Les 3 types de sites auteur: comment choisir

Les 3 types de sites auteur
Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  • 2
  •  

De quel type de site auteur avez-vous besoin ? Car oui, il y en a plusieurs et je ne parle pas du nom de votre domaine, ou du choix de votre hébergeur, mais bien de ce que votre site auteur offrira à vos lecteurs et de la façon dont il répondra à vos besoins.

La question « Est-ce que je dois avoir un site auteur ? » ne devrait plus faire partie de vos problématiques (si c’est toujours le cas, lisez l’article « 5 raisons d’avoir un site auteur »).

En revanche, « De quel type de site ai-je besoin ? » est une question que tout auteur devrait se poser avant de se lancer sur le Web.

Lorsque vous achetez une nouvelle voiture, vous allez-vous chez le premier concessionnaire venu en pointant un modèle dans la vitrine et en disant « Je veux celle-là. » ?

Nope. Vous commencez par étudier les diverses motorisations (diesel, essence, électrique) en fonction de votre consommation habituelle, les différents modèles (sportive, familiale, citadine) en fonction de vos besoins et le coût en fonction de votre budget.

Créer un site web fonctionne exactement sur le même principe. Les besoins sont différents, l’investissement se compte en heures plutôt qu’en euros, mais vous devez au préalable faire un état des lieux de vos besoins.

Construire un site auteur nécessite une analyse besoins / moyens
Steve Buissinne de Pixabay

À quoi peut servir un site auteur ?

Ce n’est pas parce que c’est devenu une étape quasi obligatoire qu’il ne faut pas se poser cette question primordiale. Elle déterminera ce que vous allez en faire et, par voie de conséquence, comment vous allez le construire.

Présenter son savoir-faire

Se déclarer auteur suppose de disposer d’un certain nombre de compétences : posséder un style d’écriture, savoir raconter des histoires, avoir une bonne culture littéraire, avoir un réseau, etc.

Un auteur peut vouloir partager ses compétences et ses connaissances avec ses lecteurs en donnant son avis sur un roman ou sur une technique d’écriture, en publiant des histoires gratuitement ou en donnant des détails sur l’aspect scientifique ou historique de ses romans.

Attention : Si votre but est de présenter votre savoir-faire, vous ne devez jamais oublier à qui vous vous adressez. Les lecteurs se fichent de savoir ce qu’est un arc narratif ou de connaître les secrets de l’algorithme d’Amazon. Ne tombez pas dans l’erreur fréquente qui consiste à faire un site auteur qui s’adresse aux autres auteurs.

Vous devez vous adresser aux lecteurs. Gardez-le en tête.

(Lisez l’article : « 10 idées de contenus pour un site auteur »)

Légitimité

Soyons clairs : si vous n’avez pas de site auteur, vous n’existez pas.

Peu importe que vous passiez votre temps sur les réseaux sociaux ou sur les forums spécialisés. L’utilisation d’internet est si bien rentrée dans la culture et les habitudes de chacun qu’avoir ou non un site internet est, dans la tête du public, ce qui fait la différence entre un pro et un amateur.

Or, si vous lisez ce blog, c’est que vous voulez que vos livres soient lus. Vous voulez donc être considéré comme un pro.

Être trouvé

Le référencement Facebook est un labyrinthe dont les murs bougent sans cesse, Instagram ne permet pas d’insérer des liens vers une boutique et les Tweets disparaissent dans le vacarme de la Twitosphère au bout de 18 minutes.

Durée de vie d'un contenu sur les réseaux sociaux
Durée de vie d’un contenu sur les réseaux sociaux

Votre site auteur est LE seul endroit où vous êtes CERTAIN que vos lecteurs pourront vous trouver.

Un formulaire « Contact » vous garantit d’être toujours joignable pour ceux qui veulent vous remercier (ça fait toujours plaisir), ou vous poser une question.

Vendre ses livres

Il ne faudrait pas l’oublier. C’est un peu pour cela que l’on se démène autant au final. Que ce soit pour des raisons financières ou parce que nous sommes en quête de reconnaissance sociale ou artistique, nous voulons être lus.

Le site auteur est bien sûr l’un des meilleurs moyens d’y arriver, même s’il est juste une porte qui conduit le lecteur vers une boutique déportée (Amazon, Kobo, etc.).

Informer

Vous serez en dédicace vendredi dans la librairie de votre quartier ? Dites-le.

