Comment gérer son temps pour pouvoir écrire

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  

Dans l’article « Comment ne plus être trop débordé pour écrire », je vous ai parlé de ce formidable outil pour dégager du temps qu’est la délégation. Le problème avec la délégation, c’est qu’elle n’est pas toujours possible. Il y a les auteurs qui n’ont pas les moyens financiers de confier des tâches à un prestataire, et il y a ceux à qui on répond « J’ai pas le temps » quand il demande quelque chose. Il faut alors passer à une autre méthode, une qui permet de gérer son temps afin de pouvoir en créer. Cela vous paraît dingue de créer du temps ? Sachez que c’est possible.

Je vous ai déjà parlé de l’homme-orchestre. Comme lui, vous faites peut-être tout, tout seul, et vous ne savez plus où donner de la tête. Mais l’homme-orchestre a un autre gros problème : il fait tout en même temps. Batterie, trompette, cymbales, harmonica et maracas… il joue de tout simultanément et c’est ce qui nous fascine dans cette prestation artistique. Dans la vraie vie, cependant, il a été scientifiquement prouvé (et, contrairement à la croyance populaire, cela vaut aussi pour vous mesdames) que le multitâche ne fonctionne pas.

Écrire du contenu tout en surfant sur Facebook, en faisant sauter des crêpes et en discutant avec le voisin ne peut vous amener qu’à un seul résultat : écrire des âneries, louper vos crêpes et vous fâcher avec votre voisin.

Mais quand on a un roman à écrire, un million d’autres choses à faire et seulement 24 h par jour, comment s’y prendre pour tout caser ?

Gérer son temps, c’est d’abord « hiérarchiser »

Vous avez sans doute déjà vu passer cette histoire du professeur qui remplit un bocal de grosses pierres, de gravier et de sable pour faire une démonstration devant sa classe. Parfois l’histoire connaît des variantes, comme dans celle que je vous mets en lien ci-dessous. Le professeur utilise des balles de golf et des vis, mais le principe est exactement le même.

Si vous ne connaissez pas cette fable, je vous invite à la regarder avant de continuer votre lecture.

Ce principe des « grosses pierres » est repris dans le livre « Les 7 habitudes de ceux qui réussissent » de Steven Covey.

Dans son livre, Covey nous apprend à distinguer les grosses pierres, le gravier et le sable (non, il ne parle pas de la bière 😉 ) en fonction de l’importance des tâches et de leur degré d’urgence, et il résume cela dans ce schéma.

image

Il dégage 4 zones bien distinctes dans lesquelles il répartit les différentes activités qui peuvent remplir nos journées. Les activités importantes et urgentes, celles qui sont importantes, mais non urgentes, les activités urgentes, mais pas importantes et enfin, celles qui ne sont ni importantes ni urgentes.

I — Important/Urgent

Dans cette zone se trouvent les situations que nous voulons éviter. Celles où nous courons partout, déguisés en pompier, pour éteindre les incendies qui se sont déclarés dans notre vie :

  • Se rappeler, le samedi à 8 h 30, que le petit à un match de foot à 9 h,

  • Commencer à rédiger son rapport super important deux jours avant la date d’échéance,

  • Votre PDG qui vous demande en urgence le dossier « Trucmuche » alors que vous ne savez plus où vous l’avez rangé,

  • Etc.

Cette zone est ultra stressante, nous demande une énergie folle et nous empêche de nous concentrer sur quoi que ce soit d’autre.

II — Important/Non-urgent

C’est la zone dans laquelle vous voulez être si vous voulez créer du temps, car c’est là que vous serez le plus productif et que vous vous engagerez dans les actions qui vous éviteront d’être en zone I.

En passant le temps nécessaire à la planification et à l’organisation, vous éviterez la panique et ce sentiment de débordement puisque vous ne vous disperserez plus dans tous les sens. Vous serez concentré.

III — Non-important/Urgent

Dans cette zone se trouvent les sources d’interruption qui ne vous aideront pas à avancer dans votre projet : les coups de fil impromptus, les notifications Facebook, les messages instantanés du style Messenger, les emails et les réunions sans intérêt.

