Écrire et être lu

Prenez en main vôtre vie d'auteur

Le NaNoWriMo, un mois pour écrire un roman

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  

 

NaNoWriMo

Cet article est un appel à tous les auteurs débutants ou confirmés qui veulent écrire un nouveau livre, mais aussi (et surtout) à tous ceux qui rêvent d’écrire leur premier roman sans avoir le courage de s’y mettre. C’est officiel, vous n’aurez désormais plus d’excuse : le NaNoWriMo 2018 va bientôt commencer.

Avant d’expliquer ce qu’est cette chose étrange au nom bizarroïde (prononcez NA-NO-VRAÏ-MO), vous devez répondre à cette question :

Quelle est, d’après vous, l’une des principales sources de la procrastination chez les romanciers en herbe ?

La flemme ? Ce n’est pas une cause, mais une conséquence.

Le syndrome de la page blanche ? Idem

Le manque de méthode ? Ça, c’est une excuse. Il y a aujourd’hui un bon milliard de sites spécialisés (dont celui-ci) qui traitent du sujet. L’information est à un clic de distance.

L’une de ces causes est la pression que nous nous mettons. Nous plaçons parfois la barre trop haut. Nous voudrions que notre livre soit parfait, qu’il ait un sens, qu’il soit inspirant. Nous aspirons à faire un chef-d’œuvre et, devant l’immensité et la complexité de la tâche… nous ne faisons rien. Le découragement nous gagne, la peur d’échouer nous submerge et Netflix/PlayStation/Facebook/Twitter* remporte le combat. Cette pression est souvent à la source du syndrome de la page blanche et de l’absence de progrès. C’est d’autant plus triste et frustrant quand on sait qu’il suffit de s’y mettre.

Le NaNoWriMo n’est pas LA solution, mais c’est un moyen efficace de contourner cet obstacle majeur au démarrage, et il n’arrive qu’une fois par an alors il ne faut pas le louper.

*Barrez les mentions inutiles.

« Mais, Bon Dieu ! Tu vas nous dire ce que c’est que le NaNoWriMo oui ou merde ?! »

D’accord, d’accord, calmez-vous. Ça vient.

Le NaNoWriMo, ou National Novel Writing Month que l’on peut traduire par Mois (inter) National de l’Écriture de Romans, est un challenge à destination des romanciers et apprentis auteurs qui existe depuis 1999. Lancé par une vingtaine d’étudiants de San Francisco, États-Unis, ils voulaient créer une communauté d’écrivains « comme les ados montent un groupe de musique ». Au fil des années, le phénomène a pris de l’ampleur et est passé de vingt participants américains à plusieurs centaines de milliers à travers le monde. Le challenge est aujourd’hui multilingual et se finance par la vente de produits dérivés. La participation est gratuite.

Le principe est simple : écrire un roman de minimum 50 000 mots (soit environ 175 pages) entre le 1er novembre à 00 h 01 et le 30 novembre à 23 h 59.

Qui peut participer ?

Absolument tout le monde. Il n’y a aucune sélection à l’entrée.

Quel type de roman est autorisé ?

Tous, aucune contrainte.

Quelles sont les règles ?

Tout ce qui n’est pas interdit est autorisé. La règle la plus importante est qu’aucun mot écrit avant et après le mois de novembre ne compte. Il est possible de préparer son intrigue, de rédiger des fiches personnages ou de faire un plan pendant les 11 mois qui précèdent, mais cela ne sera pas enregistré dans la réussite de votre challenge. Vous pouvez également arriver les mains dans les poches, n’avoir rien anticipé, et vous y mettre le 1er novembre à 00 h 01, mais cela réduit vos chances de remporter le challenge.

infographie-NaNoWriMo-Compte-à-rebours

Vous pouvez écrire seul dans la cave de votre mamie ou, si vous êtes du genre sociable (Beurk !) et que vous habitez une grande ville, joindre un rassemblement de participants dans un café ou un restaurant. Vous profiterez ainsi de l’engouement du mouvement et de l’entraide qu’il génère. Une liste de ces évènements est disponible sur le site du NaNoWriMo France.

Qu’est ce qu’on gagne ?

Le droit de rejouer l’année prochaine, un joli papier qui certifie que vous avez remporté le challenge, la possibilité d’acheter un t-shirt « J’ai gagné le NaNoWriMo »… et un roman tout neuf, écrit par vous que vous pouvez corriger et améliorer pour, peut-être, le publier plus tard. N’est-ce pas la plus belle des récompenses ?

En 2016, ce sont 312 897 personnes qui ont participé au NaNoWriMo à travers le monde et 34 678 gagnants à avoir atteint l’objectif des 50 000 mots.

2016-NaNoWriMo-Impact

Comment ça fonctionne ?

Vous devez vous enregistrer sur le site original du NaNoWriMo.org qui est en anglais. C’est le seul, il centralise toutes les inscriptions.

Entre le 25 et le 30 novembre, vous avez accès au compteur de mots NaNoWriMo dans lequel vous devez copier/coller votre roman. Un robot informatique compte automatiquement le nombre de mots écrits. Si vous arrivez au 50 000, c’est gagné !

