires de leurs fans. Ce sont eux qui vous diront ce qu’ils aiment, ce qu’ils détestent et ce qui les intéresse.

Stephen King est accro à Twitter, Éric Emmanuel Schmitt est plus sur Facebook, etc. Trouvez le média préféré de votre auteur de référence et allez y jeter un œil intéressé et critique (au sens analytique du terme).

Vous y découvrirez également comment ils entretiennent une relation avec leurs lecteurs, ce qu’ils partagent avec eux, etc. C’est une source d’inspiration autant que d’informations.

2 — Identifier ses lecteurs

Avant, il fallait des heures et des heures de recherche, d’enquête auprès de consommateurs, d’analyse par des experts marketing, des budgets pour des études de marché… Bref, bien des choses qu’aucun auteur indépendant n’était en mesure de s’offrir.

Et puis, l’homme a inventé Facebook et le monde a changé.

Vous l’ignorez peut-être, mais Facebook collecte des centaines de milliers d’informations sur nous à chaque fois que nous publions un message, likons un statut ou cliquons sur une publicité ; et il met gratuitement une partie de ces informations à notre disposition.

Qu’attendons-nous pour nous en servir ?

Le gestionnaire de publicités Facebook

Si ces informations sont mises gratuitement à notre disposition, ce n’est pas par bonté d’âme (vous vous en doutez bien), mais parce qu’il s’agit d’un outil pour ceux qui veulent investir dans une publicité sur ce réseau social.

En aidant ceux qui veulent faire de la pub sur son réseau, Facebook optimise leur chance de succès, leur satisfaction et donc son chiffre d’affaires. Mais il n’est pas nécessaire d’aller au bout de la démarche de publicité pour accéder aux statistiques. Vous pouvez donc puiser dedans de façon illimitée et totalement gratuite.

Le seul prérequis pour cela, c’est de disposer d’une page Facebook. Presque tous les auteurs en possèdent déjà une, je passe donc rapidement sur cette étape.

Depuis votre page Facebook, vous aurez accès au gestionnaire de publicité du réseau, puis aux statistiques d’audience.

Le site gestionnaire de publicité de Facebook peut vite se transformer en un labyrinthe d’onglets et de pages d’aide qui s’ouvrent dans tous les sens et rendent dingue à s’arracher les cheveux. Pour plus de simplicité, faites un clic droit ici et sélectionnez « ouvrir dans un nouvel onglet ».

Connectez-vous avec les identifiants de votre page. Il est possible que Facebook vous demande de procéder à la création de votre compte entreprise. Faites-le la conscience tranquille, car vous n’aurez besoin ni d’un numéro SIRET, ni d’attestation fiscale. Aucun risque, donc, à vous faire considérer comme une entreprise.

Les statistiques d’audience

Vous trouverez en dessous les étapes et caractéristiques d’utilisation des fonctionnalités.

En fonction des évolutions et mises à jour faites sur le site depuis la publication de cet article, il est possible que vous deviez vous adapter à des variations plus ou moins importantes.

Dans le menu, cliquez sur « statistiques d’audience » puis sur « créer » pour créer une nouvelle audience avec ses propres statistiques.

Le site va vous demander si vous souhaitez tirer des statistiques sur l’ensemble des utilisateurs de Facebook ou seulement sur les abonnés de votre page. À moins que vous n’ayez déjà plusieurs dizaines de milliers d’abonnés à votre page Facebook, je vous invite fortement à choisir la première option pour avoir des statistiques les plus globales et les plus fiables possible.

statistiques d'audience Facebook 1

Sur le menu de gauche, vous avez accès aux options pour déterminer votre audience et, au centre, les données statistiques sur cette audience.