Votre livre est entré dans le Top 100 Amazon ? Dites-le.

Une maison d’édition a accepté votre manuscrit ? Dites-le.

Votre nouveau roman va sortir ? Criez-le.

Dites tout cela aux lecteurs qui vous suivent via une Newsletter. S’ils se sont abonnés, c’est parce que cela les intéresse.

Promouvoir

Votre site auteur est un des meilleurs moyens de vous mettre en valeur vous et vos romans.

Se mettre en valeur

Beaucoup d’auteurs l’oublient, mais en tant qu’écrivain, vous êtes une marque. Les auteurs entrent parfaitement dans le cadre de ce qu’on appelle le personal branding.

Cela consiste à orienter votre communication autour de votre personne plus qu’autour de vos romans. Comme moi, vous connaissez sans aucun doute l’auteur Bernard Henri Levy, et comme moi, vous seriez sans doute incapable de citer le nom d’un seul de ses livres. C’est parce que toutes ses actions de communication tournent autour de lui et non de ses œuvres (sauf quand elles ont fait un bide : D). Peu importe que vous appréciez le personnage ou pas, cela reste un cas très parlant de personal branding.

Il n’est pas nécessaire de rentrer dans la polémique pour cela. Certains auteurs parlent de leur vie de famille, de leurs animaux domestiques, de leur passion pour l’alpinisme, publient des interviews d’eux, etc. Le but est que cela parle de vous et que toutes vos communications contribuent à façonner une image de vous.

Mettre vos livres en valeur

Si vous êtes du genre à vouloir rester dans l’ombre, bien planquer derrière votre bibliothèque, c’est possible aussi. Vous pouvez alors utiliser votre site auteur pour mettre vos livres en valeur. Articles de blogueurs, vidéo de vlogueur, avis de lecteurs, récompenses, participation à des concours, baisse temporaire de prix…

Tout ce qui met votre livre en valeur doit être affiché sur votre site.

Utilisez votre site auteur pour mettre vos livres en lumière
Image par Pexels de Pixabay

Les 3 types de sites auteur

Maintenant que l’on a brossé les différentes raisons pour lesquelles un auteur voudrait avoir un site, il reste à déterminer les trois types de sites auteur qui correspondront le plus à vos besoins.

Le Blog

Je commence par celui que je considère comme la star des sites : le blog.

(Tout d’abord, une petite parenthèse.

On me demande souvent qu’elle est la différence entre un site internet et un blog.

Réponse : il n’y en a pas. Un blog EST un site internet au même titre que les deux autres types de site auteur qui suivent.

Fin de la parenthèse.)

Le blog est le type de site auteur qui va vous permettre de développer le lien le plus fort avec vos lecteurs, car vous allez vous adresser à eux très régulièrement à eux par son intermédiaire.

Souvent considéré comme un journal intime en ligne à ses débuts, il est aujourd’hui l’un des médias les plus utilisés pour créer et consommer du contenu sur des sujets aussi divers que variés.

Une relation privilégiée

Que ce soit en publiant des articles, des vidéos ou des podcasts, le contenu d’un blog est un moyen incroyable d’apporter de la valeur aux gens qui vous suivent et d’entretenir un lien avec eux. Si la publication de contenu est régulière, alors ils ne vous oublient jamais. Vous vous rappelez constamment à leur bon souvenir en les distrayant ou en les rendant meilleurs et ils sauront vous rendre ce que vous leur apportez à l’occasion de la sortie de votre prochain livre.

C’est le média roi pour mettre en place une stratégie de marketing de contenu.

Développer votre image

Le blog est également un excellent moyen de vous mettre en valeur en affichant votre savoir-faire et donc en développant votre autorité et votre crédibilité.

Bref, vous montrez que vous savez de quoi vous parlez.

Un référencement organique

Pour être visible sur Google, vous devez travailler le référencement du contenu de votre site auteur. C’est le seul moyen d’arriver en haut des résultats de recherche Google lorsqu’un internaute tape « auteur roman fantasy ».

Je ne m’étends pas trop sur le sujet du référencement qui est aussi complexe que le business plan d’Elon Musk, mais retenez bien ceci :

1 — Si vous arrivez à référencer votre site auteur dans les 10 premiers résultats sur les mots-clés qui vous intéressent, vous avez gagné le jackpot. Le plus souvent, les internautes ne vont jamais jusqu’à la page 2 des résultats de recherche. Vous vous garantissez donc un trafic de malade en y arrivant… mais je ne vais pas vous mentir, la concurrence est rude.

