Un petit break s’impose

Un petit break s'impose
Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Je l’avoue, en termes de gestion du temps, c’est une période compliquée. Heureuse, mais compliquée.

Heureuse, car mon activité littéraire est au seuil de développements nombreux et passionnants:

  • la communauté du blog s’agrandit (vous êtes maintenant près de 1 300 à recevoir la newsletter),
  • les coachings restent un plaisir à mener,
  • les retours sur mes nouvelles vidéos sont peu nombreux mais excellents,
  • mon projet pour vous aider à vendre vos livres est lancé,
  • j’ai assez d’idées de fictions pour écrire jusqu’à la fin de cette décennie.

Bref, beaucoup de stimulations, beaucoup de choses à faire… trop, car ma famille espère encore me voir de temps en temps et les patrons de mon « job de jour » continuent d’exiger de moi que je travaille pour eux en échange d’un salaire (les fumiers ! 😉 ).

Bref, plutôt que de risquer le « burn-out », je préfère vous annoncer que mes nouveaux articles seront plus espacés. Il y aura moins de contenu inédit dans les prochaines semaines, mais cela ne veut pas dire que vous serez sans nouvelle. Les abonnés recevront toujours une newsletter chaque dimanche dans laquelle j’évoquerai un sujet en lien avec un article récemment mis à jour. Un « Best of » sorti des 150 articles (eh oui, déjà !) dont se compose le blog aujourd’hui et que beaucoup d’entre vous n’ont pas eu l’occasion de lire.

Image by Free-Photos from Pixabay

Et puisqu’on parle de risque, parlons de prudence, car c’est un ingrédient essentiel de la vie qui est parfois difficile à doser.

Un excès de prudence peut conduire à une impasse quand elle se traduit par une incapacité à avancer, paralysé par la peur de prendre un risque : la peur de se planter, la peur de perdre de l’argent, la peur d’être ridicule, etc. Certains auteurs écrivent, mais ne publient rien, paralysés par cette peur.

Un manque de prudence, d’un autre côté, amène à ce que j’appelle le syndrome du cowboy, en référence au stéréotype du héros américain. Celui qui fonce dans le tas sur son cheval, un pistolet dans chaque main, en priant pour que les Indiens ne lui trouent pas la peau. Hélas (et je fais mes excuses à John Wayne), compter uniquement sur sa chance est le meilleur moyen de finir scalpé.

La prudence n’est pas l’absence de risque, car celui-ci est totalement inévitable. Être prudent consiste à anticiper ces risques et à prendre les mesures pour empêcher qu’ils arrivent ou à en minimiser les conséquences.

Exemple : un incendie domestique sur cinq démarre dans une cuisine. Allez-vous arrêter de cuisiner de peur qu’un feu se propage ? Bien sûr que non. Alors, comment être prudent ? En installant un extincteur à proximité… pour avoir le moyen d’agir au cas où.

Autre exemple : Quel est le risque que votre livre se fasse plagier ? Honnêtement, il est faible vu le nombre astronomique de nouvelles publications qui sortent chaque année, mais il existe. Allez-vous garder votre livre pour vous de peur qu’on vous le vole ? Ce serait idiot. Alors, comment être prudent ? En protégeant votre œuvre du plagiat… en créant une preuve de votre paternité que vous pourrez montrer à un juge au cas où.

Protéger son œuvre n’est pas un excès de prudence, c’est un acte de proactivité. Le faire vous prendra seulement un peu de temps et quelques euros, car il existe des moyens simples et pas cher pour être prudent sans se ruiner.

5 moyens de protéger son oeuvre du plagiat

Je vous propose donc de revenir sur les 5 moyens les plus efficaces pour protéger votre roman au titre de la loi sur la propriété intellectuelle. Vous y découvrirez :

  • le risque à ne pas protéger son œuvre,
  • la grande différence juridique entre une œuvre et une idée,
  • les 5 moyens de protéger son œuvre,
  • une analyse avantages/inconvénients de chacune d’entre elles

Bref, tout ce qu’il faut pour vous aider à faire votre choix est à portée de clic. Alors, n’attendez plus — -> cliquez ici


Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

4 commentaires sur “Un petit break s’impose”

  1. Il y a un caractère définitivement aliénant à s’astreindre à des publications régulières, c’est pas mal de pression. Faites à votre rythme surtout.

Laisser un commentaire