40 genres de la littérature de l’imaginaire

40 genres de la littérature de l'imaginaire
Partagez l'article

La littérature de l’imaginaire, en France, est définie par trois grands genres connus du grand public (du moins le croit-il) : le Fantastique, la Fantasy et la Science-Fiction. Mais quiconque s’est un peu penché sur la question (et en tant qu’auteur, je vous recommande fortement de le faire) sait que les choses sont beaucoup, beaucoup, beaaaauuucoup plus compliqué que cela.

À mon humble connaissance, ce sont quarante genres, sous-genres majeurs et sous-genres mineurs qui se partagent le gâteau magique de la littérature de l’imaginaire. Et en faire l’inventaire est loin d’être une mince affaire pour deux raisons :

D’abord parce qu’un nouveau sous-genre naît à chaque fois qu’un auteur déclare avoir écrit quelque chose de différent (autant vous dire que cela arrive souvent 😉).

Ensuite parce qu’il n’existe aucune définition officielle de ces genres et sous-genres, ce qui promet des débats juteux sur Twitter lorsque deux fanatiques revendiquent un genre différent pour la même œuvre. Cartographier la littérature imaginaire n’est donc pas chose aisée et souvent soumise à interprétation.

Pourtant c’est un effort qui en vaut la peine, car connaître le genre ou le sous-genre de votre roman sera un atout précieux pour cibler avec précisions où et à qui vous devez en parler pour trouver vos lecteurs.

Même si on n’aime pas être catalogué et se voir coller une étiquette, c’est un mal nécessaire si on veut être repéré et lu par les lecteurs de notre genre.

Cette classification, je l’ai empruntée et résumée au « Guide des genres et sous-genre de l’imaginaire » signé par Apophis.

Guide des genres et sous-genres de l'imaginaire - Apophis
Malheureusement indisponible actuellement

Différence entre Fantasy, Fantastique et Science-fiction

D’abord il convient de savoir faire correctement la différence entre les trois grands groupes de la littérature de l’imaginaire… et non, ce n’est pas aussi simple qu’on peut le croire.

Personnellement, j’aime beaucoup la définition que je vous retransmets ici.

Imaginons que vous tombiez nez à truffe avec un chat qui parle. Dans la littérature de l’imaginaire, voici les trois grandes façons de traiter le sujet :

1 — Vous vivez dans un monde où tous les chats parlent. C’est un phénomène commun et acceptez de tous. Aussi quand votre chat réclame sa ration de ronron, vous lui donnez ce qu’il souhaite sans sourciller. C’est de la Fantasy.

2 — Vous vivez dans un monde où les chats ne parlent pas. C’est un fait entendu et établi pour tous. Alors quand votre chat partage avec vous ses plans de domination mondiale, vous frôlez l’arrêt cardiaque et vous envisagez toutes les explications cartésiennes avant de vous rendre à l’évidence : il parle bel et bien. Votre chat est en décalage avec le monde connu. Il est une anomalie qui bouleverse l’univers et la vie des protagonistes. C’est du Fantastique.

3 — Vous avez démonté la carte son de votre ordinateur, ouvert le crane de Minet et relié le port IN de la carte sur le port OUT de son cervelet à l’aide d’un câble en béryllium. Depuis, il se plaint de migraine, mais il parle. Nous sommes ici dans la rationalité, l’explicable (même si l’explication est délirante). C’est de la Science-Fiction.

Littérature de l’imaginaire et Fantastique ? Pas pour tout le monde

Le Fantastique est une invention française. Pour nos amis anglo-saxons, qui sont souvent une référence dans la littérature de l’imaginaire, il y a la Science-Fiction, la Fantasy… et c’est tout.

La Fantasy regroupe alors la Fantasy ET le Fantastique, mais en opérant une distinction différente de la Française :

D’un côté, la Fantasy se situant dans un monde moderne ou réel avec peu d’éléments surnaturels ou imaginaires. C’est la Low Fantasy (souvent assimilée à l’Urban Fantasy).

D’un autre côté, la Fantasy se déroulant dans des univers totalement imaginaires avec des elfes, des nains, des sorciers et autres créatures merveilleuses. C’est la High Fantasy.