2 — Google adore les contenus longs (1000 mots minimum)

3 — Google aime les publications régulières (1 par semaine au minimum) et à heures fixes. C’est la raison pour laquelle mes articles sortent tous les dimanches à 6 h tapantes.

Si vous voulez que votre site soit bien référencé, le blog est le type de site qui vous donne le plus de chance d’y arriver par une publication régulière d’un contenu de qualité.

Un boulot de dingue

Pour finir, mais je suppose que vous l’aviez deviné par vous-même, le blog demande un investissement en temps assez important.

Aujourd’hui, alors que mon blog est installé et génère du trafic par lui-même, via le référencement et le bouche-à-oreille, l’écriture d’un article et la réalisation d’un podcast me prennent entre 4 et 6 heures par semaine sans compter les réponses aux emails, commentaires, publication dans les réseaux sociaux, etc.

À vrai dire, le piège du site auteur de type blog est de se retrouver à passer plus de temps sur son blog… que sur l’écriture en elle-même. Je parle en connaissance de cause.

La tenue d’un blog doit donc se faire par passion, sinon il vous sera très difficile de tenir la distance.

Pour exemple, je vous invite à vous rendre sur le site auteur d’Anaïs Weiber. Un site auteur de type blog aussi agréable dans sa navigation que dans la lecture de son contenu.

Tenir un blog: un travail épuisant mais très satisfaisant
Image par Michal Jarmoluk de Pixabay

Site vitrine

Vous pouvez également donner toutes les informations essentielles à vos lecteurs sans vouloir chercher chaque semaine ce que vous allez bien pouvoir leur raconter faute d’envie, d’inspiration ou de temps.

Dans ce cas-là, vous vous orienterez vers un site vitrine contenant les rubriques de base, celles à côté desquelles vous ne pouvez pas passer :

Votre biographie.

Si vous ne vous décrivez pas un minimum sur votre site auteur, vous ne le ferez jamais.

(Lisez l’article : « Comment écrire une biographie d’auteur qui déchire »)

Un catalogue de vos romans

Insérez à minima :

– le texte de la 4e de couverture,

– une image de la couverture,

– les meilleurs commentaires de vos lecteurs,

– un lien vers une ou plusieurs plates-formes d’achat (Amazon, kobo, etc.).

Votre actualité

Interviews, séances de dédicace, concours, précommande, prochaine sortie, etc.

Montrez que vous êtes un auteur actif, investit dans son activité, et non quelqu’un qui fait cela en dilettante.

Un formulaire de contact

Gardez toujours le lien avec vos lecteurs en leur donnant un moyen de vous dire à quel point vos livres ont changé leur vie 🙂

Avantages/Inconvénients

L’avantage du site vitrine c’est que, une fois finalisé, il demande peu d’entretien. Les articles traitant de votre actualité seront à priori peu nombreux sauf si vous êtes auteur à plein temps (mais dans ce cas-là, mieux vaut s’orienter vers le blog) et vous y ajouterez 2 ou 3 romans par an si vous êtes un auteur ultra-prolifique.

Le deuxième avantage, c’est qu’il rassure le lecteur. Un site vitrine peut facilement avoir un style très professionnel qui confortera votre image d’auteur et votre autorité.

Son principal inconvénient sera, en opposition au blog, son manque de visibilité et une relation avec vos lecteurs moins dynamiques.

Faute de nouveau contenu régulier, Google ne vous verra pas et les internautes qui viendront sur votre site seront des gens qui vous cherchaient vous et pas un autre. Un trafic moindre, donc qui aura un impact direct sur la taille de votre liste email.

L’impact sur votre liste email sera double, car faute d’entretenir une correspondance régulière avec vos lecteurs, ces derniers seront immanquablement moins engagés dans vos activités.

(Lisez l’article : “5 méthodes pour construire sa liste email“)

L’interactivité à vos publications et les retours lors de vos opérations de promotion et lancement de nouveaux livres seront donc moins nombreux et de moins bonne qualité.

C’est le prix à payer pour un investissement en temps moins important, mais le site vitrine peut être le bon choix si vous jouissez déjà d’une bonne réputation et d’une petite communauté de lecteurs fidèles.