« Pourquoi le NaNoWriMo est-il une opportunité pour moi ? »

Pas de pression sur la qualité

Comme il est dit plus haut, un des plus grands ennemis de la créativité en général et de l’écriture d’un roman en particulier est l’ambition de réaliser un travail parfait et la pression qui l’accompagne. Le NaNoWriMo contourne cet obstacle en se focalisant uniquement sur la quantité.

Il n’y a pas de comité de lecture, pas de jury. Personne ne va lire votre roman. La seule chose qui intéresse le robot du NaNoWriMo est le nombre de mots. Plus de 50 000, BIEN. Moins de 50 000, PAS BIEN. Plus binaire, y’a pas.

Cela signifie que vous pouvez écrire la pire bouse que l’univers de la littérature ait jamais connue, tout le monde s’en moque. Vous pouvez vous lâcher, inventer ce que vous voulez, être incohérent, bourrer votre texte d’adverbes lourdingues ou de phrases passives de 80 mots chacune, ça va passer.

Vous pouvez enfin commencer à écrire sans vous prendre la tête.

Une organisation inévitable

Même si vous ne préparez pas du tout votre NaNoWriMo, vous serez obligé d’organiser vos séances d’écriture d’une manière ou d’une autre.

50 000 mots en un mois représentent environ 1666 mots par jour, ce qui n’est pas rien. Tous ceux qui bossent à temps plein et qui ont déjà écrit un livre seront d’accord avec cela. De plus, ce nombre journalier ne tient pas compte des éventuels retours en arrière ou dérapages en cours de parcours. Aucune marge de manœuvre. Il vaut donc mieux tabler sur une moyenne de 2 000 mots par jour, ce qui est un vrai défi au quotidien.

Autant dire qu’il vaut mieux prévenir votre entourage que vous ne sortirez pas de chez vous pendant tout le mois de novembre, et que la cafetière (ou la théière) va tourner à plein tube.

Même si la qualité n’est pas prise en compte, le NaNoWriMo reste un challenge ambitieux. Chaque année, c’est à peine plus de 10 % des participants qui remportent la victoire.

Cela va donc vous obliger à vous organiser, à réserver du temps à l’écriture et à vous aménager votre nid douillet de romancier (cf. article « Comment commencer à écrire »).

Un réseau gigantesque

Le NaNoWriMo est un évènement mondial qui fêtera bientôt ses 20 ans d’existence. Autant dire qu’il est devenu une institution dans le monde des romanciers amateurs.

En France comme ailleurs, les forums, groupe Facebook, Twitter, site de Chat et « camps d’écrivain » s’organisent et pullulent de participants qui prodiguent conseils, aides et posent leurs propres questions. Un excellent moyen de ne pas se lancer seul dans l’inconnu.

C’est le premier pas qui compte

Que faire de mon roman une fois le NaNoWriMo terminé ? À vous de voir. Vous pouvez le reprendre, l’améliorer et le corriger jusqu’à obtenir la qualité que vous cherchez et vivre l’aventure de l’autoédition. Une autre option est de le ranger dans un tiroir ou vous en servir pour allumer la cheminée. La décision vous appartient.

La seule certitude est que vous ne pourrez plus revenir en arrière. Même si vous ne remportez pas le challenge (comme la grande majorité), vous aurez commencé à écrire. Vous aurez peut-être pondu une horreur, mais ce sera sans importance, car vous serez prêt à recommencer pour faire mieux.

Le NaNoWriMo est avant tout une occasion de s’amuser et de se motiver pour écrire. De se faire plaisir en se lançant un pari fou. Vous n’êtes en compétition avec personne d’autre que vous-même et vous décidez de la pression que vous voulez vous infliger.

Est-ce que je vais faire le NaNoWriMo 2018 ? Malheureusement non. J’ai déjà mon propre challenge cette année. Il ne faut pas être trop gourmand, mais je serai là l’année prochaine. 😉

Et vous ? Allez-vous participer cette année ? Avec quel projet de roman ? Dites-moi en commentaire. Faites-moi rêver 😉


Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 6
  •  
  •  
  •  

Précédent

Comment corriger son roman (2/2)

Suivant

[GUIDE GRATUIT] Les 5 obligations légales d’un auteur

  1. La Nanowrimo est un vrai moteur d’écriture. Il faut au moins essayer une fois. J’ai bien avancé l’année dernière grâce à elle, moins de procrastination, moins de réseaux sociaux, un objectif à atteindre ! (et aussi une excuse pour que mon entourage me laisse travailler en paix !), c’est vraiment intéressant pour un premier jet.
    J’y retourne pour la 2e année consécutive. Tel un sportif, je me prépare pour tenir la distance (plan, synos, fiches persos, etc.). Peut-être réaliser le 2e tome du premier roman que je vais sortir en édition ou tout à fait autre chose.
    Je conseille à tous les futurs participants de le faire en équipe, on s’entraide les uns les autres, on s’encourage, on réalise les word sprints ensemble

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

Téléchargez "Les 5 obligations légales et fiscales d'un auteur indépendant"