Les 5 raisons d’avoir un site auteur

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  

De plus en plus délaissé au profit des pages sur les réseaux sociaux, le site auteur est pourtant, encore aujourd’hui, le meilleur atout pour un auteur indépendant qui souhaite toucher un lectorat fidèle.

Bien sûr, un bon site auteur (ou blog, la différence entre les deux est tellement fine qu’on peut l’ignorer) demande un travail régulier pour être mise à jour et rester attractive aux yeux des lecteurs. Mais cela reste un excellent investissement qui mérite qu’on s’y arrête.

Cette semaine, je vous propose d’explorer les cinq raisons pour lesquelles vous devez créer votre site auteur.

1 — Proximité : le lien avec vos lecteurs

C’est sans aucun doute la raison la plus importante, alors je commence par celle-là. Votre site auteur est une fenêtre ouverte sur votre univers. C’est à travers elle que vous pouvez parler à vos lecteurs de votre projet, leur faire vivre son évolution, les impliquer dans sa conception, les faire participer, leur parler de vous, de votre parcours, de ce qui vous a amené à écrire, etc.

Vous pouvez y poster des articles, des vidéos, des podcasts que vous faites vous-même ou réalisés par d’autres. Vous ne souffrez d’aucune limite. Même pas celle de la taille de vos écrits.

Pour mémoire, voici les limites des réseaux sociaux sur la taille de vos messages en nombre de caractères (chiffres de 2018) :

  • Facebook : 63 206

  • Twitter : 280

  • Instagram : 2200

  • Pinterest : 500

  • Page auteur/blog : illimité

Vous pouvez donc vous faire plaisir en publiant des articles de 10 pages et en régalant les mirettes de ceux qui aiment votre plume en multipliant les métaphores, périphrases et arabesques.

Il n’y a pas meilleure passerelle entre vous et vos lecteurs. Ils pourront suivre votre actualité quand bon leur chantera et s’abonner à votre page pour recevoir directement de vos nouvelles dans leur boîte email. Le meilleur moyen d’avoir des lecteurs motivés.

2 — Pérennité : elle sera toujours consultable

J’entends déjà nombre d’entre vous dire : « Facebook permet de faire tout cela, et 63 206 caractères sont bien assez suffisants pour publier des infos sur mon actu. »

Effectivement, Facebook et d’autres réseaux permettent de publier des infos, des vidéos et autres contenus courts. Mais pour combien de temps ? Quelle est l’espérance de vie de votre publication avant qu’elle ne soit noyée dans la masse bouillonnante du torrent d’informations qui continuent d’affluer ? Un jour ? Une semaine ?

Petite anecdote en passant: Parmi toutes les chroniques très positives reçues pour «Charlie et le magicien invisible », il y a une chroniqueuse qui ne l’a pas aimé. Je ne polémique pas là-dessus. On ne peut pas plaire à tout le monde. Pas de souci. Dans ces moments là, on ne peut cependant pas s’empêcher de penser : « Il y a des gens qui vont lire cela, et qui auraient pu être tentés de le lire. Dommage ».

Bref, je fais deux minutes de recherche sur la chroniqueuse en question, et je découvre qu’elle publie exclusivement… sur Instagram. J’ai poussé un énorme soupir de soulagement. Pourquoi ? Parce que, dans une semaine, sa chronique sera oubliée et quasi-introuvable.

Tous ceux qui ont déjà essayé de retrouver une publication vieille d’une semaine sur Facebook ou Twitter savent de quoi je parle. Ils ont eu le bout du doigt talé à force de le faire glisser sur l’écran de leur portable pour remonter le fil interminable de leur actualité.

Sur un site auteur, votre publication sera toujours là dans dix ans et elle restera consultable par les nouveaux internautes qui continueront d’arriver sur votre site. Vous n’écrirez ainsi plus à perte et vos publications vieilles de plusieurs années continueront de faire parler de vous.

3 — Intégrité : restez maître de ce que vous écrivez

Que nous le voulions ou non, nous vivons à l’heure du politiquement correct. Les sensibilités sont exacerbées et le bouton « Signaler la publication » n’est qu’à un clic de protestation d’un ayatollah hystérique.

La censure n’est pas l’apanage de quelques illuminés. La politique de Facebook en la matière s’applique à coup de sabre et non avec de simples ciseaux, et pour des raisons parfois complètement obscures.

Vous ne me croyez pas ? Tentez vous-même l’expérience. Allez sur votre page Facebook. Sélectionnez une photo de la magnifique peinture « L’origine du monde» de Courbet, puis cliquez simultanément sur « publier » et sur le bouton «démarrer» de votre chronomètre. Attendez. Maintenant, notez le temps qu’il aura fallu à FB pour effacer votre publication, voire pour fermer votre page.

Censure

Sur un site auteur ? Dans la mesure où vous respectez la loi, personne ne vous forcera à enlever un article ou une photo que vous souhaitez partager. Et si un Ayatollah vous agresse dans les commentaires, refusez son post et oubliez-le.

4 — Visibilité : pas d’algorithme de filtrage

Les réseaux sociaux sont les rois des algorithmes de filtrage. Qu’est-ce que cela ? C’est une formule mathématique longue comme un jour sans pain qui détermine, en fonction d’un grand nombre de paramètres (nombre de réactions, nombre de commentaires, etc.) , ce que vous allez ou non voir sur votre fil d’actualité.

Vous voulez suivre l’actualité de votre chanteur préféré, et vous pensez que vous ne louperez rien, car vous avez cliqué sur le bouton « J’aime » de sa page ?

