Comment publier un livre sur Amazon – les 10 étapes

Comment publier un livre sur Amazon
Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Publier un livre sur Amazon peut paraître évident pour les auteurs endurcis qui ont déjà plusieurs publications à leur actif. Mais l’autoédition en général, et sur Amazon en particulier, reste un sujet qui soulève toujours beaucoup de questions sur les réseaux sociaux, et ce à juste titre.

Contrairement à ce que disent certains, publier un livre sur Amazon n’est pas simple comme bonjour… en tout cas pas si on souhaite le faire correctement.

Alors pourquoi ne ferions-nous pas le tour du propriétaire ensemble pour expliquer à quoi sert chaque étape et comment les franchir en souplesse ?

Je vous fais grâce de toutes les étapes préparatoires relatives à l’écriture, la correction et la bêta-lecture de votre livre et je pars du principe que votre texte est prêt à être publié à quelques menus détails près (que nous verrons plus loin).

Sachez, cependant, que si vous vous interrogez sur ces étapes préparatoires à la publication, vous pouvez vous renseigner avec les articles suivants :

Ces « petites » formalités terminées, nous pouvons nous attaquer à ce qui nous intéresse aujourd’hui, à savoir publier un livre sur Amazon.

Dans cet article, j’aborde chacune des étapes nécessaires pour publier un livre sur Amazon dans l’ordre où elles apparaîtront sur votre écran. Vous serez donc en mesure de suivre chaque étape, pas-à-pas, et de reprendre où vous vous êtes arrêtés si vous le faites en plusieurs fois.

Donc direction le site de Kindle Direct Publishing. Commencez par créer votre compte et cliquez sur l’onglet « Ma bibliothèque », car c’est là que tout se passe.

1 — Correction et mise en page

La correction orthographique

Je vais commencer par une dérogation à ma propre règle, car ce point ne fait pas partie des étapes pour publier un livre sur Amazon, mais elle est très importante : la correction orthographique de votre roman.

Une fois que vous avez corrigé votre histoire, votre style et que les bêta-lecteurs vous ont remonté les éventuelles incohérences de votre histoire, vous DEVEZ confier votre livre à un correcteur professionnel ou à une personne non pro, mais ultra-compétente (un ayatollah de l’orthographe, comme je les appelle).

Ce correcteur corrigera toutes les erreurs que vous n’aurez pas vues (et croyez-moi, il y en aura) : grammaire, orthographes, conjugaison, concordance des temps, etc., etc.

Vous ne pouvez pas publier un livre sans avoir fait la chasse à ces fautes.

Pourquoi ? Pour deux raisons aussi importantes l’une que l’autre.

La première, c’est que votre présence sur ce blog prouve que vous êtes un auteur sérieux et professionnel qui a à cœur d’autoéditer un livre de qualité ; et un roman bourré de fautes est tout sauf de qualité.

La deuxième, c’est que le genre de livre comme celui dont vous trouverez un extrait ci-dessous (je ne donnerai pas les références, pas la peine de demander) est une des raisons pour lesquelles l’autoédition a encore mauvaise presse. En publiant des torchons comme celui-ci, l’auteur ne se discrédite pas seulement lui-même, mais également tous les auto-édités qui se crèvent à publier de bons romans. Et ça, j’aime pô !

Ne jamais publier un livre sans vérifier la grammaire et l'orthographeDonc, correction obligatoire. Pas de discussion 😉

La mise en page

Vous pouvez avoir la chance de trouver une assistante administrative qui vous fera la mise en page de votre livre au format eBook et/ou au format broché.

Si ce n’est pas le cas, alors vous devrez vous en charger vous-même. Ne vous inquiétez pas, cela n’a rien de très compliqué, c’est juste un peu barbant (enfin, je trouve 😊 ).

Mais qu’est-ce que la mise en page d’abord ?

Il s’agit tout simplement de la mise en forme de votre texte. Cela comprend l’espace entre les lignes, les retraits en début de paragraphe, les coupures de mots, les sauts de ligne, etc.

Bref tout ce qui va faire que votre texte ne ressemblera pas à un gros pâté de caractères posé là, pour que le lecteur s’esquinte les yeux dessus.

