Comment développer son imagination

Comment développer son imagination
Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  • 2
  •  

L’imagination est pour moi l’un des plus grands trésors de la nature humaine, et développer son imagination est une préoccupation de tous les jours. Je la vénère à tel point que j’en ai fait le sujet principal de ma série jeunesse « Charlie et le magicien invisible ». L’imagination y est considérée comme une force, un pouvoir que l’homme peut maîtriser pour créer de grandes ou de terribles choses.

Pour un auteur de fiction, l’imagination est un carburant. C’est elle qui va alimenter le fil de votre écriture à mesure que vous en déroulez la bobine. C’est l’essence de votre voiture de course, le vent dans les voiles de votre trimaran, l’hydrogène dans votre fusée. Sans elle le meilleur logiciel d’écriture sera aussi efficace qu’une brique et la maîtrise des techniques narratives aussi utile qu’un frigo dans le cercle polaire. Si vous ne développez pas votre imagination, vos histoires feront du surplace.

Dans cet article, je vous donne 5 façons qui ont fait leurs preuves pour développer son imagination. Cinq conseils faciles à mettre en œuvre dans votre vie de tous les jours.

Et tout à la fin de cet article, je vous donne ma solution ultime pour muscler votre créativité et la rendre plus réactive. Grâce à elle, votre imagination sera tellement bodybuildée que votre cerveau se transformera en une usine à idées que vous aurez du mal à arrêter.

Et ce n’est qu’une seule de ses très nombreuses vertus.

Image par 453169 de Pixabay

1 — Développer son imagination grâce à celle des autres

Lisez, oui…

C’est un conseil largement répandu auprès des auteurs, la lecture est une activité presque obligatoire pour ceux qui veulent traduire leurs pensées en mots. En lisant de la fiction ou de la poésie, non seulement vous allez découvrir l’imaginaire et l’univers d’un autre auteur, mais vous en imprégnerez la vôtre.

Les idées des autres sont une source inépuisable d’inspiration, pas forcément pour créer des œuvres de votre cru, mais pour laisser vagabonder votre esprit sur un chemin balisé par un autre.

Et si Luke Skywalker avait basculé du côté obscur ?

Et si Saroumane s’échappait de sa tour, devenue sa prison ?

Et si les créatures d’Hagrid se retournaient contre lui ?

Etc.

Certains vont au bout de leur idée et font ce qu’on appelle du FanArt : le développement d’histoires de leur cru dans un univers créé par un autre et dont ils sont fans. Ce n’est pas exploitable commercialement pour des raisons de droit, mais cela reste un bon exercice pour développer son imagination tout en s’amusant.

… mais pas que.

Il n’y a pas que les livres dans la vie !

« Ah bon ?! »

Non, non 😉

Théâtre, cinéma, série, peinture, sculpture, jeux vidéo tout est bon pour servir de point de départ au vagabondage de l’esprit.

Visitez un musée, installez-vous devant une œuvre qui vous interpelle (même si vous ne savez pas pourquoi) et laissez libre cours à vos fantasmes. Ils sont une source intarissable de nouveautés et de nouvelles pistes à explorer.

Les musées (tous les musées) sont des lieux d’échanges autant que de culture. Discuter sur ce qu’une sculpture ou une peinture vous inspire avec votre compagnon, vos enfants ou un inconnu est très enrichissant. Il vous en restera toujours quelque chose et, parfois, vous pouvez découvrir une pépite de connaissance ou d’inspiration.

2 — Multipliez les expériences

L’imagination est stimulée par tous vos sens et pas seulement la vue. L’audition, l’odorat et le sens tactile permettent de développer son imagination si celle-ci est sollicitée.

Pour découvrir de nouvelles sensations et, en même temps, muscler vos neurones, vous devez multiplier les expériences dans des secteurs divers et variés.

(Lisez l’article : “Faire évoluer son cerveau pour avoir des idées“)

Quelles expériences ? me demanderez-vous. Toutes.

Elles sont toutes bonnes à prendre dans la mesure où elles ne vous mettent pas inutilement en danger : une dégustation de vin, la cuisine exotique, le camping sauvage dans un bois, un spectacle inédit, une ballade en moto, une séance de massage, etc.

Tout est bon à prendre.