High Fantasy et Low Fantasy ne sont donc pas des sous-genres de la Fantasy, mais bien la façon anglo-saxonne de différencier la Fantasy se déroulant dans un monde imaginaire ou dans la banalité de notre quotidien.

40 sous-genres de la littérature de l’imaginaire

Maintenant, attaquons-nous au gros morceau. Mais avant de nous lancer dans cette liste longue comme mon relevé de carte bleu, il faut prendre conscience d’une chose : parfois les différences entre les sous-genres sont si subtiles que la distinction entre eux est très difficile.

À tel point que certains livres utilisés comme référence d’un sous-genre seront également utilisés pour d’autres. Pas la peine, donc, de me le faire remarquer en commentaire. Je suis au courant 😉.

Je commence par la Fantasy et je finis par la Science-Fiction…

1# Heroic Fantasy

Considéré comme le pilier de la Fantasy, il est centré sur un héros possédant des capacités (martiales ou magiques) nettement supérieures à celles du commun des mortels. Il est solitaire et motivé uniquement par ses propres désirs. C’est lui (ou elle) le centre du roman et non le monde imaginaire souvent moins développé qu’en High Fantasy.

Ex : « Conan le barbare » de Robert E Howard.

2# Fantasy Épique

Opposée à l’heroic Fantasy, elle met en valeur un large nombre de personnages évoluant dans un monde riche en détails et aux dimensions dantesques. Ici, les protagonistes sont motivés par des sentiments profondément altruistes et généreux. L’un d’entre eux est souvent un élu très gentil destiné à sauver le monde des très méchants… non, pas de nuance morale en Fantasy épique.

Ex. : Le Seigneur des Anneaux, La roue du temps, Le Monde de Narnia…

3# Dark Fantasy

C’est en réaction à ce manichéisme qu’est née la Dark Fantasy. On y voit des protagonistes à la psychologie complexe, ni bon ni méchant, (voire même carrément méchant) évoluer dans un monde violent, lugubre et pessimiste. Ce qui la caractérise le plus, c’est l’absence de garantie quant à la survie des personnages.

Ex. : La Tour Sombre, Le Trône de fer, La Compagnie noire…

4# Urban Fantasy

En voilà une dont les contours sont flous. Certains considèrent que l’urban Fantasy se déroule dans notre monde (donc pas dans un monde imaginaire), mais d’autres pensent qu’il suffit que l’action se déroule dans une ville (pouvant appartenir ou non à un monde imaginaire).

Personnellement, j’opte pour la première définition c’est-à-dire un récit se déroulant sur notre terre, à une époque contemporaine (ou proche), et dans lequel les éléments surnaturels sont cachés, mais ne suscite aucun rejet des personnages ou doute sur leur réalité.

Ex : American Gods, Neverwhere, Les dossiers Dresden

5# Portal Fantasy

Appelé également Crossworld Fantasy, il se caractérise par la coexistence de deux mondes (et seulement deux) qui ignore l’existence l’un de l’autre : le nôtre et un monde de nature fantastique. On passe de l’un à l’autre par un portail de nature magique (pas d’explication sur son fonctionnement) au sens très large.

La grande majorité de l’histoire se déroule dans le monde fantastique, sinon cela tend à plus se rapprocher de l’Urban Fantasy.

Petite nuance entre Portal et Crossworld, le second intègre la notion d’élu du protagoniste amené à franchir ce portail.

Ex : Narnia, Alice au pays des merveilles, Le magicien d’Oz

6# Fantasy Politique

Comme son nom l’indique, il tourne majoritairement autour des grandes manœuvres politiques soit à l’intérieur d’un seul et même royaume, soit entre des royaumes rivaux. Elle peut aussi porter sur une rébellion qui lutte contre un tyran ou un envahisseur.

Ex. : La Trilogie de l’Empire, Les Lions d’Al-Rassan

7# Fantasy militaire

Un nom trompeur. Ce n’est pas parce que vous parlez de batailles, de guerriers ou de soldats que vous êtes dans la Fantasy Militaire. Pour cela, le roman doit se focaliser sur la vie des soldats, et plus spécifiquement des troufions de base et sous-officier (et non des généraux ou d’un champion), sur la guerre ou sur une unité spécifique.