Il m’est déjà arrivé d’abandonner la lecture d’un roman à cause d’une mauvaise mise en page. Vous devez donc prendre cette étape très au sérieux.

Comment faire ?

Cela dépend beaucoup du logiciel que vous utilisez. Les pros utilisent In Design (très cher et très compliqué) et certains auteurs ont investi dans des logiciels comme Scrivener. Mais, si vous êtes un débutant, il est probable que vous travaillez sur un traitement de texte comme Word.

Si c’est le cas, ne vous inquiétez pas. D’abord parce que l’outil est très adapté pour écrire un premier roman, et ensuite parce qu’Amazon a prévu tout un processus, étape par étape, pour vous aider à faire votre mise en page avant de publier un livre chez eux.

Après tout, il est aussi dans l’intérêt d’Amazon que votre livre soit professionnel et de qualité.

La mise en page étant très différente selon si vous publiez un eBook ou un broché, vous devrez faire ce travail deux fois :

Pour trouver les consignes de mise en page eBook, vous pouvez cliquer ici.

Pour les consignes de mise en page brochée, vous pouvez télécharger le guide complet en cliquant ici.

Quelques points importants à ne pas oublier

Concernant la mise en page de vos eBooks, voici quelques conseils en vrac :

– Insérez une table des matières. C’est un outil pratique qui manque aux lecteurs lorsqu’il est absent,

– Insérez des liens hypertextes vers votre site auteur, vos autres livres et votre adresse email. Vous voulez que vos lecteurs vous trouvent le plus vite et le plus facilement possible.

– Prévisualisez votre eBook avant de publier votre livre. Il vaut mieux vérifier que tout est en ordre avant de cliquer sur le gros bouton rouge.

Tout vérifier avant de publier un livre

2 — Publier un livre broché ou numérique ?

Une question sans conséquence pour votre portefeuille, car publier un livre sur Amazon est complètement gratuit, que vous le fassiez au format papier, numérique ou les deux.

L’option par défaut est de ne publier son livre qu’au format eBook, car il s’agit de la forme la plus simple à autoéditer et c’est également celle qui se vend le mieux.

Mais si vous êtes comme moi (et beaucoup d’autres), vous avez sans doute envie de tenir votre livre dans vos mains, de sentir la rugosité du papier sous vos doigts et de le poser fièrement sur une étagère.

Une autre bonne raison de publier sous deux formats, c’est que certains lecteurs n’aiment pas lire sur une liseuse et que d’autres n’ont pas les moyens de payer le prix d’un broché. En proposant les deux, vous satisferez tout le monde.

Si c’est le cas, sachez que cela vous coûtera surtout en temps et en énergie, car vous devrez tout faire en double : 2 publications différentes, 2 mises en page, 2 couvertures, 2 descriptions, 2 choix de rubrique, 2 sélections de mots-clés, 2 calculs du prix, etc.

Le plus important si vous décidez de publier les deux formats, c’est de ne pas oublier de les lier, dans votre bibliothèque KDP, comme étant un seul et même livre.

 Pourquoi c’est important ? Parce que si vous ne le faites pas, Amazon va considérer qu’il s’agit de deux livres différents, et il ne proposera pas les deux formats sur la même page de vente, et cela peut vous faire louper des ventes.

Nota Bene : De la même façon, si vous autoéditez une série de livres, je vous recommande vivement de lier tous les tomes en créant une série dans votre bibliothèque KDP.

En indiquant à Amazon que vos livres s’inscrivent dans une continuité, vous indiquez à son algorithme qu’il est rentable de proposer les tomes 2, 3 et 4 sur la page du tome 1.

Les lecteurs qui commencent une série sont généralement motivés pour lire tous les autres tomes. Alors facilitez-leur la vie !

3 — Choisir ses mots-clés

C’est généralement là que ça coince et c’est dommage, car c’est une des parties les plus importantes quand on autoédite son livre.

Sans rentrer dans les détails, les mots-clés ont une importance a-bso-lu-ment capitale si vous voulez que les lecteurs trouvent votre livre en faisant une recherche.