À titre d’exemple, voici le site vitrine de Guillaume Musso que je trouve particulièrement bien fait.

Le site auteur, une vitrine sur le monde
Image par Ryan McGuire de Pixabay

E-Commerce

Enfin, le troisième type de site auteur est la boutique en ligne.

Plutôt rare parmi les auteurs, la boutique en ligne ne se suffit jamais en elle-même. Elle est toujours accompagnée d’au moins une rubrique « biographie » et « contact », mais la rubrique « boutique » est généralement centrale dans l’architecture du site.

C’est clairement là que l’on veut voir l’internaute se diriger, car le but d’une boutique en ligne est de vendre en direct sans avoir à payer les 40 % de commission au marketplace ou au libraire, ni plus ni moins.

Vendre du numérique

Si vous voulez ouvrir une boutique en ligne, vous devrez bien peser le pour et le contre avant de vous engager sur la vente d’exemplaire papier ou numérique.

Le numérique ne vous posera à priori aucun problème si vous arrivez à automatiser le processus de commande/livraison.

– Le lecteur commande votre livre.

– Il paie en ligne.

– Il reçoit un email automatique incluant le fichier EPUB ou mobi de votre roman.

Affaire réglée. Au suivant !

Évidemment, acheter un exemplaire numérique sur une boutique en ligne perd de son attrait en comparaison à un exemplaire papier qui pourrait être dédicacé par l’auteur.

De plus, cela implique une manipulation supplémentaire de la part du lecteur pour injecter le fichier sur sa liseuse alors que les marketplace le font automatiquement.

Le lecteur est donc en droit de se poser la question : qu’est-ce que j’y gagne ?

Vendre du papier

Attention danger avec la vente en ligne d’exemplaire papier ! Car il ne faut pas oublier ce que l’installation d’une boutique en ligne suggère.

À moins que vous n’ayez un éditeur plein aux as qui met sa logistique à votre disposition, vendre ses exemplaires papier en e-commerce veut dire que vous devrez gérer chaque commande en la préparant et en l’envoyant par voix postale.

Cela signifie également que vous devrez gérer un stock non négligeable de chacun de vos livres pour ne jamais tomber en rupture (à moins que vous ayez un service d’impression à la demande à proximité de votre domicile).

Bref, vous aurez tôt fait de transformer votre maison en local de stockage et à passer plus de temps dans la file d’attente de la Poste qu’à écrire votre prochain roman.

Vous aurez compris que ce type de site auteur ne remporte pas ma préférence. Elle suggère, à mon goût, trop de tâches de logistique et de manipulation ; des tâches que je préfère déléguer à Amazon dont c’est le cœur de métier.

Je vous recommande donc de ne vous lancer dans l’aventure de la boutique en ligne que si vous bénéficiez déjà d’une notoriété qui vous garantit des commandes régulières (pour rentabiliser rapidement l’opération) et si vous disposez de moyens humains ou financiers suffisants pour déléguer la partie logistique.

Mais ce n’est que mon avis 😉

Comme je l’ai dit, les sites auteur de type boutique en ligne sont rares c’est pourquoi le seul exemple que je peux vous proposer est celui de Shana Keers, autrice de romance que j’avoue ne pas connaître.

L'eboutique du site auteur. Une démarche sans intermédiaire vers le lecteur
Image par Tumisu de Pixabay

Quel site auteur choisir ?

Tout d’abord, il faut comprendre que ces 3 types de sites ne sont pas exclusifs. Vous pouvez très bien combiner blog et boutique en ligne comme le fait Anaïs Weiber par exemple. Rien ne vous en empêche.

Tout comme l’achat d’une voiture neuve, votre démarche doit être de faire le tri entre ce dont vous avez besoin et ce dont vous avez envie.

Bien évidemment qu’une Porsche 911 Carrera me fait envie, mais satisfera-t-elle mon besoin quand je devrai me déplacer avec ma femme, mes deux enfants et un chien de 30 kilos avec un goût prononcé pour la garniture des sièges ? Probablement pas.

Vous devez donc tout d’abord établir de façon précise pourquoi et comment vous allez utiliser votre site auteur. À quoi il va vous servir, le temps que vous allez lui consacrer, etc.

Ensuite, vous serez en capacité de choisir les fonctionnalités dont vous aurez besoin (boutique, formulaire d’inscription, landing page, etc.).

