Comment vaincre le trac pendant une séance de dédicace

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  

C’était un magnifique samedi matin du mois de mars, et je me trouvais devant le magasin Cultura de Carcassonne. J’allais y passer la journée pour dédicacer mon livre « Charlie et le magicien invisible ». J’avais tout le matériel nécessaire pour passer cette journée très spéciale : des exemplaires de mon livre bien sûr, de quoi manger, boire, des stylos, des marque-pages, etc. mais j’avais aussi quelque chose qui n’était pas sur ma liste : le trac.

Oui, j’avais les chocottes, la trouille, les genoux qui tremblent, j’avais peur quoi !! Et c’est complètement normal puisque c’était la première fois que j’allais faire une chose pareille. J’allais être assis dans un magasin, au milieu de gens qui n’étaient pas spécialement venus pour me voir, et cela allait être à moi d’aller vers eux, de les aborder, de leur parler de mon livre et de les convaincre gentiment de l’acheter. Autant être franc, aborder des inconnus, ce n’est pas quelque chose que j’ai l’habitude de faire. J’allais donc devoir sortir de ma zone de confort et ça… ça fait peur.

La bonne nouvelle, c’est que j’ai plus de dix ans de théâtre amateur derrière moi, et donc le trac d’avant-scène, je connais ça très bien. J’ai aussi des compétences en développement personnel puisque je suis praticien en Programmation Neuro Linguistique (PNL). Or il existe d’excellentes techniques pour diminuer ses émotions négatives comme le trac, et se sentir plus à l’aise.

À moins que vous ne soyez un commercial expérimenté qui a l’habitude d’apostropher les gens dans la rue ou dans les magasins pour leur proposer vos services, vous serez sans aucun doute sujet au trac. Je vous propose une de ces techniques pour vous en débarrasser. Elle s’appelle le désancrage émotionnel.

Les ancres émotionnelles

Alors c’est quoi cette bestiole-là ? C’est un phénomène que vous connaissez déjà très bien sans le savoir. Une ancre émotionnelle est un stimulus sensoriel : une odeur, un son, une image ou contact sur votre corps qui vous ramène à un état que vous avez déjà connu ou à un souvenir précis. C’est le principe des madeleines de Proust. Le simple fait de sentir l’odeur des madeleines qui cuisent le ramène instantanément à ses souvenirs d’enfance, quand sa mère lui en cuisinait. C’est donc comme l’ancre d’un bateau qui vous retient à une émotion. Il y a des ancres qui vous ramènent à des émotions positives ou aidantes et d’autres qui vous ramènent à des ancres négatives ou gênantes.

Le but du désancrage émotionnel est de diminuer les émotions gênantes et de les remplacer par un état qui va vous aider à affronter cette journée. Cela peut paraître étrange dit comme cela, mais je vous garantis l’efficacité de cette technique que j’ai utilisée très souvent.

 

1ere étape : Fixer son objectif

C’est non seulement nécessaire pour cette technique, mais ça l’est également pour vous pousser à sortir de votre zone de confort au moment où vous en aurez besoin. Si vous n’avez pas d’objectif, la tentation de rester assis dans votre coin risque d’être trop forte, il faut absolument éviter ça.

Votre objectif doit être :

  1. Positif c’est-à-dire ne pas être formulé sous une forme négative. Dite « Je veux que… » et non « Je veux éviter que… » ou « Je ne veux pas que… »

  2. Sous mon contrôle: il ne doit dépendre que de vous et non d’un élément extérieur,

  3. Concret: qui ? Quand ? Combien ? Comment ?

  4. Vérifiable : à quoi allez-vous voir que vous avez atteint votre objectif ?

  5. Écologique : en accord avec vos valeurs et votre équilibre personnel. Ex. : Suis-je prêt à agresser les gens pour qu’ils achètent mon livre ? Bien sûr que non

Pour fixer cet objectif, je me suis donc posé les questions suivantes :

  • Qu’est-ce que je veux ? Je veux parler aux gens en étant détendu,

  • Est-ce que cela ne dépend que de moi ? Oui,

  • Comment saurais-je que j’ai atteint mon objectif ? J’irai vers eux sans hésiter et je parlerai distinctement et avec le sourire,

  • Qu’est-ce que cela va m’apporter d’important pour moi ? Une belle aventure humaine

  • Existe-t-il des inconvénients, pour moi, au fait d’atteindre cet objectif ? Non

  • Existe-t-il des obstacles à l’atteinte de cet objectif ? Je suis nerveux à l’idée d’aborder des gens que je ne connais pas.

Cette étape étant vraiment très importante pour la suite, je vous invite maintenant à fixer votre objectif en répondant à ces questions.