En remplissant les 7 mots-clés proposés par Amazon, vous lui indiquez avec quelle recherche vous voulez qu’il propose votre livre aux internautes.

En conséquence, si vous n’indiquez pas les bons mots-clés, personne ne vous trouvera jamais.

Pour plus d’informations, lisez l’article « Choisir ses mots-clés », mais voici, en synthèse, les qualités d’un « bon » mot-clé :

Qualité n° 1

Il ne s’agit pas d’un mot-clé qui vous parle à vous, mais d’un mot-clé qui parle aux lecteurs ou, en d’autres termes, un mot qu’une personne qui ne vous connaît pas et qui ne connaît pas votre livre aura tendance à taper dans un moteur de recherche.

Exemple : Vous avez écrit une fantasy dystopique dans un monde imaginaire dans lequel une armée de zombies carnassiers vient ravager le monde merveilleux de Rastapodia.

Quand vous déterminerez vos mots-clés, n’incluez pas « Rastapodia » comme l’un d’eux, car c’est un mot de votre invention que personne d’autre ne recherchera jamais. En revanche, les mots-clés comme « fantasy dystopique », « monde imaginaire » ou « zombie » intéresseront sûrement quelques internautes.

Qualité n° 2

Un mot-clé n’est pas constitué d’un seul mot, mais de plusieurs. Chacun des 7 espaces dans lesquels vous pouvez taper des mots-clés peut contenir une cinquantaine de caractères, et il faut les utiliser au maximum afin d’être le plus précis possible.

Disons que vous avez écrit un manuel sur « Comment cultiver ses tomates biologiques ». Votre livre s’adresse clairement à des lecteurs qui aiment jardiner et qui ont la fibre écolo. Si vous choisissez « tomate » comme mot-clé, votre livre va ressortir avec d’autres ouvrages traitant de recettes de cuisine à base de tomate, l’histoire de la tomate de la Renaissance à nos jours, et une BD comique sur « L’attaque des tomates tueuses ».

Bref, pas des livres qui intéresseront les jardiniers écolos.

En revanche, si votre mot-clé est « potager jardiner les tomates biologiques », vous taperez pile dans la cible ; et le plus beau c’est qu’Amazon considérera tous ces mots-clés aussi bien globalement que séparément. Alors, mettez le paquet.

Qualité n° 3

Un bon mot-clé doit être un équilibre subtil entre attractivité et faible concurrence. Cela signifie qu’il doit être suffisamment intéressant pour que beaucoup de lecteurs le cherchent, mais pas trop pour que la concurrence soit acceptable.

Exemple : Si vous tapez « romance » dans la barre de recherche Amazon, vous allez avoir plus de 60 000 résultats et zéro chance d’arriver dans les premiers.

En revanche, si vous tapez « romance jeunesse », vous descendrez à 1 000 résultats. Ce qui est nettement plus faisable.

Le choix des mots-clés: une étape primordiale quand on publie un livre

4 — Écrire une description

Quand vous publiez un livre sur Amazon, je vous conseille de rédiger la description de votre livre après avoir choisi vos mots-clés.

La raison à cela c’est que l’algorithme d’Amazon va « scanner » votre titre et votre description pour s’assurer qu’il trouve les mots-clés demandés par les utilisateurs. Votre description doit donc être la mieux référencée possible et le meilleur moyen pour cela est d’inclure vos mots-clés dans votre description.

Mais cela ne veut pas dire que vous devez balancer vos mots-clés en vrac et basta. Votre description est avant tout un argument de vente. C’est elle qui va décider l’internaute à mettre ou non votre livre dans son panier.

Pour ma part, je trouve que la meilleure méthode est d’abord de rédiger une description sans se préoccuper des mots-clés, en l’écrivant uniquement à l’attention du lecteur. Et ensuite, vous faites la liste de vos mots-clés et vous reprenez votre description en les intégrant aux endroits qui vous semblent les plus naturels.

Ce sont des robots qui décident de la place de votre livre, mais ce sont encore des humains qui décident de l’acheter. N’oubliez jamais que vous écrivez d’abord pour des humains.