Il n’est pas nécessaire de disposer de moyens financiers gigantesques pour multiplier ses expériences. Parfois de simples petits changements dans la vie de tous les jours suffisent à développer son imagination : prendre un nouvel itinéraire pour aller travailler, changer de menu à la cantine, se lever une heure plus tôt (ou plus tard), prendre un thé plutôt qu’un café, etc.

Ces petits changements sont appelés des micro-innovations. En sortant de notre routine, elles obligent notre cerveau à augmenter à créer de nouvelles liaisons neuronales et développent l’imagination et la créativité.

Multipliez les expériences
Image par Danny Springgay de Pixabay

3 — Inventez en permanence

L’imagination est un muscle. Plus vous vous en servez et plus elle sera puissante et réactive.

Certaines personnes ne font pas l’effort de chercher et d’inventer si elles n’y voient pas d’utilité ou de sens. Un auteur pourrait, par exemple, considérer qu’il ne va pas perdre son temps à créer une intrigue s’il ne va pas écrire le roman qui lui correspond.

Ces personnes ont tort.

L’imagination n’a pas besoin d’être utile. Elle peut être sollicitée en permanence pour inventer de nouveaux objets qui ne seront jamais créés, des chansons qui ne seront jamais jouées ou des histoires qui ne seront jamais écrites.

Et les sujets d’invention ne manquent pas. Si vous regardez autour de vous, là, tout de suite, maintenant, je suis sûr qu’il y en a une bonne dizaine qui vous attend.

Un exemple ?

Ma merveilleuse épouse et moi avons une petite tradition que nous apprécions particulièrement.

Une ou deux fois par mois, nous nous installons à la terrasse d’un bar ou d’un restaurant sur un lieu de passage. Je pose un stylo et mon carnet à idée sur la table et nous observons les gens.

En fonction de son look, de son attitude, de ce qu’il dégage et, surtout, de ce qu’il nous inspire, nous allons développer toute une histoire autour d’un simple passant (qui ne se doute de rien, le pauvre).

Nous échangeons parfois longuement autour d’une idée, car nous mettons un point d’honneur à ne pas tomber dans le cliché. Nous discutons, débattons et nous nous faisons des propositions jusqu’à ce que nous soyons d’accord sur la qualité de l’histoire. Quand c’est le cas, je la résume en une ou deux phrases sur mon carnet avant de choisir une autre personne.

Ces histoires seront-elles écrites un jour ? Je n’en ai aucune idée. Certaines oui, la plupart non, mais peu importe. C’est un exercice très efficace, et un moment de complicité que je retrouve toujours avec plaisir.

4 — Observez les enfants

Je ne me lasse jamais d’observer les enfants jouer. Parce qu’ils connaissent si peu de chose sur le monde qui les entoure, ils laissent une énorme place pour leur imagination qu’ils laissent vagabonder comme bon leur semble.

Il n’y a pas de barrière, pas d’autocensure, pas de limite à ce qu’ils acceptent et à ce qu’ils proposent entre eux.

Certains vous conseilleraient sans doute d’aller jouer avec eux pour développer votre imagination, mais, si c’est votre but, je pense que c’est une erreur.

Il est préférable de se mettre en retrait et de les observer.

Notre esprit trop cartésien d’adulte cherchera toujours à imposer des règles, des logiques, du sens dans ce que nous proposerons. En faisant ainsi, nous bridons la créativité des enfants, nous la bornons.

Ils viendront à la logique et aux règles bien assez tôt. Laissez-les en profiter un peu. 😉

Les enfants ont une imagination sans limite
Image par Daniela Dimitrova de Pixabay

5 — Jouez !

Je vous avais promis des techniques faciles à mettre en œuvre tous les jours. En voilà une que vous pouvez pratiquer en famille et qui permet de développer son imagination tout en passant un bon moment : les jeux de société.

Éteignez la télé et sortez les boites en carton de la naphtaline. Aujourd’hui, le choix en termes de jeu s’est considérablement étoffé. Fini les parties de Monopoly interminable, régalez-vous avec cette petite sélection que je vous propose et musclez votre imagination :

Cranium

Pour avoir le droit de lancer le dé et de faire avancer votre pion sur le plateau, vous devez vous soumettre à une petite épreuve. Dessin, pâte à modeler, mime, chanson, bruitage… toutes les façons d’être créatif y passent.