Le désancrage émotionnel

Dans l’établissement de mon objectif, j’ai identifié deux états émotionnels : un état gênant dont je veux me débarrasser, c’est la nervosité, et un état aidant que je veux atteindre, c’est la détente.

Le but du désancrage est de supprimer la nervosité en la compensant par la détente puis de renforcer encore la détente par-dessus.

C’est une technique qui fonctionne pour les états émotionnels de faible ou moyenne intensité, disons de 4 ou 5 sur une échelle de 10. Si vous êtes victime d’une véritable phobie ou peur panique, cela ne sera pas suffisant (même si cela peut toujours améliorer un peu les choses).

2e étape: L’ancre négative

Tout d’abord, vous allez vous projeter dans l’état émotionnel dont vous voulez vous débarrasser, ici la nervosité, en vous projetant mentalement dans une situation qui vous rend nerveux. Cette situation peut être réelle ou complètement imaginaire, mais doit idéalement être similaire à celle qui vous attend (dans le cas présent, une séance de dédicace).

Représentez-vous cette situation en tant que spectateur, comme si vous vous voyez sur un écran de cinéma.

Il ne faut pas aller trop loin en intensité. L’émotion doit être présente mais pas inconfortable.

Installez-vous sur une chaise ou un fauteuil. Vos pieds sont posés à plat sur le sol, vos mains sont sur vos genoux, prêtes à ancrer votre état émotionnel quand vous serez prêt. Vous pouvez fermer les yeux, mais ce n’est pas une obligation.

Maintenant vous allez imaginer qu’il y a un écran de cinéma quelques mètres devant vous. L’écran s’allume et vous vous voyez dans cette situation qui vous rend nerveux. Lors de votre projection mentale, essayez d’être le plus précis possible. Soyez attentif à l’environnement de la scène, à ses couleurs, à sa lumière, aux personnes qui vous entourent (s’il y en a), au bruit, etc. C’est vous, et vous seul, qui êtes aux commandes de votre projection. Vous êtes l’ingénieur derrière son immense tableau de commande et vous pouvez en changer chaque aspect, quand vous le désirez, en poussant un bouton de votre tableau.

Quand vous ressentez la nervosité, ancrez l’émotion dans votre corps en appuyant fortement sur un de vos membres. Idéalement, une pression entre le pouce et l’index de l’une des deux mains. En réalité, n’importe quelle partie du corps peut faire l’affaire. Vous pouvez appuyer sur votre gros orteil gauche si vous préférez… mais souvenez vous que vous aurez peut-être à le reproduire pendant votre séance de dédicace. Je vous conseille donc le pouce et l’index (ou alors de porter des sandales) 😉

Quand vous avez terminé, faites une courte pause pour sortir complètement de votre projection. C’est ce qu’on appelle un état séparateur. Buvez un verre d’eau, mangez un bonbon, regardez par la fenêtre, etc. Quelques secondes suffisent.

Avant de passer à l’étape suivante, testez l’ancre négative en exerçant à nouveau cette pression sur votre index et votre pouce. Ce faisant, vous devez sentir l’état de nervosité revenir en vous. Si ce n’est pas le cas, recommencez l’opération.

3e étape: L’ancre positive

Le principe est exactement le même que le précédent, mais l’émotion à ancrer est celle de la détente. Il est donc ici préférable d’atteindre le degré de détente le plus haut possible afin que la technique soit efficace. Comme pour l’ancre négative, la scène que vous imaginez peut-être réelle ou imaginaire. Elle doit cependant être très forte en termes de détente.

Deuxième différence : si vous avez exercé une pression sur vos doigts de la main droite pour l’ancrage précédent, vous devrez cette fois passer à la gauche (ou inversement) 😉

Troisième différence : représentez-vous la scène comme si vous étiez dedans, avec une vue à la première personne, et non plus sur un écran de cinéma. Ce point est très important, car les projections à la première personne génèrent une émotion plus intense. Or, nous voulons que l’émotion positive soit plus forte que la négative.

Installez-vous confortablement sur une chaise ou un fauteuil. Vos pieds sont posés à plat sur le sol, vous êtes prêts à ancrer votre état émotionnel quand le moment sera venu. Pour cette étape, je vous conseille de fermer les yeux.

Comme pour l’ancre négative, vous êtes l’ingénieur aux commandes de votre projection mentale. Réglez-en les couleurs, le son, la lumière comme bon vous semble. Vous êtes dans votre esprit, faites comme chez vous. 😉

Quand vous ressentez la détente à son maximum, ancrez l’émotion dans votre corps en appuyant votre pouce contre votre index.