Pour savoir comment écrire une description Amazon qui fait vendre, lisez l’article « Comment écrire une description Amazon qui fait vendre ».

5 — Choisir ses catégories

Voilà la partie la plus mystérieuse quand on veut publier un livre sur Amazon. Ici nous touchons aux étiquettes de genre dans lesquelles votre livre va être « rangé » sur la plateforme.

Cette étape est auréolée d’un double mystère :

Mystère n° 1 : pourquoi tout le monde appelle cela des « Catégories » alors qu’Amazon les nomme des « Rubriques » ?

Mystère n° 2 : pourquoi un livre apparaît parfois dans des catégories non choisies par ceux qui l’ont publié ?

Le mystère n° 1 restera, je pense, toujours mystérieux.

Concernant le mystère n° 2, voilà un début de réponse : il y a deux types de catégories sur Amazon. Celles mises en avant sur le site, visibles par les acheteurs, et celles choisies par l’auteur au moment de la publication et que personne d’autre ne voit, car elles sont « derrière ».

La rumeur veut qu’il existe dans les 16 000 catégories mises en avant et environ 3 000 derrière, mais j’ignore si ces chiffres sont justes. Je n’ai pas pu les vérifier.

Les catégories cachées sont les étiquettes « classiques » utilisées par les libraires depuis la nuit des temps pour ranger les livres sur leurs étagères.

Quant au choix des catégories en avant, la méthode d’Amazon n’est pas claire. On ignore comment ils s’y prennent, mais on suppose qu’ils effectuent un croisement entre les catégories cachées et les mots-clés de votre description.

Mais que faire si Amazon classe mon Thriller fantastique dans la catégorie Cuisine moléculaire ?

La hotline d’Amazon

Il faut être honnête, dans 80 % des cas, les catégories mises en avant correspondent bien au genre du roman. Mais il arrive parfois que l’algorithme pédale dans la choucroute et vous colle dans des catégories complètement fantaisistes. Alors que faire ?

Malgré tous ses défauts, Amazon bénéficie d’une hotline que je trouve particulièrement   réactive, et elle peut vous servir à ce stade de votre publication.

Si vous ne souhaitez pas que votre dystopie fantasy soit rangée au rayon romance historique. Vous pouvez tout simplement leur écrire pour leur demander de changer. La correction prend entre 24 et 48h00.

Ce que peu de gens savent, c’est que vous pouvez également leur demander de classer votre roman dans des catégories supplémentaires si vous les trouvez pertinentes.

Au moment de publier un livre, Amazon ne vous permet de choisir que 2 rubriques pour les eBooks et 3 pour les Brochés mais, en passant par la hotline, vous avez la possibilité d’inscrire votre roman dans 10 catégories de votre choix.

À n’utiliser que si c’est utile, bien sûr. Ne collez pas votre livre dans des catégories qui n’ont rien à voir avec votre ouvrage.

(Lisez l’article « Catégories et mots-clés sur Amazon »)

6 — Lancer une précommande (ou pas)

Non disponible pour la version broché.

À ce stade, vous fixez la date à laquelle vous voulez que votre eBook soit publié et la possibilité de lancer une campagne de précommande. Cela signifie que vos lecteurs auront la possibilité d’acheter votre eBook alors qu’il n’est pas encore sorti (vous pouvez lancer la précommande d’un eBook jusqu’à un an avant sa sortie).

Contrairement à ce que beaucoup croient, le lancement d’une campagne n’est pas à faire systématiquement, car cela comporte des inconvénients.

Contrairement à d’autres plateformes de vente (Kobo, iBook, etc.), les ventes faites au cours de la période de précommande sont comptabilisées au fur et à mesure et non le jour du lancement. Cela signifie que vous ne bénéficierez pas, le jour du lancement, du boost de ventes générées par l’afflux des précommandes et que votre classement augmentera plus lentement.

Certes, un bon classement n’est pas forcément synonyme de nombreuses ventes… mais ça aide 😉

Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas faire de précommande, car Amazon a tendance à préférer les courbes de vente progressives et régulières aux successions de pic et de creux. Mais ce n’est pas sur les précommandes que je concentrerai le plus les efforts de ma stratégie marketing.