Définir votre audience

La première chose à faire est de modifier le lieu, car Facebook fixe les États-Unis comme lieu par défaut. Cela peut être intéressant si votre livre est écrit en anglais, mais s’il est écrit en français comme je le crois, vous préférerez sans doute changer le lieu pour des pays francophones (France, Belgique, Suisse, etc.).

statistiques d'audience Facebook 2

Gardez les paramètres par défaut pour ce qui est de l’âge et du sexe. Les statistiques vous donneront ces éléments. Ne vous coupez pas d’emblée de ce qui pourrait être une part non négligeable de vos lecteurs en voulant aller trop vite. Le sexe ou l’âge ne sont pas toujours des critères déterminants.

Les « centres d’intérêt » sont un champ très important, car c’est ici que vous allez saisir le titre d’un livre de référence ou celui de son auteur. Vous commencerez ainsi à réduire considérablement votre audience. Dans la capture d’écran ci-dessous, le livre de référence choisi est « Harry Potter ».

Dans la mesure où il existe de très nombreux produits tirés de l’univers d’Harry Potter (film, jouets, bibelots, etc.), il vaut mieux ajouter « lecture » dans les centres d’intérêt. Vous vendez un livre, pas un film (… enfin pas encore).

statistiques d'audience Facebook 3

Le paramètre « Connexion » sert si vous voulez restreindre les données statistiques à ceux qui sont connectés à votre page. Aucun intérêt pour ce que vous voulez.

Le paramètre « Avancé » peut, en revanche, être très intéressant. Commencez par sélectionner la langue qui vous intéresse (Français ici), puis fouillez les différentes options, car certaines peuvent vous intéresser. Par exemple :

– le paramètre « Parent » vous permet de réduire aux utilisateurs de Facebook ayant un enfant dans une ou plusieurs tranches d’âge. Essentiel si votre ouvrage est un roman jeunesse,

– la « scolarité » si vous avez écrit un livre pratique qui s’adresse à des personnes disposant déjà d’un certain niveau d’étude,

– Les « événements marquants », votre livre traite d’un événement de la vie de tous les jours ? Vous pourrez ici réduire votre audience à ceux qui sont loin de leur famille, qui ont récemment déménagé ou qui viennent de trouver un emploi, etc.

statistiques d'audience Facebook 4

Sachez que, pour la plupart des critères de définition des audiences, il vous est possible d’affiner votre sélection en excluant certains paramètres. Par exemple, vous pouvez choisir France comme lieu, mais en exclure Toulouse pour une raison ou une autre (je ne veux pas d’ennuis avec les Toulousains. Ce n’est qu’un exemple 😉 )

Analyser les statistiques

Une fois que vous avez défini votre audience, vous avez accès aux données statistiques de Facebook.

Quatre onglets sont accessibles depuis cette page, mais seulement deux nous intéressent :

Les données démographiques : vous pourrez enfin donner à votre persona un sexe, un âge, une situation familiale et une catégorie socioprofessionnelle de façon moins aléatoire. Dans l’exemple ci-dessous, nous aurons donc affaire à des femmes à 68 % dont 83 % ont entre 25 et 44 ans. Ils sont en couple, fiancés ou mariés à 90 % et ont eu une formation de niveau universitaire à 65 %.

statistiques d'audience Facebook 6

Les « Mentions J’aime une page » sont précieuses, car cela nous indique ce qui intéresse nos lecteurs. Ce qui les fait cliquer sur « J’aime ». Dans la partie du haut, vous avez accès aux pages qui les intéressent le plus dans toutes les catégories de pages disponibles sur Facebook.

Dans l’exemple ci-dessous, je vais m’intéresser de près aux sites dans la catégorie « Blog personnel », car leur contenu m’en dira peut-être long sur les aspirations et les craintes de mes lecteurs.

statistiques d'audience Facebook 7

Dans la partie du bas, vous voyez les pages qui sont « susceptibles de présenter un intérêt pour votre audience ». Si un aspect de votre livre résonne avec la thématique d’une de ces pages, vous pourrez mettre cet aspect en avant dans votre publicité afin d’attirer l’attention de vos lecteurs.

statistiques d'audience Facebook 8

3 — Valider son persona

Vous avez désormais un persona étoffé avec une carte identité complète, mais… il y a un, mais.

