Construire un arc de personnage

Construire l'arc d'un personnage
Partagez l'article

A quoi sert un arc de personnage ? A le faire évoluer. A faire de lui un être complexe et crédible qui va s’adapter à son environnement, aux événements et changer sa psychologie, ses buts et son comportement.

Un bon personnage est bien plus qu’une liste de caractéristiques physiques et/ou mentales que l’on balance en début de roman pour expliquer « qui il est » avant de s’en désintéresser pendant les 300 pages qui suivent.

Il doit partir d’un point A et arriver au point Z sans oublier toutes les étapes qui se situent entre ces deux points.

(Lisez l’article : « Les 10 composants essentiels d’un personnage de roman« )

Pour traiter de ce sujet essentiel à l’écriture d’un roman, Lorenzo Villard, auteur du blog « Rouages de l’écriture« , nous propose le résumé du livre de David Wisehart « How to Write Great Characters ».

Ce livre − disponible uniquement en anglais − donne une méthode unique de création et de développement de personnages basé sur l’ennéagramme.

couverture howto write grgeat characters david wisehart

Cette chronique (et traduction) est un article invité écrit par Lorenzo VILLARD du blog Rouages de l’écriture.

Introduction

Qui est David Wisehart ?

L’auteur de ce livre se présente comme un écrivain, directeur et producteur à Hollywood − et un ancien producteur de jeux vidéos à Century Fox. Il a notamment :

  • Écrit, dirigé et produit une pièce de théâtre, une comédie musicale et un opéra
  • Été engagé pour ré-écrire une demi-douzaine de scripts
  • Écrit un best-seller de Fantasy Épique

À qui s’adresse ce livre ?

D’après David Wisehart, il s’adresse à tout auteur qui veut avoir du succès, en découvrant un ensemble d’outils pour créer des personnages captivants. Il n’y a aucun prérequis, si ce n’est de venir avec un esprit ouvert et l’envie d’apprendre.

Qu’est-ce qu’une histoire ?

Quelqu’un veut quelque chose, et a du mal à l’obtenir. Définition d’une histoire selon David Wisehart

L’histoire et les personnages

Les histoires naissaient des personnages. Dans la plupart des histoires, ces personnages sont humains pour que l’audience puisse s’identifier en eux. Les gens écoutent des histoires pour apprendre sur eux-mêmes, sur les autres et sur le monde. Il faut donc, en tant qu’auteur, un outil pour :

  • Se comprendre soi-même
  • Comprendre les autres
  • Créer des personnages
  • Créer les arcs narratifs de ces personnages

L’ennéagramme

Et le meilleur outil que David Wisehart ait trouvé pour cela est l’ennéagramme. C’est un modèle qui catégorise les humains en neuf personnalités types. Chacune est dominée par une peur, qui influence ses actes, pensées et sentiments.

Décomposer une histoire

À présent, on va décomposer la phrase « Quelqu’un veut quelque chose, et a du mal à l’obtenir » pour l’expliquer, morceau par morceau.

histoire

« Quelqu’un veut quelque chose… »

Le personnage a un but externe, lié à ce qu’il veut. Il en est conscient dès le début de l’histoire.

Ce personnage aussi un but interne, qui est ce dont il a besoin. Il n’en prend conscience qu’au fur et à mesure de l’histoire.

Je pensais que je voulais X, mais ce dont j’avais besoin depuis le début, c’était Y.

« Quelqu’un veut quelque chose et a du mal… »

L’histoire va placer des difficultés croissantes en face du personnage, rendant sa tâche quasi impossible. Malgré les échecs, les personnages continuent d’essayer, encore et encore. Jusqu’à ce qu’ils n’aient plus qu’un ultime choix, qu’ils avaient évité jusque là : changer.

Heureusement pour les auteurs, il existe des motifs qui montrent comment et pourquoi les personnages changent.

« Quelqu’un veut quelque chose et a du mal à l’obtenir »

Le personnage change, et obtient ce qu’il voulait. Happy ending !

Ou alors il refuse de changer et n’arrive pas à avoir ce qu’il souhaitait. Mauvaise fin.

Enfin, le personnage peut changer, ne pas obtenir ce qu’il voulait, mais obtenir à la place ce dont il avait besoin. « On ne peut pas toujours avoir ce qu’on veut ».

Pourquoi a-t-on besoin de bons personnages ?

Les bons personnages nous enseignent des choses sur nous-mêmes et nous apprennent à survivre dans ce monde.

Ce qu’un homme peut faire, un autre le peut aussi Anthony Hopkins

C’est pour cela que nous avons besoin de héros : pour nous montrer la voie.

Si tu veux avoir la réponse de Brandon Sanderson à cette même question, j’ai fait le résumé de l’un de ces cours sur les personnages.

Neuf peurs fondamentales et neuf archétypes de personnages

L’ennéagramme décrit neuf peurs fondamentales, qui façonnent la personnalité. Une peur dominante et profonde, cachée derrière toutes ses autres craintes.