Réfléchissez bien avant de lancer votre précommande.

Sachez qu’Amazon ne rigole pas avec ça. L’annulation d’une précommande avant la date de parution entraîne automatiquement une interdiction d’user des précommandes pendant une année pleine.

Il vaut donc mieux tout vérifier avant de cliquer sur « valider ».

(Lisez l’article : « L’algorithme Amazon, comment ça marche »)

Savoir choisir le bon outil pour la bonne situation

 

7 — Publier un livre avec la « bonne » couverture

Je ne répéterai jamais assez l’importance d’avoir une couverture accrocheuse et esthétique pour l’attractivité de votre roman. C’est d’abord votre couverture qui va décider si le lecteur va accorder un peu d’attention à votre livre.

L’idéal, comme toujours, est de confier la réalisation de votre couverture à un graphiste professionnel. Comme pour la correction orthographique, le graphisme est un métier qui ne s’improvise pas et il est dans votre intérêt de vous en remettre à leurs compétences.

Si vous avez déjà votre couverture, vous pouvez la télécharger directement au format JPEG ou TIFF. Fin de l’histoire.

(Lire l’article « Quel est le coût de l’autoédition »)

Le créateur de couverture

Bien sûr, si votre budget est égal à 0 + 0, pas la peine de vous prendre la tête (à Toto).

Amazon met à votre disposition un outil de création de couvertures très simple d’utilisation : le créateur de couverture.

Il vous permet de créer des couvertures en trois étapes :

1 — Choisissez une image parmi la banque d’images Amazon ou une image présente sur votre ordinateur (ou encore l’option « couverture sans image »)

2 — Sélectionnez le modèle de couvertures qui vous intéresse parmi ceux proposés,

3 — Mettez en forme votre couverture (choix de couleur, taille et place du titre, police d’écriture, etc.),

4 — Générez un aperçu de votre couverture à valider (ou à recommencer si vous n’êtes pas satisfait).

Simple et rapide. Le seul souci avec cette méthode, c’est que les couvertures générées sont moches à s’en fouetter les parties charnues avec un rosier fraîchement coupé.

CANVAS

Une solution alternative est d’utiliser le site gratuit Canvas. Ce site vous permet de créer des design de tout genre et offre un grand nombre d’outils dont la plupart sont gratuits.

Une fois inscrit, vous pouvez cliquer sur « Créer un Design » et choisir le format « Couverture de livre ». Vous serez alors automatiquement dans les clous au niveau du format.

Ensuite, c’est à vous de jouer.

Téléchargez des images libres de droits sur des sites comme Pixabay ou Unsplash, insérez votre titre et votre nom d’auteur, jouez sur les nuances, ajoutez des éléments, créez des effets… et téléchargez votre design quand il est terminé.

Mon conseil pour les graphistes en herbe : créez plusieurs couvertures et, avant de le publier, interrogez les gens autour de vous et sur les réseaux sociaux pour savoir laquelle ils préfèrent. Votre couverture doit avant tout plaire aux lecteurs.

8 — Publier un livre dans les règles légales et fiscales

C’est la partie « Yaaaawn » qui ne passionne personne, mais elle est obligatoire si vous ne voulez pas être jeté au cachot avec du pain sec et un pichet d’eau.

Ces mentions légales sont partiellement prises en charge par Amazon, pour le reste, vous devrez vous débrouiller tout seul.

Les numéros ISBN et AEN

L’International Standard Book Number ou ISBN est un numéro à 13 chiffres qui permet d’identifier n’importe quel livre publié dans le monde ainsi que son éditeur. C’est la carte d’identité d’un ouvrage !

Pour simplifier, l’ISBN est au livre ce que la plaque d’immatriculation est à la voiture ! Il permet de faciliter et de sécuriser la gestion informatique du livre pour les librairies, les bibliothèques et les distributeurs.

Le numéro AEN, quant à lui, correspond au numéro ISBN moins les deux derniers chiffres et est utilisé pour générer le code-barre qui sera apposé sur la 4e de couverture de votre broché.