C’est l’algorithme qui va décider pour vous de ce qui apparaîtra sur votre mur. Bien sûr, vous avez la possibilité de dire à Facebook ce que vous voulez “voir en premier”, mais c’est un choix de dupe qui a finalement peu d’impact sur votre visibilité.

Même si vous avez 10 000 followers sur Facebook, vous n’avez aucun moyen de savoir si ces personnes verront vos publications s’afficher sur leur mur. Autrement dit, vous travaillez peut-être pour rien.

Avec un site auteur, tout ce que vous avez à faire c’est créer un formulaire d’abonnement (réalisable en deux clics) et d’inciter les visiteurs à s’abonner à votre page. Ce faisant, vous aurez accès à leurs adresses email. Ce qui veut dire que vous pourrez vous adresser à eux directement et qu’ils recevront votre actualité dans leur boîte de réception.

Qu’ils le lisent ou non est une autre question, mais au moins vous serez sûr qu’ils l’auront reçu.

  1. – Qualité : Une audience qualifiée

Comme je l’ai déjà expliqué dans l’article « Réseaux sociaux: quelle utilisation pour les auteurs », l’important n’est pas le nombre de personnes qui vous suivent, mais leur qualification c’est-à-dire leur implication, le niveau d’intérêt  qu’ils ont pour vous et votre travail.

Si vous êtes auteur de romance par exemple, il vaut mieux être suivi par 100 femmes en possession d’une carte de bibliothèque que par 1 000 adolescents inscrits à la Fédération Française de Foot. Les deux ne sont pas incompatibles, bien sûr, mais vous avez quand même plus de chance d’intéresser les premiers que les seconds.

Les réseaux sociaux vous permettront, a priori, de toucher un public large et plus nombreux, mais également de qualification très inégale. Les partages de vos publications tomberont indistinctement sur le mur de Juliette, libraire fleur bleue en quête d’amour ou sur celui de Gérard, chauffeur poids lourd qui n’a pas ouvert un livre depuis juin 94.

En créant une liste d’abonnés sur votre site auteur, vous disposerez d’une liste de personnes très qualifiées, qui auront choisi de vous suivre, vous et personne d’autre. Autant dire qu’elles seront très réceptives à votre actu, à vos promotions et aux sorties de vos futurs livres. Vous privilégiez ainsi la qualité sur la quantité et vous contribuez à créer votre « tribu ».

En conclusion

Le site auteur est le meilleur moyen de maîtriser sa communication, mais cela ne signifie pas que les réseaux sociaux doivent être oubliés ou négligés, car ils ont aussi leur utilité.

Utilisez les réseaux sociaux comme des entonnoirs pour ramener des personnes sur votre site auteur et augmenter la taille de votre audience qualifiée. Les réseaux doivent graviter autour de votre page, et non la remplacer. Vous devez toujours conserver votre site auteur au centre de votre communication pour garantir sa proximité, son intégrité, sa visibilité, sa qualité et sa pérennité.

Reste à savoir QUAND vous devez créer cette page auteur. Quand vous aurez fini d’écrire votre premier roman ? Quand vous l’aurez corrigé ? Quand il sera publié ? Nope, nope et nope.

Le meilleur moment pour créer votre site auteur, c’est maintenant. Que devez-vous faire maintenant ? Dès que vous aurez fini cet article, cherchez un hébergeur pour créer votre page. Ne perdez pas de temps. Chaque jour passé sans votre page est un abonné potentiel de perdu.

Alors faites-le maintenant. Si cela peut vous inspirer, voici mon site auteur. Je ne le revendique pas comme étant parfait, mais il peut vous aiguiller sur ce que vous pouvez publier.

La semaine prochaine sera le moment du bilan. L’heure de faire le point sur mon challenge commencé il y a plus de 6 mois : « Publier mon premier roman avant Noël 2018 et en vendre 1000 exemplaires avant le 31 janvier 2019». Est-ce que j’ai réussi ? Me suis-je vautré lamentablement ? La réponse la semaine prochaine 😉

Ciao


Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  • 5
  •  
  •  

3 commentaires sur “Les 5 raisons d’avoir un site auteur”

  1. Merci Jérôme, pour cet article ! Habituellement, je parle de site d’auteur, mais le mot page est plus poétique 🙂 FB and Co, c’est effectivement bien pour de l’instantané et du direct, mais rien de mieux que d’être chez soi ! Je me demande d’ailleurs si je ne vais pas séparer Fourmiztory en deux et faire une page Ethan Joe Pingault uniquement avec mes écris !

    1. Bonjour Ethan et merci pour ton commentaire,
      Effectivement, la terminologie “site auteur” est plus juste lorsqu’on parle d’une page web. Le nom de page est plus souvent employé pour des pages Facebook. C’est un détail qui n’a été porté à ma connaissance qu’après publication de cet article.
      Personnellement, j’ai préféré séparer mon site auteur (avec mes écris et mon actualité d’auteur) et un site sur lequel je fais part de mon expérience en la matière. La raison à cela est que je ne m’adresse pas aux mêmes personnes. Si tous les auteurs lisent (ou en tout cas devraient le faire), tous les lecteurs n’écrivent pas.
      En revanche, je regroupe toutes ces publications sur une seule page Facebook et un seul compte Twitter pour faire le lien entre les deux.

  2. Ping : Les nouvelles de mars – Robert G. Forge

Laisser un commentaire