Commencez toujours par ce dont vous avez besoin, ne voyez pas trop grand. Ensuite, quand les fonctionnalités primordiales sont en place, alors vous pouvez vous faire plaisir.

La règle d’or d’un site auteur

Elle est d’ailleurs la même pour n’importe quel site :

« L’internaute doit toujours être à 3 clics maximum de l’information qu’il recherche »

Vous êtes vous déjà retrouvé sur un site tellement bordélique ou compliqué qu’il vous est impossible de trouver l’info que vous recherchez ? Parfois une info basique comme un horaire d’ouverture, un email de contact ou le bouton « acheter » ?

Personnellement, ça me rend complètement dingue. Cela finit généralement par un clic brutal sur la croix rouge en haut à droite de la fenêtre avant d’aller voir ailleurs.

Vous devez donc réfléchir en amont à l’arborescence de votre site afin de vous assurer que votre lecteur ne se perdra pas dans un dédale de catégories, sous-catégories et autre sous-sous-sous-sous-catégories incompréhensibles.

Heureusement, les sites auteur sont généralement simples en matière d’arborescence, donc pas besoin de se faire des nœuds au cerveau. Mais si vous avez envie d’en savoir plus sur l’arborescence d’un site, je vous suggère cet article du site codeur.com.

"A 3 clics de l'info" la règle d'or du site auteur
Image par ธนาวุธ เกตุชีพ de Pixabay

Maintenant à vous. Parlez-moi de votre site auteur. De celui que vous avez ou de celui que vous voudriez avoir. Que voulez-vous qu’il vous apporte ? Quelles fonctionnalités voudriez-vous lui donner ?

Dites-le-moi dans les commentaires.


Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  • 2
  •  

9 commentaires sur “Les 3 types de sites auteur: comment choisir”

    1. Merci 🙂
      Il est vrai que je n’en parle pas, car le nom d’un site auteur est très souvent: prénom-nom-auteur.com
      Mais il est vrai que tout reste possible en terme de nom. Après tout, appeler son site auteur-fantasy.com peut être un bon moyen de se ramener du trafic sur un thème particulier, mais il est plus difficile d’en sortir si on le souhaite plus tard.

  1. Merci pour cet article instructif !

    En ce qui me concerne, pour l’instant je n’ai qu’un blog mais je créerais un site vitrine si je publie un roman.

    Par contre je trouve l’idée du positionnement d’un blog d’auteur assez complexe … Pendant des années j’ai publié autour de mon univers d’auteure au sens large et j’avais peu de visites. Depuis quelques mois, j’ai recentré mes articles autour des conseils d’écriture et mon trafic a triplé. J’ai aussi plus d’échanges avec mes visiteurs, plus de messages et de petits mails sympas.

    Après c’est sûr que le piège est d’attirer plus d’auteurs que de lecteurs … Mais même si je n’ai pas encore publié j’imagine que c’est difficile de se faire connaître en tant qu’auteur sur Google juste grâce au SEO.

    Sinon une solution est d’utiliser les réseaux sociaux pour faire connaître son univers d’auteur et rediriger les gens vers son site web (car je suis d’accord avec toi, avoir son site et sa mailing list reste indispensable).

    Perso j’aime beaucoup Instagram qui a justement une communauté de lecteurs très riche et dynamique ! L’idée est de créer un réseau de personnes qui lisent le genre littéraire qu’on écrit. Bien sûr ça demande beaucoup de temps et d’énergie donc il faut aimer prendre des photos, être régulier, etc. 😊

    1. Il est vrai que le positionnement d’un blog de fiction est plus compliqué que celui d’un blog traitant d’un sujet pratique. Le pratique répond à une question: “Comment écrire un livre?” par exemple. Ce qui cadre beaucoup mieux les choses. Un blog de fiction répond à un besoin d’évasion, de distraction qui est plus flou. C’est pourquoi tant d’auteur écrivent des articles sur “Comment écrire”.
      Le gros danger (mais tu l’as déjà compris) est de se tromper de cible.
      Merci pour ton commentaire

  2. Bonjour Jérôme,
    J’ai clairement choisi le blog, pour ma part, et j’en suis très contente car le blog est beaucoup plus souple. Suite au confinement, j’ai ré-orienté ma politique et je propose maintenant (ce sera effectif dans quelques jours) des services en lignes pour les auteurs et les blogueurs. Quel rapport avec le Covid ? Primo, je n’ai plus de boulot. Je dois donc très vite rebondir. Secundo, à force de lire les articles de blog des un(e)s et des autres, j’ai identifié un réel besoin. Même les meilleurs laissent passer des coquilles, erreurs et fautes, d’orthographe, de syntaxe et de grammaire. Ecrire de la Fiction est donc maintenant entre le blog d’auteur et la boutique en ligne. Avec un site “vitrine”, cela n’aurait pas été aussi facile.