L’eBook

La bonne nouvelle, concernant cette démarche obligatoire, c’est que les eBooks n’ont pas besoin d’un numéro ISBN (et donc pas besoin d’un numéro AEN). Si vous ne prévoyez pas de version brochée, vous n’avez donc rien à faire.

Le broché

Si vous souhaitez une version papier, sachez qu’Amazon vous propose de vous en fournir un gratuitement.

Mais attention… car le numéro ISBN d’Amazon ne peut être utilisé QUE sur Amazon. Si vous souhaitez donc un jour vendre votre livre dans une librairie ou sur une autre plateforme de distribution (Kobo, iBook, etc.), vous devrez en demander un auprès de l’AFNIL (25 € pour la première demande, gratuit pour les suivants).

Sachant qu’il est tout à fait possible de saisir son propre numéro ISBN pour publier un livre sur Amazon, je recommande vivement de se simplifier la vie en utilisant le même numéro ISBN sur toutes les plateformes.

Le code barre

Quant au numéro AEN et à son code-barre, l’outil de publication vous propose deux options :

– soit le code-barre est déjà intégré dans la 4e de couverture que vous avez chargée,

– soit le code-barre doit être ajouté par-dessus l’image de la 4e de couverture.

Dans le deuxième cas, Amazon vous propose de générer automatiquement le code-barre et de l’intégrer sur votre 4e de couverture.

Cela fonctionne très bien, mais n’oubliez pas que, si vous voulez vendre votre livre sur d’autres plateformes, vous devrez faire la démarche d’intégrer le code-barre sur votre 4e de couverture a posteriori. Vous avez donc tout intérêt à intégrer votre propre code-barre dès le départ afin de bénéficier d’une totale liberté de mouvement.

Si vous souhaitez savoir comment faire pour obtenir un numéro ISBN et sur quel site télécharger une image de code-barre, vous pouvez télécharger gratuitement l’eBook « Les 5 obligations légales et fiscales d’un auteur indépendant » sans plus attendre en cliquant ici.

Le dépôt légal, la protection contre le plagiat et les mentions obligatoires

Nous entrons ici dans des domaines dont Amazon ne s’occupe absolument pas, mais qui restent obligatoires (ou vivement conseillés). Vous ne pouvez donc pas faire l’impasse dessus.

Je vous en livre ici, un bref résumé que vous pourrez compléter dans le guide des 5 obligations légales (cf. juste au-dessus).

Le dépôt légal

Le dépôt légal est l’obligation pour tout éditeur, imprimeur, productrice, importatrice de déposer chaque document qu’il édite, imprime, produit ou importe en France à la Bibliothèque Nationale de France.

Il s’agit de regrouper le patrimoine littéraire français dans un seul et même endroit. C’est pourquoi il est absolument obligatoire dès que vous publiez un livre, que ce soit sur Amazon ou ailleurs.

La protection contre le plagiat

Se protéger contre le plagiat n’est pas une obligation.

Il faut savoir que vos droits, en tant qu’auteur, vous sont automatiquement attribués à la seconde où vous avez écrit un texte. Vous n’avez rien à faire pour cela.

Oui, mais…

Et si une autre personne déclare que votre livre est une pâle copie du sien ? Ou qu’un autre auteur pompe outrageusement votre intrigue pour écrire son propre roman ?

Dans le cas d’un litige de ce genre, la question majeure à laquelle il faudra trouver une réponse, preuve à l’appui, est « Qui l’a écrit en premier ? »

Il vous faut donc enregistrer et dater une preuve valable devant un tribunal compétent pour justifier de la paternité sur votre œuvre.

Pour cela, il existe plusieurs solutions, certaines plus sûres que d’autres et plus ou moins coûteuses, que vous retrouverez dans l’article « 5 façons de se protéger du plagiat ».

Les mentions obligatoires

Un arrêté du 12 janvier 1995  fixe les mentions obligatoires devant figurer sur les documents imprimés, graphiques et photographiques soumis au dépôt légal

1— Nom (ou raison sociale) et adresse de l’éditeur

2— Nom et domicile de l’imprimeur ou du producteur

3— Pays de production en cas d’impression à l’étranger.