Mysterium

Un meurtre a été commis il y a de nombreuses années. Pour que l’esprit du défunt repose en paix, une équipe de médiums doit déchiffrer les visions envoyées par son fantôme. Un jeu coopératif où vous devez vous mettre à la place des autres joueurs.

Barabistouille

Un bar, des personnages hauts en couleur et un sujet de discussion. À tour de rôle, chaque joueur doit incarner le personnage qui lui a été affecté et donner son avis sur le sujet comme un bon pilier de bar. Mettez-vous dans la peau de votre personnage et lâchez-vous. Mon préféré !

Concept

Faites deviner un mot ou une expression en posant des pions sur un plateau d’images prédéfinies. Pas de mot, pas de geste. Vous devez conceptualiser votre sujet pour qu’il apparaisse clairement aux autres joueurs.

Barabistouille: un jeu pour s'éclater en imaginant

Maintenant, je vous propose LA super technique qui permet de développer son imagination et de regrouper l’ensemble des bienfaits des cinq premières en une seule et même activité : l’inspiration du travail des autres, un nombre illimité d’expériences, une soif de proposition et d’invention permanente et le tout en jouant et dans une ambiance ultra-sympathique.

(Lisez l’article: “4 erreurs à éviter pour protéger sa créativité artistique“)

Entrez votre email pour lire la suite 🙂

Et recevez gratuitement le Plan Marketing pour auteur et bien d'autres cadeaux

Je hais les spams: votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. En vous inscrivant ici, vous recevrez des articles, vidéos, offres commerciales, podcasts et autres conseils pour devenir un auteur indépendants et tout ce qui peut vous y aider directement ou indirectement. Voir mentions légales complètes en bas de page. Vous pouvez vous désabonner à tout instant.

Merci pour votre inscription. Vous avez reçu un email contenant le lien vers le Plan Marketing pour auteur et bien d’autres cadeaux. Vérifiez votre boîte spam pour vous assurer de l’avoir bien reçu.

Pour écouter la suite de votre podcast, cliquez ici.

Lancez-vous dans l’improvisation théâtrale !

Je fais de l’improvisation théâtrale depuis maintenant dix ans au sein d’une troupe et c’est une activité qui ne cesse de me surprendre par sa richesse et ses vertus.

Pour expliquer son fonctionnement en quelques mots : un maître du jeu donne un sujet d’improvisation (un mot ou une phrase) et une manière de jouer, appelée catégorie, aux joueurs. Ces derniers ont un temps de réflexion allant de 0 à 30 secondes avant d’improviser une scène seul ou à plusieurs devant un public.

Il existe de très nombreuses façons de faire de l’impro : les spectacles de cabaret, les matchs où deux équipes s’affrontent, le catch (2 contre 2), les impros longues, etc.

L'impro théâtrale développe l'imagination dans un esprit d'équipe et d'entraide
Image par Mauricio Keller Keller de Pixabay

Pourquoi est-ce le meilleur moyen de développer son imagination ?

Parce qu’improviser, c’est comme écrire : cela s’apprend, et cela suit une liste de principes précis.

Ces principes sont indispensables pour pleinement profiter de l’activité et pour canaliser sa créativité et développer son imagination. Ils sécurisent le joueur dans son jeu et garantissent aux spectateurs de passer une bonne soirée.

Je vous donne ici les 3 plus important (il y en a d’autres) :

1 — Écouter

Quand vous êtes sur scène, vous n’êtes généralement pas seul, mais avec un partenaire. En jouant, ce partenaire va vous faire des propositions par ses paroles, son langage corporel et l’intonation de sa voix.

Vous devez être attentif à ses propositions, car ce sont les billes qu’ils vous donnent pour inventer votre personnage et créer l’intrigue de votre histoire.

Si les joueurs ne s’écoutent pas, alors chacun développe son histoire dans son coin, personne ne tient compte des propositions de l’autre et l’histoire est bancale et inintéressante.

Ces propositions sont donc ce sur quoi vous allez construire votre personnage, le conflit et l’enjeu de votre improvisation.

2 — Accepter

Le 2ᵉ principe découle directement du premier. Si un joueur vous fait une proposition, vous devez obligatoirement l’accepter.

Pas question de refuser sous prétexte que la proposition ne colle pas à ce que vous aviez prévu dans votre petite tête. C’est de l’improvisation.