Ex. : La Compagnie Noire, La Première Loi, Le Livre Malazéen des Glorieux Défunts

8# Fantasy post-apocalyptique

Outre le fait qu’il se situe dans un monde dévasté par une apocalypse (après l’apocalypse, pas pendant), ce genre se caractérise souvent par l’inspiration qu’il prend dans une thématique ou une idée de Science-Fiction.

On n’y voit pas d’armes ou technologies futuristes, mais plutôt l’utilisation d’un élément associé à la SF comme source d’inspiration pour la création du monde ou de l’intrigue. Par exemple, dans l’Insigne du Chevalier, Dave Duncan recycle les lois de la robotique d’Asimov dans un cadre magique.

9# Fantasy historique

Ce sous-genre peut être attribué à quatre types de récits :

1# Récit se déroulant dans le monde réel et respectant le cours de l’histoire connue, mais en y ajoutant des éléments surnaturels. On y livre souvent le déroulement d’un fait historique très différent de celui des livres d’histoire, mais avec une finalité identique.

2# Récit se déroulant dans le monde réel avec des éléments de la littérature de l’imaginaire (dragon, magie, etc.), mais où le cours de l’histoire est modifié. On appelle également ce sous-sous-genre de l’Uchronie Fantasy.

3# Récit se déroulant dans un monde imaginaire, mais fortement inspiré par une période historique réelle.

4# Récit se déroulant dans un monde imaginaire et fortement inspiré par une période ou un événement historique réel, allant parfois jusqu’à la reproduction à l’identique dans un cadre Fantasy (changement des noms, éléments magiques, etc.)

10# Fantasy criminelle

Fantasy focalisée sur les crapules, voleurs, assassins, mafieux et autres organisations criminelles évoluant dans un monde imaginaire.

Ce sous-genre n’est parfois pas considéré comme tel, car les truands sont déjà très présents dans la Fantasy et ils sont plus admis comme étant un élément du genre qu’un sous-genre à part entière.

Ex. : Cycle des épées, Pinces de la Pègre, Le Baiser du rasoir…

Heroic Fantasy. Un des premiers genres de la littérature de l'imaginaire
Heroic Fantasy. Un des premiers genres de la littérature de l’imaginaire

11# Light Fantasy

Cette Fantasy se caractérise par un ton léger, humoristique ou parfois parodique d’un autre sous-genre. Pour être rangé dans ce sous-genre, il faut vraiment que l’humour et la légèreté prennent le pas sur tout le reste (un ou deux traits d’humour ne suffisent pas).

L’exemple le plus connu est « Les annales du Disque Monde » de Terry Pratchett

12# Colonial Fantasy

Récit calqué sur la période des empires coloniaux et centrés sur… roulements de tambour… le colonialisme (on ne l’avait pas vu venir 😉). Elle peut se placer aussi bien du côté des colonisateurs que des colonisés.

Ex. : Les Milles Noms, La Souveraine des Ombres

13# Fantasy Arthurienne

Basé sur les légendes arthuriennes (Le Roi Arthur, Merlin, Excalibur, etc.), ce sous-genre peut raconter à nouveau l’histoire sous un prisme différent ou s’en inspirer en le plaçant dans un monde fantastique et/ou avec des personnages basés sur l’histoire connue.

Ex. : Avalon, Les Pierres du pouvoir, etc.

14# Fantasy érotique

Je regroupe ici 3 sous-genres de la littérature de l’imaginaire : la Romantic Fantasy (Médiévale-Fantastique), la Paranormale Romance (urbaine et moderne) et la Fantasy érotique (relations charnelles explicites). L’important est que les trois sont essentiellement concentrés sur les relations amoureuses entre les personnages.

Ex. : Demonica, Les Infortunes de la Belle au Bois Dormant

15# Fantasy mythique

Cette Fantasy exploite les codes et les thèmes des mythes et légendes sous un prisme Fantasy. Il peut se baser sur des mythes existants (mythologie grecque, nordique, etc.) ou imaginaires (celui développé par Tolkien pour le SDA par exemple).

Ex. : Le Silmarillion, American Gods, La Forêt des Mythagos…

16# Fantasy of manners

Sous-genre assez marginal de la Fantasy qui se concentre sur l’aspect critique social. Le protagoniste va lutter contre une hiérarchie sociale ou un système rigide et complexe, non pas à coup d’épée, mais grâce à la ruse et à l’art de l’intrigue. Les éléments surnaturels de la Fantasy y sont en filigrane. Ce n’est clairement pas le centre du récit.