4— Mois et année de création et d’édition.

5— Date d’achèvement du tirage.

6— Les mots « Dépôt légal » suivis de l’indication de l’année et du mois de l’exécution du dépôt.

7— Pour les nouveaux tirages : Indication de l’année où ils sont effectués.

8— Pour les réimpressions à l’identique : le mois et l’année où elles sont effectuées.

À préciser que le prix doit également être imprimé « en dur » sur la couverture du livre (généralement sur la 4e de couv) et que, si votre livre est destiné à la jeunesse, il devra indiquer la mention :

« Loi n° 49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, modifiée par la loi n° 2011-525 du 17 mai 2011 » suivie du mois et de l’année du dépôt auprès de la commission de surveillance et de contrôle des publications destinées à l’enfance et à l’adolescence.

Pour plus de précision, consultez l’eBook gratuit « Les 5 obligations légales et fiscales d’un auteur indépendant »

9 — Définissez vos options d’impression et vérifiez votre ouvrage

Les options d’impression

Les options d’impression d’un livre broché sont généralement très standardisées. Mais il peut être intéressant d’opter pour des modes d’impression moins conventionnelle, notamment si vous visez un public très jeune et/ou si votre livre comprend beaucoup d’illustration.

Voilà, en quelques lignes, les options qu’Amazon vous propose :

Intérieur et type de papier

Vous devez ici choisir le type de papier (blanc ou crème) ainsi que le type d’encre (noir et blanc ou couleur) utilisé.

Si le type de papier n’a pas d’impact sur le coût d’impression de votre livre, sachez que le choix de la couleur peut multiplier votre coût d’impression par 4 ou 5. Ce qui est gigantesque.

Ce choix aura un impact considérable sur votre prix de vente, et votre prix de vente aura une importance fondamentale sur vos ventes. Vous ne voulez donc pas vous tromper.

Si vous envisagez de choisir l’encre couleur, posez-vous sérieusement la question : la couleur est-elle vraiment essentielle pour la qualité de mon livre ?

Si la réponse est autre chose qu’un « oui » franc et massif, alors restez sur le noir et blanc.

La taille de coupe

Il s’agit des dimensions en centimètres de votre livre, une fois qu’il aura été imprimé et massicoté.

Amazon propose un large choix de taille de coupe différente, et il est même possible de définir une taille complètement personnalisée.

Cependant, si votre livre est un roman d’un genre « standard » et non une publication nécessitant des dimensions hors normes, je vous suggère de garder la sélection par défaut (15,24 x 22,86 cm [6 x 9 po]) qui répondra aux besoins de 99,99 % des lecteurs.

La taille à laquelle vous voulez publier votre livre

 

 

 

Le fond perdu

Lorsque votre livre va être imprimé, il le sera d’abord sur un papier d’une taille supérieure à celui que vous aurez choisi. Une fois toutes les pages imprimées et reliées entre elles, votre livre sera coupé aux dimensions que vous aurez déterminées. Il s’agit d’un procédé classique chez les imprimeurs.

Cela peut cependant avoir des conséquences fâcheuses si votre livre contient des illustrations que vous souhaitez voir apparaître sur toute la largeur de la page, d’un bord à l’autre. Ce type d’impression s’appelle « à fonds perdu ».

Vous avez donc la possibilité de choisir cette option si vous souhaitez que vos photos ou illustrations « débordent » du cadre habituel d’impression du texte, comme c’est indiqué dans l’illustration ci-dessous.

Mettez vos illustrations en valeur

La vérification de votre ouvrage

C’est à cette étape que vous allez télécharger tous les éléments numériques qui vont constituer le corps de votre livre broché :

– le manuscrit corrigé et mis en page,

– la couverture incluant la 1ere de couverture, la tranche et la 4e de couverture

C’est également à ce moment que vous allez décider si vous cochez la case pour l’intégration d’un code barre sur votre 4e de couverture (cf. les mentions légales).

Une fois que tout est chargé, vous aurez la possibilité de visualiser votre livre, tel qu’il sera imprimé, grâce à un outil de prévisualisation.