N’oubliez pas que toutes vos recherches et analyses faites jusqu’à maintenant partent de suppositions basées sur le genre de votre livre, votre histoire personnelle et des comparaisons avec un autre livre écrit par un autre auteur.

Comment savoir si ces hypothèses sont bonnes ? Si elles sont fausses, il y a fort à parier que tout le reste est également faux… Stress, flipage, dents qui grincent et re-stress.

Test A/B

Pour répondre à cette question, il existe une méthode : le test A/B.

C’est une méthode qui consiste à tester deux objets ou deux messages qui diffèrent sur un seul critère afin de déterminer quelle version donne les meilleurs résultats auprès des consommateurs.

En suivant ce principe, vous devez donc tester la validité des hypothèses de votre persona. Là encore, Facebook et son gestionnaire de publicité est un outil utile et peu coûteux pour confirmer vos hypothèses.

Par exemple : Votre livre plaira-t-il plus à un fan de Harry Potter ou de Percy Jackson ? Peut-être hésitez-vous entre les deux.

Le gestionnaire de pub Facebook vous permet de tester vos hypothèses en créant deux campagnes quasi identiques sur le même produit. Insérez une ligne « Les fans d’Harry Potter adoreront » dans une campagne et « Les fans de Percy Jackson adoreront » dans une autre.

Lancez les deux campagnes de façon simultanée avec un budget minimum et attendez les résultats. Si les fans de Percy Jackson ont plus cliqué sur votre publicité, alors vous avez votre réponse.

Investissez dans votre communication!

Tester ainsi vos hypothèses vous demandera un petit effort financier de quelques euros, mais c’est un investissement qui peut se révéler extrêmement rentable. Une fois que vous aurez validé votre persona, vous serez en mesure de lancer une campagne de communication à plus grande échelle à l’attention de votre audience. Vous pourrez alors savourer les fruits de votre travail que ce soit sur les forums appréciés par vos lecteurs, les réseaux sociaux ou sur votre site auteur.

Si vous vous posez des questions quant à la façon de lancer une campagne de publicité Facebook, c’est bien normal. La publicité sur les réseaux sociaux est devenu un métier à part entière avec ses compétences et son expertise.

Il est cependant possible d’obtenir des résultats très décents avec un peu de recherches et de pratique. Je m’emploie à faire les deux et je vous invite à faire de même. Si vous n’en avez pas le temps ou les moyens, pas de panique. Je publierai prochainement mon retour d’expérience sur le sujet. 😉

Vous voici maintenant équipé pour cibler votre lecteur idéal. Certes il s’agit d’un calibre 12 et non d’un lance-roquette, mais n’oubliez pas que la plupart des auteurs auto-édités ne feront jamais ce travail de recherche. Ils se contenteront de publier des liens sauvages sur Facebook sans message, sans contenu et sans valeur et obtiendront un retour proportionnel à leur effort.

Donnez-vous l’avantage en ciblant vos lecteurs et en créant votre persona. Personne ne le fera pour vous.

Maintenant, c’est à vous de jouer.


Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Précédent

Quel impact ont les avis négatifs sur une preuve sociale

Suivant

Découvrez le site SimPlement.pro

  1. Merci Jérôme. J’écris depuis que je suis à la retraite et j’ai 84 ans … Les éditeurs traditionnels ne veulent pas ce que j’écris. Alors j’ai pêle-mêle une page face-book, deux blogs, un site et finalement je publie chez edilivre (e-book et papier) et primento (e-book seulement) .
    Je suis hors n’importe quel cadrage.
    Donc vos idées et conseils m’intéressent !
    Merci à vous
    Colette Trublet

  2. Très intéressante cette technique Facebook gratuite 😉 Malheureusement il n’accepte pas que je recherche les fans de “La Passe-Miroir”, alors que j’ai le sentiment que ce serait un bon livre de référence. Peut-être est-ce encore trop récent… tant pis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

Téléchargez vos eBooks gratuitement

"Plan Marketing pour auteur - Vendez votre livre"

"Les 5 obligations légales et fiscales d'un auteur indépendant"