Ensuite, faites une courte pause pour sortir complètement de votre projection. C’est l’état séparateur.

Avant de passer à l’étape suivante, testez l’ancre positive en exerçant à nouveau cette pression sur votre index et votre pouce. Ce faisant, vous devez sentir l’état de détente revenir dans votre corps. Si ce n’est pas le cas, recommencez l’opération.

4e étape: Le désancrage

Le plus dur est fait. Vous allez atténuer, voire supprimer, l’état émotionnel négatif : la nervosité.

Cette étape est d’une simplicité enfantine :

  1. Gardez la même position assise que précédemment,

  2. Fermez les yeux,

  3. Appuyez simultanément et longuement sur votre index et votre pouce de la main droite ET de la main gauche. En d’autres termes, vous activez les deux ancres en même temps,

  4. Soyez attentif à votre état émotionnel. Vous devez normalement ressentir une certaine confusion en réalisant cette étape.

  5. Gardez la pression sur vos doigts tant que cette confusion ne s’est pas estompée.

  6. Relâchez la pression en commençant par l’ancre négative, puis l’ancre positive quelques secondes après.

dernière étape: Projection dans le futur

Ne sortez pas la Dolorean du garage, vous pouvez rester dans votre salon 😉

L’objectif ici est de vous mettre dans l’état émotionnel aidant, en prévision de la séance de dédicace, pour ressentir la détente recherchée le jour J.

Pour cela, il est nécessaire de vous projeter mentalement dans le futur, d’imaginer ce que sera votre séance de dédicace : de vous représenter les lieux, les sons et les actions que vous allez réaliser en tant que spectateur. Comme si vous les visionniez sur un écran de cinéma.

Bien sûr, si vous connaissez les lieux, vous pourrez vous faire une représentation plus précise de la scène, mais ce n’est pas une obligation. L’élément le plus important est le contexte et non le décor, en l’occurrence il s’agit d’aborder de parfaits étrangers.

Durant votre « visionnage », appuyez sur l’ancre positive et gardez l’état émotionnel aidant aussi longtemps que possible.

Le jour J

Le samedi passé dans le Cultura de Carcassonne, pour ma première séance de dédicaces en librairie, s’est incroyablement bien déroulé.

Tout d’abord, la nervosité avait quasiment disparu. Plus de boule au ventre, plus d’envie d’aller aux toilettes toutes les 5 minutes, plus de trac. Le désancrage avait très bien fonctionné. Même si la nervosité n’avait pas complètement disparu, elle était devenue beaucoup plus supportable et ne constituait plus un obstacle à l’atteinte de mon objectif.

Bien sûr, quand il a fallu aborder les deux ou trois premières personnes, j’ai ressenti une petite hésitation. Il m’a alors suffi de réactiver mon ancre positive en pressant mon pouce et mon index l’un contre l’autre et la détente est revenue. Car il faut savoir que plus on utilise une ancre, et plus elle devient efficace. Il ne faut donc pas hésiter à en user et à en abuser.

Après avoir discuté avec quelques personnes, j’ai pris confiance en moi. Je n’ai bientôt plus eu besoin d’activer mon ancre positive et j’ai pu aborder les gens sans nervosité, avec le sourire et sans bafouiller. Mon objectif était donc pleinement rempli.

Le bilan

Au cours de cette première journée de dédicace, j’ai été en capacité de vendre 27 exemplaires de mon livre (un beau score) et d’enregistrer 18 nouveaux abonnés à mon site auteur, ce qui est au moins aussi important.

Je ne peux que vous recommander de vous lancer dans cette expérience si vous ne l’avez jamais tenté et si vous avez un livre disponible au format papier. Avec le désancrage émotionnel, vous avez un outil imparable pour vaincre votre nervosité ou votre timidité. J’ai parlé, dans cet article, de la nervosité et de la détente, mais cette technique fonctionne avec toutes les émotions négatives et positives de faible ou moyenne intensité.

Donc, si vous avez une chose à faire après avoir lu cet article, c’est de décrocher votre téléphone, d’appeler la grande enseigne de librairie (Cultura, espace Culturel, Fnac, etc.) la plus proche de chez vous et demander la prochaine date disponible pour une séance de dédicace.

Il y a beaucoup d’attente, alors n’attendez pas plus. Faites-le maintenant.


Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  • 21
  •  
  •  

Précédent

Définition : l’édition à compte d’auteur

Suivant

Définition : la publication à compte d’éditeur

  1. Jonathan

    Félicitations !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

Téléchargez vos eBooks gratuitement

"Plan Marketing pour auteur - Vendez votre livre"

"Les 5 obligations légales et fiscales d'un auteur indépendant"