Je vous recommande fortement de prévisualiser l’intégralité de votre livre et de vérifier la mise en page afin de corriger les erreurs et la qualité de l’impression avant sa mise en ligne.

Vous éviterez ainsi que certains lecteurs vous fassent des remontées négatives plus ou moins sympathiques dans les commentaires (ce que tout le monde préfère éviter).

10 — Fixez le prix de votre livre

Enfin, dernière et ultime étape : vous allez fixer le prix de vente de votre eBook et/ou de votre broché.

Lorsqu’il n’est pas fait au petit bonheur, la fixation du prix de vente est un point vital au moment de publier un livre, car c’est votre prix de vente qui va déterminer si et quand vous pourrez récupérer l’argent que vous avez investi dans la conception de votre ouvrage.

Je ne vais pas m’étendre sur ce sujet et rallonger un article déjà particulièrement long, mais sachez que vous trouverez toutes les informations pour fixer votre prix de vente dans l’article : « Comment fixer le prix de son livre », ainsi qu’un outil qui vous permettra de le calculer automatiquement.

Commander des épreuves ou des exemplaires « auteur »

Maintenant que vous avez terminé, et avant de publier votre livre sur Amazon, vous avez la possibilité de commander des épreuves papier et/ou des exemplaires « auteur » de votre roman.

Les deux présentent l’avantage non négligeable de ne coûter à l’auteur que le prix des coûts d’impression auquel on ajoute les taxes légales et les frais de port.

En revanche, les deux n’ont pas le même usage.

L’épreuve

L’objectif de l’épreuve est de vous assurer, le livre en main, que son impression et sa mise en page sont de qualité et conforment à ce que vous souhaitez, et ce avant la publication de votre livre.

Il sera le reflet strict des fichiers du manuscrit, à l’exception d’une bande filigrane, en travers de la couverture, indiquant « Exemplaire non destiné à la vente ».

Vous ne pourrez donc pas vous en servir pour les séances de dédicace ou les salons littéraires.

(Lisez l’article : « Comment réussir sa séance de dédicace »)

L’exemplaire auteur

Ce n’est pas le cas de l’exemplaire auteur qui lui sera strictement identique aux fichiers téléchargés (sans la bande, filigrane) et que vous serez libre de donner ou de vendre à qui vous voulez.

En revanche, la commande d’un exemplaire auteur n’est possible qu’après la publication de votre livre. C’est la raison pour laquelle vous ne pouvez pas vous en servir pour vérifier la conformité de votre ouvrage.

Ça y est ! Enfin ! Vous pouvez maintenant cliquer sur le bouton « Publier ». Amazon annonce que la mise en ligne de votre livre prendra environ 72 heures, mais rassurez-vous, c’est généralement beaucoup plus court que cela (parfois moins de 24 heures).

Maintenant c’est à vous. Quelle est la partie de la publication que vous préférez ? Quelle est celle que vous détestez le plus ? Et pourquoi ?

Dites-le-moi dans les commentaires.


Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

7 commentaires sur “Comment publier un livre sur Amazon – les 10 étapes”

  1. Merci Jérôme pour cette mine d’or bien utile, je vais m’en servir comme checklist. J’aurais une question au sujet des mots clés. J’ai du lire, sur l’aide KDP il me semble, qu’il était inutile de replacer ses mots clés dans la description. Ne feront-ils pas doublons ?

    1. Bonjour Frédéric,
      Ce n’est pas tout à fait exact. Ce que recommande KDP, c’est de centrer la description du livre sur son contenu et non sur les mots-clés (C’est pourquoi je rappelle qu’il faut écrire avant tout pour des humains et non des robots). KDP rappelle également que les 7 mots-clés saisis lors de la publication ne doivent pas obligatoirement se retrouver dans le titre et la description, mais cela ne fait pas doublon pour autant. En d’autres termes, ce n’est pas obligatoire, mais la présence d’un mot-clé porteur dans le titre et/ou la description augmentera tes chances de voir ton livre sortir dans les premiers résultats si un internaute fait cette recherche.
      J’espère que j’ai répondu à ta question.

Laisser un commentaire