Comment ne plus être trop débordé pour écrire

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  

Comment réussir à tout faire ? Pour ne plus être débordé? Nous sommes tous pris par nos obligations professionnelles et familiales, nos projets d’écriture, le minimum de détente pour ne pas exploser et ces foutues heures de sommeil qui prennent près d’un tiers de nos journées.

Parfois, vous vous réveillez tout seul en pleine nuit avec deux valises Vuitton sous chaque œil. Vous regardez l’heure à travers des paupières qui ont encore du mal à se décoller l’une de l’autre : il est quatre ou cinq heures du matin. Alors, foutu pour foutu, vous vous levez et profitez des quelques heures de calme qui restent pour continuer votre roman et là… le petit dernier commence à pleurer et vous savez que vous pouvez dire adieu au sommeil ET au temps libre.

Le reste de la journée va s’écouler comme une succession ininterrompue de sollicitations en tout genre qui va vous conduire jusqu’à 22 h où, épuisé, vous vous écroulez sur votre oreiller sans avoir eu la chance de vous approcher de votre clavier. Au final, vous aurez passé une journée de plus sans avoir pu consacrer une minute à votre roman. Vous êtes fatigué et frustré.

Bref, la journée typique d’un(e) auteur(e), père/mère de famille qui doit bosser pour payer le loyer (toute ressemblance avec la semaine que je viens de passer est complètement volontaire).

Cet état de fait est-il inéluctable ? Est-il possible de se dégager un peu de temps pour écrire ?

Oui, et sans vous cloner comme dans le film « Mes doubles, ma femme et moi » d’Harold Ramis. Il y a plus simple.

Unnecessary Tribute: 12 Carefully Selected Moments from ...

La fin de l’homme-orchestre

Il y a quelques jours, je me promenais dans les rues de Bruxelles, et je suis tombé sur ce phénomène :

Tout d’abord, j’ai été hypnotisé par la prestation. J’ai toujours été fasciné par les hommes-orchestres. Réussir à jouer de plusieurs instruments en même temps tout en dansant et en manipulant des marionnettes, il y a de quoi être impressionné.

Et puis, j’ai réalisé que, pour beaucoup d’entre nous, nous sommes également des hommes-orchestres. Nous jonglons avec plusieurs rôles en permanence : celui de salarié (ou de patron), de parent, de conjoint, d’auteur, de vendeur de nos propres livres, d’homme ou femme au foyer… En réalité, nous devons l’admettre, personne ne nous demande de faire tout cela.

Déléguer pour ne plus être débordé

Bien sûr, la pression sociale nous demande d’être un employé sérieux, un bon mari ou une bonne épouse, un parent responsable et un auteur appliqué, mais les circonstances nous demandent simplement que ce qui doit être fait soit fait. Peu importe qui le fait du moment que vous en gardez la responsabilité. C’est la définition même de la délégation.

En moyenne, seuls 20 % des tâches que vous réalisez ne peuvent être faites par une autre personne que vous. Cela signifie que 80 % de vos activités peuvent être confiées à quelqu’un d’autre.

Quelles tâches peuvent être déléguées ? Mais celles que vous voulez ! Celles qui vous prennent le plus de temps de préférence ou vous posent un problème technique, peu importe du moment que cela vous libère du temps pour écrire. Personne ne vous oblige à  tout faire vous-même.

Soulagez votre cerveau

L’une des plus grosses idées reçues concernant notre cerveau, c’est de le considérer comme une boîte dans laquelle nous rangeons des informations. En vérité, notre cerveau est une véritable passoire mémorielle qui est sans arrêt en train de reconstruire ce dont nous devons nous rappeler.

Ce processus de reconstruction est enclenché à chaque fois que vous voulez vous souvenir de quelque chose, que ce soit votre dernière idée de roman, la liste des courses, un souvenir d’enfance ou les consignes données par votre patron ce matin. C’est une source de stress énorme pour votre pauvre cerveau qui peut littéralement « déborder » de choses à se souvenir. Cela peut perturber votre sommeil et surtout vous rendre moins efficace et donc… plus débordé. C’est un cercle vicieux.

via GIPHY

La solution pour cela est de « déléguer » ce processus de reconstruction mémoriel à un système de notation. Le but est que votre cerveau n’ait plus cet effort permanent de mémoire à faire. Pour qu’il puisse se reposer ou se concentrer sur des choses plus importantes.

Peu importe le système que vous choisirez. Cela peut être un simple carnet en papier que vous aurez toujours dans votre poche, un logiciel sur votre ordinateur ou une application sur votre smartphone. L’essentiel est d’y noter toutes vos idées, vos projets et vos listes de tâches à faire pour ne pas avoir à vous en souvenir.