À éviter au maximum.

IV — Non-important/Non-urgent

Dans cette zone, je range tout ce qu’il est agréable, mais qui ne vous aide pas à avancer : Netflix (ou Amazon Prime – pas de jaloux), internet (sauf si c’est utile pour votre projet), jeux vidéo, télévision, papotage avec la voisine, réseaux sociaux, etc.

Pour réduire le temps consacré à cette zone, il est nécessaire de se poser sérieusement la question : qu’est-ce qui est le plus important pour moi ? Écrire mon roman ou commencer une nouvelle série sur Netflix ? Vous êtes le seul à pouvoir répondre à cette question.

(Trouvez comment répondre à cette question en lisant l’article : Comment trouver le temps pour écrire)

Gérer son temps, c’est ensuite « Planifier »

« Super, merci Jérôme, mais je fais quoi de plus maintenant que je sais ça ? »

C’est en fait plutôt simple. Si chacune de vos journées était un bocal comme celui du professeur, avec quoi le rempliriez-vous en premier ?

Les grosses pierres, évidemment. Ce sont les tâches les plus importantes, c’est-à-dire celles qui vont vous permettre d’avancer dans votre projet d’écriture, de vous organiser, d’atteindre votre objectif ou de vous améliorer dans ce que vous faites.

Ces grosses pierres sont souvent trop grosses et il n’est pas possible de les réaliser sur une seule journée. C’est pourquoi je vous suggère de planifier ces grosses pierres à l’échelle de la semaine et non de la journée. Je m’explique :

Disons que vous voulez créer votre site auteur. Quelque chose de simple : une autobiographie, une page contact et votre bibliographie avec des liens Amazon vers vos livres.

C’est une tâche importante et non urgente, car ce sera un atout considérable pour votre carrière d’auteur indépendant et vous n’avez pas d’échéance limite pour le faire. Ce n’est également pas quelque chose que vous pourrez commencer et terminer en une seule journée (surtout si vous êtes novice en conception de site web). C’est trop gros.

C’est donc une « grosse pierre » que vous découperez en plusieurs tâches plus petites que vous gérerez sur la semaine : trouver l’hébergeur, choisir l’interface, le thème graphique du site, créer le contenu des pages et mettre en ligne. Vous allez étaler toutes ces tâches sur les sept jours d’une semaine.

En planifiant vos activités ainsi et en choisissant une, deux ou trois grosses pierres par semaine (grand maximum), vous fixez des objectifs échelonnés sur plusieurs jours. Vous laissez ainsi de la place dans vos journées pour tout ce qui va vous tomber dessus (c’est-à-dire le gravier et le sable) sans trop de stress.

Qu’est ce qu’un auteur peut mettre dans la catégorie des grosses pierres ?

Cela peut être un nombre de mots à écrire, un contenu hebdomadaire pour votre blog, un nombre de pages à corriger, un plan marketing à construire, un contact avec un libraire pour une séance de dédicace… Bref, c’est un pas en avant dans la bonne direction pour votre projet : écrire et être lu.

Définissez vos grosses pierres de la semaine le dimanche soir ou le lundi matin et terminez-les avant la fin de la semaine (sauf cas de force majeure évidemment). Les grosses pierres doivent rester vos priorités de la semaine. Si vous ne les avez pas réalisées, vous devez prendre 5 minutes pour vous demander pourquoi et appliquer les corrections qui s’imposent.

Enfin, gérer son temps, c’est « Supprimer »

Maintenant que vous avez vos grosses pierres, vous savez ce qui doit être fait d’ici la fin de la semaine. Très bien. Vous pourrez vous concentrer sur une à trois tâches et non vous éparpiller dans 50 directions en même temps.

Maintenant, vous devez vous débarrasser de tout ce qui se trouve dans les zones III et IV du tableau de Steven Covey et notamment de toutes les sources d’interruptions.