  3. Mon blog, “Chez Sister Love”, et son pendant en anglais “At Sister Love’s”, datent de la publication de mon roman en français et en anglais, juillet 2013, de même que mon entrée dans les réseaux sociaux. J’y ai retracé toutes les mésaventures de mon parcours d’écrivaillon, mais si j’avais dû me contenter de cela, le blog aurait été bien vide ! J’y évoque donc mes passions autres, et ce sont celles-ci qui m’amènent un mini-trafic, qui peut aller de 3 visites par jours à une soixantaine, les jours où John Carter est diffusé généralement, simplement parce qu’à ce moment les gens cherchent des informations sur une suite éventuelle ! Si je comprends bien le parcours des gens sur le tableau de bord statistique, ils lisent une page et s’en vont. Certains consultent de temps en temps les pages sur mes romans, mais cela doit tenir plus de l’accident de clic qu’autre chose. Pas d’abonné, peu d’engagement ou de commentaires. Je ne suis sans doute pas assez assidu à cet exercice, je peux être des semaines sans rien publier (je n’ai publié que 306 messages en 84 mois), et je cite rarement mes romans dans les articles. Mes articles sont personnels mais n’interpellent pas spécialement leur lecteur, je devrais sans doute le faire plus (genre “et vous, qu’en pensez-vous ?”). Je suis timide et je n’aime pas me mettre en avant, même par écrit, c’est pathétique. Les messages sur mes romans, avec accès au premiers chapitres en PDF, sont punaisés sur la page d’accueil, mais Marie-Odette Maryam Pinheiro (son livre est vraiment sympa au passage !) me faisait remarquer qu’en voyant les dates de publication, 2013 et 2016 respectivement, on avait l’impression que le site était à l’abandon ! J’ai dépublié et republié les pages du coup.

    Bref, je suis probablement mon pire ambassadeur pour l’instant !

  4. Je suis tout aussi ravie que surprise d’apparaître sur cet article. Je n’imaginais pas qu’une boutique en ligne était si rare chez les auteurs.
    Je n’ai pas de service d’impression à la demande à proximité (non non 🤣), mais en effet, j’ai un petit stock pour me permettre de faire face aux commandes au fur et à mesure.
    Ceci dit, les auteurs qui, comme moi, participent à de nombreux salons d’envergure, tels que Livre-Paris ou Mons en Belgique, ont toujours du stock pour ce genre d’événement, donc créer une boutique en ligne n’est pas une charge supplémentaire d’un point de vue de la place de stockage.
    J’ai tenté le blog à mes débuts. Cependant, pour ce qui est du temps, il est vrai que l’alimentation d’un blog est chronophage (bien plus que de faire des colis à envoyer par la Poste 😉) pour un résultat en terme de visibilité assez médiocre en ce qui me concerne. J’ai donc arrêté très vite.
    Je préfère concentrer mes efforts sur ma page auteure Facebook ou sur Instagram pour garder le contact avec mon lectorat.
    Enfin, je tiens aussi préciser qu’il faut faire le distinguo entre le site d’un auteur en maison d’édition (comme précisé avec Musso) et celui d’un auteur indépendant, sachant que très souvent, pour ne pas dire toujours, les sites vitrines des auteurs comme Musso sont gérés par la maison d’édition elle-même (cf “mentions légales” pour Musso par exemple).
    Bref, je suis bavarde (problème d’écrivain 😉). Et comme moi non plus je ne vous connais pas, je vais de ce pas aller à la pêche aux informations 😉
    (petit aparté pour me connaître un peu plus : en plus d’être romancière, je suis aussi créatrice d’un groupe d’entraide auteurs sur Facebook “entr’auteurs” qui compte aujourd’hui environ 1500 auteurs de tout horizon.)

Laisser un commentaire