À titre personnel, j’en utilise deux :

– Evernote sur mon PC et sur mon téléphone pour y noter mes idées (histoires, sujets d’articles, de vidéos, méthodes, livres à lire, etc.)

– Habitica sur mon PC et mon téléphone pour toutes les tâches à faire que ce soit des habitudes, des tâches quotidiennes ou des tâches importantes pour l’atteinte de mes objectifs.

S’appuyer sur votre famille et vos proches

Toutes les compétences se trouvent dans votre famille.

Les grands-parents sont heureux de garder les petits, votre garçon qui aime cuisiner sera ravi de préparer le dessert du dimanche, votre fille s’éclatera à sortir le chien, le voisin sera content d’accueillir vos enfants pour qu’ils jouent avec les siens, etc. Tout le monde participe aux tâches ménagères et chacun se rend des services.

Déléguer une tâche à un proche ne revient pas à se « décharger » complètement sur lui. C’est une preuve de confiance qui responsabilise les petits comme les grands et montre à chacun qu’il a sa place et son rôle dans la vie de famille.

En théorie, vous pouvez tout leur demander du moment que vous n’abusez pas et que vous êtes prêt à renvoyer l’ascenseur. Un simple « Chéri(e), ce soir je voudrai écrire. Tu peux t’occuper du dîner ? » peut faire des miracles si tant est que vous fassiez de même quand il/elle va au foot/yoga/gym/club de macramé le lendemain soir.

Déléguer à un prestataire

À l’ère du numérique, déléguer n’a jamais été aussi simple.

Trouver une baby-sitter, une femme de ménage, un illustrateur, un infographiste, un correcteur ou un rédacteur est à portée de clic.

Exemple : vous avez sans doute remarqué que je publie les versions texte de mes vidéos YouTube sur le blog. Sachez que je ne suis pas celui qui réalise ces transcriptions texte. C’est un travail long et ennuyeux que je confie à un prestataire pour quelques euros sur 5euros.com

(lisez l’article : Quel budget pour l’auto-édition et comment le réduire).

Dans l’activité même d’un auteur, il n’existe aucune tâche qui ne peut pas être déléguée ou sous-traitée… même l’écriture. C’est le cœur de métier des écrivains publics et des rédacteurs web. Même si vous ne souhaitez pas déléguer l’écriture de votre roman (je vous rassure, moi non plus), il est possible de confier la création du contenu de son site auteur à un professionnel si cette tâche vous rebute.

Bien sûr, déléguer à un prestataire a un coût financier, mais ce que vous ne paierez pas de monnaie sonnante et trébuchante, vous le financerez sur votre temps libre. C’est un choix qu’il est nécessaire de faire dans la définition de votre stratégie d’auteur.

(Lisez l’article : 12 choix à faire avant de vendre ses livres)

Comment déléguer pour ne plus être débordé

Déléguer peut paraître aussi simple que de dire « Fais ceci » ou « Fais cela », mais si vous voulez que cette expérience soit une expérience agréable pour tout le monde et que cela vous dégage du temps pour ne plus être débordé, vous devez aller un peu plus loin.

via GIPHY

La première chose à comprendre, c’est que le succès de votre délégation dépend de vous. C’est la façon dont vous allez déléguer cette tâche qui va conditionner sa réussite ou son échec. Cette tâche est votre responsabilité. La confier à quelqu’un d’autre ne vous en dédouane pas.

Voici les 10 étapes et les conditions que vous devez respecter pour que cette délégation à un membre de votre famille ou à un prestataire soit efficace et vous permette de dégager du temps pour écrire :

  1. Vous devez admettre qu’une autre personne est capable de réaliser cette tâche aussi bien que vous (sinon mieux).
  2. Bref, mettez votre ego au placard.

  3. Déléguez les tâches qui vous prennent du temps, pas celles qui vous ennuient.
  4. Pour vos proches : une tâche qui prend 5 minutes à faire et 5 minutes à déléguer n’est pas rentable, d’autant que vous trouverez moins de volontaires pour les tâches trop ennuyeuses. Confiez les tâches qui vous prendraient plus de temps à faire qu’à expliquer.

  5. Pour le prestataire : vous pouvez également confier les tâches techniques qui vous dépassent. Vous gagnerez également le temps nécessaire à l’apprentissage nécessaire pour réaliser cette tâche, mais vous deviendrez « dépendant » de ce prestataire.

  6. Ne déléguez pas toujours au même !
  7. Pour vos proches : Votre grande fille de 16 ans est sans doute plus mature et plus fiable que le petit de 8 ans, mais vous devez rester équitable.