Ex. : Les Griffes et les crocs, Jonathan Strange et Mr Norrell…

17# Space Fantasy

Mélange entre Space Opera (cf. plus bas) et Fantasy, il peut se faire de deux façons :

1# Les personnages voyagent dans l’espace grâce à la magie,

2# Dans un cadre relevant, à priori, de la SF, on y place des pouvoirs surnaturels et les codes de la Fantasy. On appelle aussi ce sous-genre la Science Fantasy.

Ex : Star Wars, Empress of Earth, Starship’s Mage…

18# Swashbuckling Fantasy

On peut traduire cela par « Fantasy de cape et d’épée ». Il s’agit d’un équivalent à des œuvres comme « Les trois mousquetaires » ou équivalents dans des mondes imaginaire et/ou comportant des éléments surnaturels (magie, dragons, etc.).

Ex. : Lames du roi, Manteaux de la gloire, Poudremages

19# Hard Fantasy

Il s’agit là du pendant Fantasy de la Hard Science-Fiction. Il se définit par un monde imaginaire ultra-détaillé. L’auteur a passé un temps fou à peaufiner son worldbuilding jusqu’au bout du plus insignifiant détail.

Ces mondes sont généralement très riches en ce qui concerne les systèmes de magie. On connaît tout de l’origine des pouvoirs et de leurs mécanismes. Rien n’est fait par hasard.

C’est la fin des sous-genres pour la Fantasy 😊

20# Cyberpunk et dérivés

Avant d’attaquer la Science-fiction, je cale ici un genre à part de la littérature de l’imaginaire qu’on peut appeler le — punk et dont le sous-genre le plus connu est le Cyberpunk, mais qui connaît également un fort développement de sous-genres comme le Postcyberpunk, Biopunk, Nanopunk, Solarpunk, Steampunk, Clockpunk, Dieselpunk, Atompunk, Silkpunk et autres punks à chien 😉

Je le positionne volontairement entre Fantasy et Science-fiction, car bien qu’il relève clairement de la SF, il m’a toujours paru avoir une forte influence Fantasy, ou plus précisément de la Dark Fantasy.

Ces romans se déroulent toujours dans un avenir proche, particulièrement sombre, où le développement technologique a pris l’ascendant sur tout le reste. On n’y parle pas ici de magie, mais plutôt de prothèses cybernétiques, d’améliorations artificielles. À l’instar de la Dark Fantasy, le héros est généralement un antihéros, un marginal luttant contre une corporation ou une société sans scrupule.

Son thème est souvent politique. Il critique le libéralisme économique, le modèle capitaliste et l’impunité des tout-puissants.

« Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques » de Philip K Dick est sans doute l’une des œuvres cyberpunk les plus célèbres.

Cyberpunk, Steampunk... tout un pan de la littérature de l'imaginaire
Cyberpunk, Steampunk… tout un pan de la littérature de l’imaginaire

21# SF d’anticipation

Cette Science-Fiction consiste naturellement à extrapoler sur notre futur et notamment sur certains éléments sociaux, politiques, technologiques ou économiques importants de notre société actuelle et de les développer ou de les détourner dans un futur plus ou moins proche.

Son but est surtout de susciter la réflexion. De nous faire nous interroger sur des tendances que nous considérons comme normales et acquises.

Toutes les sciences peuvent y être abordées, notamment les sciences dures, et elles sont très présentes tout au long du récit.

Ex. : De la Terre à la lune, La maison des derviches…

22# Space opera

C’est l’équivalent SF de la Fantasy Épique :

  • Un monde riche, vaste et détaillé,
  • Des héros beaux, nobles et résolus à sauver le monde / univers de méchants très très méchants

Même si on y trouve parfois un sujet de réflexion, ce n’est pas son but premier. Le Space opera est avant tout là pour divertir. Cela se sent notamment dans les explications qui tiennent parfois de la pseudoscience ouvertement imaginaire.

Ex. : Capitaine Futur, Le cycle du Fulgur, Etc.

23# Planet opera

Le Planet Opera, c’est du Space Opera, mais à l’échelle d’une seule planète. Celle-ci est généralement caractérisée par un élément très inhabituel et vital pour l’intrigue (Ex. : la planète Arrakis dans Dune).

Ex. : Trilogie martienne, cycle d’Hypérion, l’Anneau-monde, etc.

24# Nouvelle vague

Issue d’un mouvement des années 60 qui rejetait « le divertissement pour le divertissement », cette Nouvelle vague a lancé une Science-Fiction plus littéraire, plus raffinée et plus audacieuse (selon les membres de ce mouvement, bien entendu).

Elle se veut beaucoup moins militarisée et beaucoup plus tournée vers la réflexion. Les sciences abordées sont humaines ou sociales et une grande importance est donnée à la complexité d’écriture et à la psychologie des personnages.

25# SF transhumaniste

La SF transhumaniste se focalise sur l’évolution ou la transformation de l’humanité provoquée par la science, quelle qu’elle soit (génétique, robotique, etc.) pour atteindre un nouveau stade de l’humanité.

Elle cherche avant tout à nous interroger sur nous-mêmes et notre condition d’être humain et traite essentiellement de sciences dures.

26# Hard SF

On croit trop souvent que la Hard SF n’est lisible qu’aux titulaires de diplômes d’ingénieur en astrophysique. C’est vrai pour certains romans, mais ce n’est pas une généralité.

Elle se caractérise plus sur le réalisme du récit par rapport aux lois de la nature connues et/ou sur les détails scientifiques ou techniques. Mais certains romans de Hard SF restent très lisibles pour des non-initiés.

Ex. : Tau Zéro, Seul sur Mars, Cyscle du Grand Tour…

27# Soft SF

Elle se pose en opposition à la Hard SF naturellement. La Soft SF met plus l’accent sur ses personnages ou leur société que sur la science proprement dite. Celles-ci est présentes, bien sûr, mais sans s’embarrasser à détailler toute la quincaillerie.

La recherche du réalisme n’est clairement pas prioritaire ou alors, c’est sur des sciences humaines et sociales.

Ex. : Poumon vert, Les langages de Pao, En terre étrangère…

28# SF Apocalyptique et Post-apocalyptique

Je regroupe ici ceux qui parle de la fin du monde et ceux qui s’intéresse à ce qui se passe après parce que, après tout, les deux sont fortement liés 😉

Elles se déroulent toujours dans un futur proche et uniquement sur Terre. Généralement très sombre et pessimiste, son but est de nous faire réfléchir aux conséquences de nos actes et à notre place dans l’univers, mais elle contient également une part non négligeable d’aventure.

Ex. : Je suis une légende, Le Facteur, Route 666…

29# SF Dystopique

Cette SF nous montre notre société qui tourne mal : pollution, dictature, dérèglement climatique et j’en passe.

Son but est clairement de nous interpeler sur les problèmes actuels de notre société, qu’ils soient politiques, environnementaux ou sociétaux.

Les sciences abordées sont généralement humaines avec un apport plus ou moins important de sciences dures et elles se déroulent le plus souvent sur Terre à une époque proche de la nôtre.

Ex : 1984, Fahrenheit 451, Le Meilleur des mondes, etc.

30# SF militaire

Elle s’inscrit évidemment dans le cadre de forces armées en mettant en scène des militaires.

Elle n’a souvent pas d’autres buts que le pur divertissement, mais elle n’est pas forcément à prendre à la légère. Elle entre dans un éventail très large en termes de complexité d’écriture et de psychologie des personnages.

Ex. : Starship Troopers, La stratégie Ender, Frontlines, etc.

L'horreur fait aussi partie de la littérature de l'imaginaire
L’horreur fait aussi partie de la fantasy et de la Science-fiction

31# SF horrifique

Un sous-genre qui fait un carton au cinéma (Alien), il vise à nous horrifier grâce à des créatures ou des technologies monstrueuses issues de la Science-Fiction.

Plus l’univers est réaliste et plus le lecteur aura peur (en opposition aux séries Z souvent plus comiques qu’autre chose). Le ton est généralement très sombre, et les sciences abordées sont dures.

Ex. : L’invasion des profanateurs, La couleur tombée du ciel, World War Z, etc.

32# Voyage dans le temps et les univers parallèles

Voilà des romans qui parlent… de voyage dans le temps ou dans des univers parallèles (incroyable non ?)

Dans le premier cas, nous traitons le plus souvent de modification du passé/futur ayant un impact sur notre présent ou provoquant la création d’un univers parallèle uchronique.

Dans le deuxième cas, notre monde n’est pas le seul. Il existe un univers (ou une dimension) parallèle qui est généralement, dans la littérature de l’imaginaire, assez proche du nôtre à un détail près, celui qui change tout.

Tout l’intérêt des voyages dans le temps et des univers parallèles est bien sûr de se balader à l’intérieur et de découvrir des mondes ou des époques différentes de la nôtre. C’est donc le divertissement à travers le voyage et le décalage que nous cherchons avant tout.

33# SF humoristique

À l’instar de la Fantasy humoristique, on prend les codes de la Science-Fiction et on s’amuse avec. Là aussi, tout est bon pour rigoler : satire, parodie, ironie ou humour noir.

Ex. : Le guide du voyageur galactique, L’univers en folie, Les sirènes de Titan, Etc.

34# SF d’enquête

Elle met en scène policiers, détectives, victimes, suspects et criminels dans un cadre futuriste.

Les sciences dures ont toujours une place importante dans ces romans, car elles impactent fortement les techniques d’investigation. Elle se situe généralement sur Terre (mais pas toujours) et mets en scène des personnages à la psychologie solide.

Ex. : Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? Les cavernes d’acier, L’éveil du Léviathan, etc.

35# SF sous-marine

Une SF qui plonge dans les abysses plutôt que de s’élever dans le cosmos. Pourquoi pas ? Nous en savons aussi peu sur l’espace que sur les profondeurs océaniques après tout.

Ils sont peu nombreux à se lancer dans ce genre. Les sciences dures ont souvent une place de choix. Il vaut mieux connaître les effets de la pression lorsqu’on écrit sur ce sujet.

Le choix des océans est très variable. Ils peuvent se situer aussi bien sur Terre que sur une planète lointaine.

Ex. : Vingt Mille lieues sous les mers, Rifteurs, Marée Stellaire, Etc.

36# Space Western

Cette SF exploite les codes et les thèmes du Western dans l’espace (et non l’inverse). On y trouve le cadre typique de la conquête de l’ouest : des espaces/planètes inexplorées ou à peine colonisées, l’absence de lois ou de règles et des explorateurs intrépides.

Ex. : Santigao, Pommiers dans le ciel, Desolation Road, etc.

37# SF de la fin des temps

Pas de cataclysme ici. On n’est pas dans la SF apocalyptique. Il s’agit d’une fin des temps programmée. Celle qui arrivera dans quelques millions d’années, lorsque notre soleil implosera ou que l’univers sera arrivé à la limite de son expansion.

On y trouve une réflexion sur la fatalité, la nature de la fin, la signification du temps…

Les avancées technologiques sont telles qu’on en vient à confondre la science avec la magie et le ton est souvent nostalgique, voire mélancolique.

Ex. : La Machine à explorer le temps, Zothique, L’agonie de la lumière, etc.

38# Premier contact

Nous avons peu parlé de races extraterrestres pour l’instant. C’est parce que, contrairement à la croyance populaire, elles ne sont pas systématiques en SF, tout simplement.

Il y a plusieurs façons d’aborder cette rencontre humanité/alien et la première est le Premier contact.

Comme son nom l’indique, cette SF raconte l’histoire du premier contact entre homme et extraterrestre. Ce premier contact n’est pas forcément violent et il n’entraine pas automatiquement un phénomène d’invasion. Cette littérature est très souvent l’occasion de traiter le thème de la xénophobie qui a ici toute sa place.

Ex. : La Paille dans l’œil de Dieu, Contact, Solaris, Etc.

39# Invasion alien

Tout est dans le titre : les extraterrestres débarquent, ils cassent tout, tuent tout le monde et nous piquent nos ressources naturelles. Ensuite, soit des héros arrivent à les renvoyer sur la poubelle qui leur sert de planète, soit les aliens gagnent et on traite du « monde d’après » (un peu à la sauce post-apocalyptique).

Ex. : La guerre des mondes, La stratégie Ender, Anatèm, Etc.

40# ILS sont parmi nous

Pour finir, il se trouve que les extraterrestres sont parmi nous depuis déjà longtemps. Ils vivent en se cachant ou en prenant notre apparence. Le récit tourne alors autour de la découverte de cette révélation et du fait que nos gouvernements sont infiltrés ou complices de cette invasion secrète.

Ex. : L’invasion des profanateurs, Les Tommyknockers, Celui qui chuchotait dans les ténèbres, etc.

Les extraterrestres, un genre à part de la Science-fiction
Les extraterrestres, un genre à part de la Science-fiction

Me voilà arrivée à la fin de cette (longue) liste. J’espère qu’elle vous aura aidé à trouver le genre du roman que vous avez écrit ou à vous fixer sur celui de votre prochaine œuvre.

Mon conseil pour finir est de ne pas trop vous prendre la tête avec le genre de votre roman. Il ne s’agit finalement que d’une étiquette qui n’a qu’un seul but : vous aider à vendre votre livre aux aficionados du genre auquel il appartient.

Alors, cherchez l’inspiration dans cette liste, puis écrivez le livre qui vous plaît, avant de définir sous quel genre vous allez le présenter à vos futurs lecteurs.

Pour aller plus loin dans la littérature de l’imaginaire, vous pouvez lire cet article portant sur le Worldbuilding, (c’est-à-dire la création de votre monde imaginaire). Vous y trouverez un modèle à compléter pour ne rien oublier dans votre univers.

Cliquez ici pour découvrir « Worldbuilding : l’outil magique pour créer un monde imaginaire »

 


Partagez l'article

11 commentaires sur “40 genres de la littérature de l’imaginaire”

  1. Bonjour Jérôme.

    Est-ce que ce que vous appelez Fantasy, terme anglais, n’est pas tout simplement le Merveilleux, genre littéraire remontant à l’Antiquité, traversant les siècles en passant par le roman arthurien, florissant dans les contes de fées pour s’épanouir avec Harry Potter ?

    1. Bonjour Guilhem,
      Vous trouverez l’anticipation au 21#
      Effectivement, il est réducteur de classer un roman dans UN sous-genre. La plupart des livres appartiennent à plusieurs d’entre eux. Un tel classement tient plus de la stratégie marketing que du choix artistique.

      1. Ah oui, je suis allé trop vite.
        Pour mon roman Les Noviens, je pense que c’est la catégorie la plus adaptée mais il y a aussi le transhumanisme, le premier contact, la dystopie, je ne voudrais pas être réduit à une catégorie et ne toucher des lecteurs ne s’intéressant qu’à celle-ci.
        Il arrive que la SF ne soit qu’un moyen scénaristique pour raconter une histoire qui parle à tout le monde, pas une fin en soi.

  2. C’est marrant parce que j’essayais justement de faire ajouter des catégories Amazon à Sister Love; il y a tellement peu de choses qui correspondent, ça fait peur… « Super-héros » devrait être un genre à part entière. On ne la trouve que dans les BD, et encore, englobée dans « comics ». Grrr…

    Par défaut, Amazon place les romans dans la catégorie « personnages scientifiques », qui est une sous-catégorie de « sciences et techniques », et qui n’a donc rien à voir avec la fiction !!

    Ça m’étonne qu’ils n’aient pas repris la sous-catégorie « Sword & Sorcery » qui qualifie les aventures « à la Conan » et créée par Fritz Leiber. Ça fusionne la 1 (Heroic Fantasy, qui me paraît beaucoup plus large en fait) et la 10 (fantasy criminelle, qui comprend une bonne partie des récits de Conan).

    Pour le coup « Uchronie » mériterait d’être séparée de « Voyage dans le temps ».

    Et pour la « High » et la « Low fantasy », j’avais lu une définition toute autre, basée sur la fréquence de la magie présente dans le monde : abondante et courante en « high », rare voire cachée en « low ».

    (5/5)
    1. Bonjour Norman,
      Alors j’avoue avoir pris un petit raccourci en regroupant l’Heroic Fantasy et Sword & Sorcery, car la plupart des gens ne font pas la différence, mais sinon, oui, tu as entièrement raison.
      Concernant Sister Love, personnellement je la « rangerais » dans l’Urban Fantasy, voire la Fantasy historique puisqu’il reprend certains moments célèbres de l’histoire (mais ce n’est pas le sujet principal du livre, donc ça reste à la marge).

      1. Pour info, j’ai pu enregistrer les livres dans plusieurs autres catégories :
        « Comme demandé, nous avons ajouté vos ebooks « Sister Love 1 : Mais Qui est Donc Sister Love ? » et « Sister Love 2 : La Reddition de nos Rêves » aux rubriques suivantes :

        1. Boutique Kindle > Ebooks Kindle > SF, Fantasy et Terreur
        2. Boutique Kindle > Ebooks Kindle > SF, Fantasy et Terreur > Science-fiction
        3. Boutique Kindle > Ebooks Kindle > SF, Fantasy et Terreur > Science-fiction > Aventure
        4. Boutique Kindle > Ebooks Kindle > SF, Fantasy et Terreur > Science-fiction > Cyberpunk
        5. Boutique Kindle > Ebooks Kindle > SF, Fantasy et Terreur > Science-fiction > Génie génétique
        6. Boutique Kindle > Ebooks Kindle > SF, Fantasy et Terreur > Fantasy > Contemporaine
        7. Boutique Kindle > Ebooks Kindle > SF, Fantasy et Terreur > Fantasy > Urbaine
        8. Boutique Kindle > Ebooks Kindle > Adolescents > Science-fiction et fantastique

        Et ses versions broché et relié aux catégories suivantes:

        1. Livres > Adolescents > Science-fiction et fantastique
        2. Livres > Adolescents > Science-fiction et fantastique > Science-fiction
        3. Livres > Adolescents > Science-fiction et fantastique > Paranormale et urbaine
        4. Livres > Adolescents > Science-fiction et fantastique > Super-héros
        5. Livres > Romance et littérature sentimentale > Science-fiction »

        Il suffit d’envoyer un mail, par contre il faut prendre les catégories et leur cheminement sur Amazon même, pas sur KDP.

  3. Effectivement, ces étiquettes (un peu arbitraires, comme toutes les étiquettes) sont bien utiles pour catégoriser son roman sur des plateformes comme KDP ou autre.
    Est-ce que tu sais où je pourrais trouver un équivalent pour confronter mon roman en cours aux autres genres (hors le polar qui est bien documenté (cosy-crime, thriller, etc.) ?
    Comme tu le dis très bien dans ta newsletter de ce matin, dans la littérature blanche, à part les romans historiques, le feelgood et la chicklitt, on peut un peu se brosser pour trouver des cases à cocher.

    1. Bonjour Ingrid,
      Je ne vais pas te mentir, c’est très compliqué.
      La meilleure méthode que je connaisse est de faire du benchmarking auprès des autres romans qui te semblent proche du tien. Faire des recherches sur Amazon ou Kobo et noter quelles catégories ont été retenues pour ces romans.
      C’est un travail qui risque de te demander du temps.
      La page Wikipédia sur les genres littéraires (https://fr.wikipedia.org/wiki/Genre_litt%C3%A9raire) donne également quelques pistes. Peut-être pourras-tu les remonter jusqu’à trouver ce que tu cherches.

  4. Je suis une adepte du mélange des genres et pas qu’un peu !

    Ma trilogie L’ange Génétique en est très bon exemple. On a un scientifique fou qui a vaincu son pire ennemi pour régner en maître absolu sur la terre. Il y a une rébellion, un homme de main qui cache une histoire sombre, des robots en veux-tu en voilà. Cerise sur le gâteau, mes héros partent à l’aventure pour rechercher un artefact ancien susceptible de destituer le tyran ^^;;;;;;;;; Tout en réveillant une puissance ancienne dans la mythologie aztèque.

    C’est pas le tout mais je classe ça où moi ? xD D’autant que la présence d’ado n’arrange rien.

    Je ne parle pas de ma saga fantasy qui part en Space Opera vers les derniers tomes :’)

    Où c’est que je classe ça xDD ??????? J’en ai marre de mon cerveau et de cette imaginaire qui mélange tout x) Faite des trucs qui rentrent un petit peu dans le moule !!!

    Je vais m’imprimer cet article Ô combien intéressant pour m’y référer dès que possible lors de mes prochaines séances d’écriture. Je savais qu’il existait pas mal de sous genre mais là… cela dépasse l’entendement Oo

    Merci beaucoup <3

    (5/5)

Laisser un commentaire

Vous avez aimé cet article?