Vous devez donc l’accepter et faire avancer l’histoire en fonction de ce qui vient juste de se passer. Vous devez forcer votre cerveau à inventer vite et bien la suite de votre histoire en partant de cette contrainte. Vous n’avez pas le choix.

Le syndrome de la page blanche est interdit en impro.

3 — Rebondir

Vous avez écouté la proposition de l’autre, vous l’avez accepté, maintenant vous devez rebondir avec votre propre proposition.

La tentation de laisser l’autre se débrouiller peut parfois être tentante, mais c’est un travail d’équipe et ça ne se fait pas de laisser tomber les copains.

Une fois que vous avez fait votre proposition, c’est à votre partenaire de reprendre au principe n° 1 et de continuer… et ainsi de suite jusqu’à épuisement.

Le nombre d’expériences différentes est tout bonnement illimité, car le nombre de sujets est infini et que leur déclinaison en fonction des catégories et des différents partenaires porte ce nombre à l’infinie puissance infini. Répéter deux fois la même improvisation est tout bonnement impossible et votre imagination est en ébullition permanente.

Il n’est pas rare que j’aie des difficultés à m’endormir lorsque je pratique l’improvisation en fin de journée, car mon cerveau entre en mode hyperactif. J’en profite donc pour faire une petite séance d’écriture car les idées arrivent par paquet de douze (et il serait dommage de ne pas en profiter).

Développer son imagination grâce à l'impro théâtrale
infographie empruntée au site http://ouiethop.com/

Les autres vertus de l’improvisation

Si développer son imagination ne suffit pas à vous convaincre, voici une liste non exhaustive des bienfaits de l’improvisation théâtrale :

– Développer la confiance en soi,

– Apprendre à parler en public,

– Lacher-prise

– Savoir rebondir sur ses erreurs,

– Développer le sens de l’observation,

– Du fun. Beaucoup, beaucoup, beaucoup de fun : D

« Oui, mais moi… »

Les arguments que l’on me sort le plus souvent quand je propose à quelqu’un d’essayer l’impro :

« Oui mais moi, je ne saurais pas quoi dire ! »

L’expérience m’a démontré que les débutants sont les plus difficiles à faire taire.

« Oui mais moi, je suis timide. »

Mon expérience m’a démontré que ce sont bien souvent les plus timides qui se révèlent être de véritables bêtes de scène.

« Oui mais moi, je n’ai pas ça par chez moi. »

L’improvisation théâtrale s’est démocratisée et largement répandue ces dernières années, si bien qu’il y a 90 % de chance pour qu’il existe une petite troupe qui accueille les débutants pas loin de chez vous. Tapez « improvisation » et le nom de votre ville dans Google, et vous verrez.

Vous l’avez compris, je ne peux que vous conseiller d’essayer cette activité si vous ne connaissez pas. La plupart des troupes sont composées de personnes bienveillantes qui laissent le jugement au vestiaire avant de jouer.

La seule chose que vous risquez… c’est de devenir accro 😉

Que vous mettiez en pratique une ou plusieurs de ces techniques, souvenez-vous que l’imagination est un muscle et que, comme n’importe quel sportif, vous devez l’entrainer régulièrement si vous voulez qu’elle soit performante. Les auteurs sont des athlètes de l’imagination, votre entrainement doit donc être de niveau olympique.

Et vous ? Quelles sont vos techniques pour développer votre imagination ? Comment vous y prenez-vous pour stimuler vos neurones dans le bon sens ? Quelle place occupe l’imagination et la créativité dans votre vie?

Dites-le-moi dans les commentaires.


Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  • 2
  •  

1 commentaire sur “Comment développer son imagination”

  1. J’ai passé les quarante premières années de ma vie à emmagasiner des références en quelque sorte, au grand dam de ma femme qui veut que je fasse de la place ! Livres, bandes dessinées, cinéma, séries, jeux vidéos, jeux de plateau, jeux de rôle, musiques de films, on peut dire que j’etais acheteur plus que compulsif, voire collectionneur. À présent que je crée quelques histoires, je me surprends à retrouver des références en relisant mes romans que je n’avais pas réfléchies à la base. Il y en a des conscientes et beaucoup d’inconscientes. Quelquefois je relis un passage et je me dis “ah oui ça vient de là”. Je “régurgite” mes références maintenant. Même si le mot n’est pas beau c’est je pense le plus précis !

Laisser un commentaire