  8. Pour le prestataire : Au contraire, reprendre le même prestataire a des avantages. Lui est heureux d’avoir un client fidèle et il connaît votre niveau d’exigence et vos habitudes. Quant à vous, vous êtes en confiance.

  9. Résistez à l’envie de contrôler la tâche déléguée
  10. Déléguer ne vous apportera aucun temps libre si vous le passez à regarder par-dessus l’épaule des gens.

  11. Soyez clair sur le résultat attendu :
  12. Pour vos proches : « Je veux que tu vides le lave-vaisselle, que tu ranges la vaisselle dans les placards et que tu le remplisses à nouveau avec la vaisselle sale. » est préférable à « Occupe-toi du lave-vaisselle »

  13. Pour le prestataire : « Je souhaite une couverture aux couleurs vives en flat design représentant un dragon enroulé sur lui-même » (Lisez l’article Définition du Flat Design) plutôt que « Je veux une couverture pour un roman Fantasy »

  14. Soyez clair sur le délai attendu.
  15. Prenez le temps de répondre à toutes les questions.
  16. C’est aussi dans votre intérêt.

  17. Assurez-vous que la personne que vous avez choisie est d’accord pour assumer sa tâche
  18. Pour vos proches : Ce n’est pas toujours évident, surtout avec les moins motivés et les tâches rébarbatives, mais prenez le temps d’expliquer pourquoi c’est important. Les gens sont plus à même de s’y résoudre quand ils savent pourquoi ils le font.

  19. Pour le prestataire : C’est encore plus vrai avec un prestataire extérieur. L’acceptation de votre commande est un contrat qui vous engage autant que lui. Tout le monde doit être d’accord sur les conditions de réalisation de la tâche avant de lancer la commande. S’il s’agit d’un travail de conception (graphisme, 4e de couverture, etc.), n’oubliez pas de vous mettre d’accord sur le nombre de corrections possibles après livraison et leurs tarifs.

  20. Laissez la personne accomplir sa tâche comme elle le désire
  21. Ce qui est important, c’est l’atteinte du résultat attendu (étape 5) et non la façon de l’atteindre.

  22. Cette condition est très importante si vous ne voulez pas que la marque de confiance qu’est la délégation se transforme en corvée.

  23. De plus, si vous avez votre façon de réaliser cette tâche, dites-vous qu’il existe d’autres façons qui marchent aussi bien que la vôtre, sinon mieux.

  24. Vous avez le droit de conseiller une méthode, mais pas de l’imposer.

  25. Vérifiez le résultat
  26. Pour la famille : Félicitez la personne pour son travail. Si quelque chose ne va pas, faites-le gentiment remarquer et expliquez-lui comment s’y prendre pour faire mieux la prochaine fois. Remerciez-la dans tous les cas car, même si c’est imparfait, elle vous a rendu service.

  27. Pour un prestataire : Laissez-lui un commentaire positif sur son site si tout est conforme. Demandez des corrections si quelque chose vous dérange (d’où l’importance de l’étape 8).

Tout cela peut vous paraître très formel, voire corporatiste, mais ces étapes n’ont pas besoin d’être accompagnées d’un formulaire en trois exemplaires pour être efficaces. Elles se font naturellement, au fil des conversations avec vos proches et représentent deux ou trois échanges par email avec un prestataire. L’important, c’est l’esprit de confiance dans lequel ces délégations se font et la réciprocité les uns envers les autres, en particulier dans le cadre familial.

via GIPHY

Ma petite famille et moi-même nous nous félicitons régulièrement d’être une équipe, et c’est ce qui permet à chacun d’entre nous de profiter du temps libre nécessaire pour nos activités respectives. Si l’un d’entre nous endossait le rôle de l’homme-orchestre au détriment de ses projets, l’équilibre serait rompu et nous arriverions rapidement à une situation de rupture qui ferait tout voler en éclat. C’est un équilibre qui peut être difficile à trouver et il n’est jamais acquis, mais il permet à chacun de ne plus se sentir débordé.

Je vais profiter de cet article pour remercier publiquement ma merveilleuse femme et mon adorable fille qui m’aident à trouver du temps pour mes projets d’écriture. Sans leur soutien, je ne serais pas en capacité de publier aussi souvent sur ce blog ou d’écrire mon roman.

Je vous invite également à remercier ceux qui vous aident au quotidien à écrire des livres et à les publier. Faites-le dans les commentaires ou allez le leur dire en les regardant dans les yeux et faites-leur un câlin. Ils le méritent. 🙂

Mercredi prochain, je continuerai sur ce thème avec un article portant sur la gestion du temps et une méthode imparable pour se concentrer sur ce qui est important.

Image parGerd Altmann de Pixabay


Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire