20 conseils d’écriture d’Anne Rice

20 conseils d'écriture Anne Rice
Partagez l'article

Anne Rice fait partie de ces auteures du fantastique que l’on ne présente plus. Son « Entretien avec un vampire », sortit en 1976 (ça ne nous rajeunit pas ma pauv’dame) est devenu culte dès la première année et encore plus grâce à son adaptation cinématographique de 1994. Au cours de sa carrière d’auteure, Anne Rice a écrit plus de trente livres dont les plus célèbres s’inscrivent dans sa saga vampirique et celle des sorcières de Mayfair.

Dans la plupart de ses livres (j’avoue ne pas les avoir tous lus 😉), j’ai à chaque fois été séduit par son audace.

D’abord l’originalité de ses points de vue. Elle a été une des premières à écrire du point de vue du vampire, du point de vue de la sorcière. Cela peut sembler banal aujourd’hui, notamment après le succès de la saga Twilight, mais c’était loin d’être évident dans les années 70.

Ensuite, son courage religieux. Anne Rice a oscillé entre athéisme assumé et christianisme critique durant toute sa vie. Une ambigüité spirituelle que l’on retrouve très souvent dans ses romans.

Enfin, la noirceur de ces récits et sa capacité à créer du neuf à partir de matériaux pourtant usés jusqu’à la corde. La preuve, s’il en fallait encore une, que le succès d’une histoire ne se limite pas à son originalité, mais à la touche personnelle que son auteur lui apporte.

Anne Rice nous a quittés le 11 décembre 2021 des suites d’une attaque cérébrale. Elle avait 80 ans.

Si tous les blogueurs littéraires ont un jour publié un article sur les conseils d’écriture de Stephen King, ils sont beaucoup moins nombreux à avoir rendu hommage au talent de cette grande écrivaine.

Voici donc 20 conseils d’écriture d’Anne Rice trouvé et traduit depuis son site officiel et sa page Facebook.

Les sorcières de Mayfair - L'autre grande saga d'Anne Rice
Les sorcières de Mayfair – L’autre grande saga d’Anne Rice

20 conseils d’écriture d’Anne Rice

  1. Utilisez le plus possible des mots concrets et des verbes d’action. Rien ne communique mieux l’immédiateté et l’excitation que les mots concrets et les verbes d’action.
  1. Utilisez régulièrement des phrases courtes et même des fragments. Les phrases longues et complexes, surtout celles pleines de noms abstraits, vont ralentir le lecteur ou pire, le perdre. Brisez ces phrases en morceaux. Ou équilibrez-les avec des courtes.
  1. N’hésitez pas à écrire des paragraphes d’une phrase ou des paragraphes courts. N’enterrez jamais, jamais une révélation clé, une surprise, ou le geste important d’un personnage à la fin d’un paragraphe. Déplacez-le vers un nouveau paragraphe.
  1. Allez-y doucement sur les conjonctions du style « mais », « et », « pourtant » « toutefois ». La prose peut vous sembler fluide, mais, si vous les enlevez, elle le deviendra encore plus.
  1. Répétez souvent le nom d’un personnage dans les dialogues et les narrations directs. Ne glissez pas dans les « il » et « elle » pour les passages longs sinon les lecteurs rapides vont devoir retourner en arrière pour déterminer qui parle, ou qui ressens, ou qui voit l’action. Utilisez les vrais noms.
  1. Soyez généreux avec les adjectifs et les adverbes. Ces mots donnent de la spécificité à l’histoire. Ils le rendent vivant.
  1. Quand vous vous répétez dans un livre, reconnaissez-le. Par exemple « Il se disait encore, comme il se l’était dit si souvent auparavant… »
  1. Si le scénario prend une tournure improbable, reconnaissez-le en le faisant reconnaitre par les personnages.
  1. Pendant les scènes d’action intenses, évitez le participe présent (verbe en ING en anglais). Ces mots peuvent vous sembler « immédiat » dans une scène de confrontation forte, mais si vous utilisez le passé simple ou le présent simple, vous allez augmenter l’action.
  1. Souvenez-vous que, quand vous écrivez une histoire, vous créez quelque chose qui doit se comprendre complètement du premier coup, mais qui doit également tenir le coup face à d’innombrables relectures.
La Nouvelle Orléans - la ville d'enfance d'Anne Rice que l'on retrouve souvent dans ses romans
La Nouvelle Orléans – la ville d’enfance d’Anne Rice que l’on retrouve souvent dans ses romans

 

  1. Ne sous-estimez jamais la coupure de deux lignes. Vous ne voulez peut-être pas un nouveau chapitre, mais vous voulez changer de scène. Faites une coupure de deux lignes.
  1. Ne vous bloquez jamais en vous disant que si un personnage ouvre une porte, il doit la refermer par la suite. Vous devez créer une impression visuelle de la scène, mais pas accentuer chaque geste. C’est inutile et cela vous permettra d’écrire des scènes plus courtes et plus efficaces.
  1. Encore les paragraphes : c’est la construction de votre page pour le lecteur. C’est pour cela que je dis que vous ne devez jamais hésiter à faire des paragraphes d’une ligne ou des paragraphes très courts. Vous soulignez l’action et l’émotion quand vous l’isolez dans un paragraphe. Vous voulez rendre les choses faciles pour le lecteur. Les paragraphes longs peuvent sembler lourds. L’œil recherche une coupure.
  1. Plusieurs points de vue peuvent être très énergisants pour le lecteur. Le changement de point de vue est excitant. Plusieurs points de vue donnent la possibilité de monter le monde d’une façon qui vous sera impossible avec un seul.
  1. Un seul point de vue durant toute l’histoire est la meilleure façon pour le lecteur de tomber amoureux du héros ou de l’héroïne. Bien sûr, vous ne pouvez pas « aller dans une autre partie de la forêt » pour voir ce qu’il s’y passe. Mais vous avez un immense pouvoir dans ce seul point de vue pour décrire les pensées et les sentiments de votre champion.

Lisez l’article « Comment écrire un roman à la 3e personne »

  1. Un seul point de vue à la première personne peut emmener le lecteur dans de l’amour fort, mais aussi dans une forte antipathie.

Lisez l’article « Comment écrire un roman à la 1re personne »

  1. Si vous commencez à vous ennuyer, faites ce qu’il faut pour que le récit vous excite à nouveau. Ne continuez jamais à construire une scène parce que vous pensez que vous devez. Trouvez une autre solution au problème qui vous force à écrire quelque chose qui ne vous fait pas plaisir.
  1. Quand vous fatiguez, arrêtez-vous et lisez quelque chose qui vous énergise. Les premières pages de Charlie de Stephen King me revitalisent toujours et me renvoient vers le clavier. Pareil pour Le Chant du Bourreau de Norman Mailer, ou Le Parrain, ou une histoire courte d’Hemingway.
  1. Souvenez-vous que vous devez finir ce livre si vous voulez qu’il ait sa chance. Vous devez absolument le finir. Évidemment, dès que je l’ai fini, je pense à d’autres choses. J’y retourne, j’affine, je rajoute. Quand je n’en ressens plus le besoin, je sais que c’est presque fini.
  1. Si ces « règles » ou suggestions ne vous correspondent pas, n’en tenez pas compte évidemment ! C’est vous le patron quand il s’agit de votre écriture.
Anne Rice
Anne Rice – George Chinsee/WWD

On n’insistera jamais trop sur le dernier conseil, mais il est toujours intéressant de connaître le point de vue de ceux qui ont fait leurs preuves.

Vous reconnaissez-vous dans les conseils d’Anne Rice ? Avez-vous lu ses œuvres ? Dites-le-moi dans les commentaires.


Partagez l'article

11 commentaires sur “20 conseils d’écriture d’Anne Rice”

  1. Bonjour, je me reconnais dan tous les conseils, que j’ai appris dans ma propre progression. J’adore jouer sur la taille des paragraphes (c’est visiblement pas encore trop répandu, au vu des remarques reçues). Le seul conseil où j’ai dû faire marche arrière, c’est celui des adjectifs et adverbes. J’en utilisais trop, surtout pour les adjectifs.
    C’est amusant cette association quasi systématique de vampire/sombre. Je suis sortie de ma zone de confort de SF pour écrire une histoire de vampires sur le ton de l’humour (je n’ai vu que le film de Polanski et la série de Buffy). Ça en dérange plus d’un ou une ! On me demande souvent de l’enlever, parce que pas dans les codes. Mais il y a aussi des enthousiastes. Tant mieux ! Une ME m’a proposé de publié l’histoire, la suite reste à écrire. 🙂
    Merci pour cet article.

    1. Il y a des tas d’histoires de vampires comiques. Je ne vois pas pourquoi vous ne pourriez pas. Je me souviens avoir écrit une scénette sur un vampire qui postulait pour un emploi dans une banque du sang. Elle avait été très bien reçue par le public 🙂
      Bonne chance avec votre ME. J’espère que le projet verra bientôt le jour.

  2. Merci Jérôme pour ces conseils et pour l’hommage à Anne rice. J’ai aussi découvert « Entretien avec un vampire » et sa saga au lycée. J’étais sous le charme de son écriture. Ses personnages prenaient vie à la lecture, ils s’animaient, avaient une voix, une personnalité.
    Seule, la saga des piliers de la terre de Ken Follet a réussi à provoquer chez moi ce sentiment à nouveau. J’adore Stéphan King peut être plus pour son sens de l’intrigue mais la complexité des protagonistes chez Anne Rice et Ken Follet me laisse toujours admirative.

    (5/5)
    1. Je suis d’accord. Elle avait réussi à pousser très loin la psychologie de personnages vieux de plusieurs siècles. Leurs besoins, leurs aspirations, leurs regrets, etc. Ses personnages étaient très fouillés.

  3. Bonjour, Jérôme.
    Merci pour ce partage de connaissance.
    J’ai lu quelques uns des romans d’Anne Rice sur les vampires et son style est effectivement très prenant. Beaucoup de ses conseils me parlent, même si j’hésite à multiplier les paragraphes d’une ligne ^^
    Bonne journée et bien entendu, meilleurs vœux 😉

    (5/5)
  4. Bonjour Jérôme
    Merci pour cet article dans lequel j’ai trouvé beaucoup de conseils qui me correspondent, principalement celui sur les paragraphes qui n’est pas souvent mis en avant.
    En tant que lectrice, je trouve assez rébarbatif d’avoir seulement un ou deux paragraphes par page quand il n’y a pas de dialogue. Rien ne vaut un texte bien aéré, avec certaines phrases et révélations mises en évidence.

    (5/5)
  5. Bonjour Jérôme,

    Ton article est très intéressant, comme toujours et je trouve les conseils de l’autrice très judicieux.

    Je n’ai jamais lu de romans d’Anne Rice, les vampires étant un thème qui ne m’attire pas particulièrement.
    Mais…
    Ton billet me donne très envie de découvrir cet autrice.
    Et comme j’adore découvrir, grand merci, Sieur Jérôme. 😉

    (5/5)

Laisser un commentaire

Vous avez aimé cet article?