Les interruptions sont une source incroyable de perte de temps. Vous devez donc tout faire pour les réduire au maximum. Chaque fois que vous vous attelez à une tâche, vous avez besoin d’environ 3 minutes pour être complètement concentré dessus. La loi de Carlson a démontré que, en entreprise, un cadre ou un entrepreneur est interrompu en moyenne toutes les 12 minutes (source : cadreo.com).

Je n’ai pas trouvé de chiffre concernant les interruptions dans la vie quotidienne. J’estime cependant que, pour une personne qui vit en couple avec un ou plusieurs enfants et une vie sociale « normale », le nombre de ces interruptions est au moins équivalent.

Rendez-vous compte. Vous vous lancez dans la création de votre site auteur, confortablement installé devant votre ordinateur :

H – Vous commencez.

H+3 – Vous êtes concentré sur votre site auteur.

H+12 – Le téléphone sonne. Votre mère vous invite à manger dimanche prochain.

H+17 – Vous raccrochez.

H+20 – Vous êtes à nouveau concentré sur votre site.

H+29 – Votre conjoint vous propose une sortie cinéma ce soir.

H+33 — Vous retournez à votre site.

H+36 – Vous êtes concentré

H+45 — Vous recevez une notification Facebook d’un ami.

H+50 – Vous fermez FB.

H+53 – Vous êtes concentré.

H+62 – Votre enfant vous demande de l’aide pour ses devoirs.

Plus d’une heure est passée. Combien de temps avez-vous vraiment travaillé sur votre site auteur? Seulement 36 minutes, et il est probable que votre risque d’erreur ait fortement augmenté en raison des nombreuses interruptions.

Comment réduire ces interruptions

Voici quelques trucs et astuces que j’utilise dans ma vie professionnelle ou personnelle et qui aide à gérer son temps :

1 — Désactivez les notifications Email sur votre ordinateur et votre téléphone de façon à ce que vos courriers électroniques ne s’imposent pas à vous. Consultez votre messagerie seulement une ou deux fois par jour maximum pour grouper vos lectures et concentrer le temps que vous y passez.

2 — Mettez votre téléphone portable en mode avion et activez-le uniquement pendant vos temps de pause si vous le souhaitez.

3 — Si une personne vous interrompt pour vous demander quelque chose, notez sa demande et répondez-lui gentiment que vous vous en occuperez plus tard, puis revenez immédiatement à ce que vous faisiez.

4 — Désactivez votre connexion internet, sauf si vous avez besoin de cette connexion pour votre tâche.

5 — Coupez toutes les sources de distraction potentielles : télévision, radio, etc.

6 — Rangez votre espace de travail. « Avec un bureau encombré vient un esprit encombré ». Voir les papiers qui s’accumulent est une source de stress et de préoccupations qui vous distrait de votre tâche.

Il est bien sûr possible d’aller encore plus loin dans la planification de vos tâches quotidiennes et hebdomadaires, mais le but n’est pas de faire de vous des « Working girl », toujours l’œil rivé sur l’agenda du téléphone. Le simple fait de réaliser vos « grosses pierres », semaine après semaine, est déjà un pas énorme pour organiser votre temps et ne plus vous laisser polluer par ce qui ne mérite pas votre attention.

Maintenant que vous avez allégé vos journées avec la délégation et appris à gérer votre temps en priorisant ce qui est important, il ne vous reste plus qu’à maximiser tout ce que vous pouvez faire pendant ce temps devenu disponible.

Je parlerai de cela dès dimanche prochain. Mais avant, répondez à cette question :

Combien de temps êtes-vous capable d’écrire avant de vous épuiser et combien de mots écrivez-vous pendant ce temps ? Ne trichez pas, et dites-le-moi dans les commentaires.

Photo by Fabrizio Verrecchia on Unsplash


Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 commentaire sur “Comment gérer son temps pour pouvoir écrire”

  1. Bonjour Jérôme et merci pour ce nouvel article !
    Personnellement, j’essaie de travailler tous les jours (pas gagné) et je vise des sessions de 500 mots, cela peut sembler peu, mais malgré tout, je parviens à avancer de façon assez régulière…
    A bientôt !

    Agathe

Laisser un commentaire