Présentation des peurs et des archétypes liés

  1. Devenir maléfique : Ces personnages ont peur d’être corrompus. Ils vont éviter les reproches, essayer d’être consistants et de pouvoir justifier leurs actions. Leur archétype est le Réformateur.
  2. Ne pas être aimé : Ils veulent être aimés par-dessus tout. Pour cela, ils donnent eux-mêmes beaucoup d’amour − et en reçoivent souvent moins. Leur archétype est le Soutien.
  3. Ne pas avoir de valeur : Ils veulent se sentir utiles, et ont besoin de l’attention des autres. Leur archétype est le Battant.
  4. Être insignifiant : Ils ont peur de perdre leur identité et placent leurs besoins émotionnels en priorité. Leur archétype est le Romantique.
  5. Être incompétent : Ces personnages travaillent dur pour devenir doués et sont en général très intellectuels. Leur archétype est l’Observateur.
  6. Se retrouver sans aide : Ils ont besoin de se sentir en sécurité. Ils recherchent l’approbation des autres au sein de communautés. Leur archétype est le Loyaliste.
  7. Se sentir privé de quelque chose : Ils apprécient la vie et recherchent de nouvelles expériences. Ils sont très extravertis et détestent être piégés dans leur souffrance interne. Leur archétype est l’Épicurien.
  8. Se faire contrôler : Des personnages confiants et indépendants. Ils tendent à mettre leurs émotions de côté. Leur archétype est le Chef.
  9. La séparation : Veulent à tout prix éviter la perte et cherchent la paix et l’harmonie. Leur archétype est le Médiateur.
achétypes personnages

Forces et risques des archétypes

Forces

S’ils maîtrisent leur peur fondamentale, chaque archétype se trouve doté de forces qui lui sont propres.

  1. Le Réformateur : Réaliste, autodiscipliné, inspirant
  2. Le Soutien : Généreux, attentionné, pertinent
  3. Le Battant : Optimiste, confiant, charitable
  4. Le Romantique : Créatif, inspirant
  5. L’Observateur : Pertinent, inventif, sage
  6. Le Loyaliste : Responsable, réaliste, plein de compassion
  7. L’Épicurien : drôle, spontané, enthousiaste
  8. Le Chef : confiant, énergétique, protecteur
  9. Le Médiateur : paisible, généreux, empathique

Risques

S’ils laissent leur peur les dominer, chaque archétype va montrer son côté obscur.

  1. Le Réformateur : névrosé, impitoyable de son combat contre le mal
  2. Le Soutien : Possessif, victime manipulatrice
  3. Le Battant : Malhonnête, hostile, tendances psychopathes
  4. Le Romantique : Tourmenté, haine de soi, autodestructeur
  5. L’Observateur : Nihiliste, psychotique, suicidaire
  6. Le Loyaliste : Contrôlant, défensif, imprévisible
  7. L’Épicurien : Impulsif, maniaque, autodestructeur
  8. Le Chef : Dominant, agressif
  9. Le Médiateur : apte aux jugements, borné, passif-agressif.

Si ça t’intéresse, le livre discute plus en détail chaque archétype de personnage, leurs forces, leurs faiblesses, et donne des exemples historiques.

Les neuf étapes d’un arc narratif captivant

Le but d’un bon arc narratif est de créer un changement crédible et satisfaisant pour le personnage. Voici les neuf étapes de progression d’un personnage, du meilleur qu’il puisse être au pire − une descente vers le côté obscur :

Vertueux

  • Libéré : Le personnage a dépassé ses peurs. C’est un humain accompli.
  • Capable : Il est stable mentalement, mais sa peur dominante est toujours présente.
  • Digne : Il reste un membre qui contribue à la société, mais ses peurs secondaires et ses désirs le font encore lutter.

Neutre

  • Partial : Le personnage a une tentation malsaine qui le pousse vers le côté obscur. Malgré tout, il reste attaché à la morale.
  • Contrôlant : Il essaye de se contrôler en portant un masque, en présentant aux autres une fausse version de lui. Ses mécanismes de défense contre ses peurs vont créer du conflit.
  • Surcompensant : Ses mécanismes de défense ne marchent plus correctement. Les gens sentent que quelque chose ne va pas avec ce personnage. Ils ont des comportements déplacés, voire malsains.

Côté obscur

  • Infracteur : À cause d’un trop grand stress, les mécanismes de défense ne fonctionnent plus du tout. Le personnage est en mode survie ; il doit se protéger, tout en essayant de sauver la face.
  • Délirant : La vision du monde de ce personnage est fortement altérée. Il a perdu pied avec la réalité et est compulsif. Il ne parvient même plus à porter un masque pour cacher leurs peurs.
  • Pathologique : Personnage extrêmement violent et destructeur − envers lui-même et les autres. Il a perdu toute morale et santé mentale.
arc narratif personnage

Utiliser ces neuf étapes du changement

Un personnage ne va pas passer du stage Pathologique au stage Libéré en une seule histoire. Ça prend du temps, ce ne serait pas crédible. La plupart des arcs narratifs font monter un personnage d’un cran vers le haut ou le bas.

C’est difficile de monter dans cette hiérarchie − il est en revanche beaucoup plus simple de descendre.

Comment écrire des réactions types pour tes personnages ?

L’ennéagramme possède des flèches, qui font la connexion entre les différents archétypes que nous avons déjà vue :

ennéagramme
  1. Le Réformateur
  2. Le Soutien
  3. Le Battant
  4. Le Romantique
  5. L’Observateur
  6. Le Loyaliste
  7. L’Épicurien
  8. Le Chef
  9. Le Médiateur

Ces flèches sont appelées lignes de tensions (sens de la flèche) ou lignes de relaxation (sens inverse).

Bien sûr, les personnages préfèreraient se relaxer. Mais l’histoire en veut autrement. Quand le personnage affronte un (ou plusieurs) stress majeur, ils vont essayer de le gérer avec leurs propres outils − et échouer. Que vont-ils faire alors ? Utiliser les outils d’un autre archétype. Et commencer à se comporter différemment.

Étude de cas : Maléfique

Pour bien expliquer comment cela fonctionne, David Wisehart fait l’étude de cas du film Maléfique, qui utilise exactement ce schéma d’arc narratif. Maléfique va faire un tour complet de l’ennéagramme en passant successivement par six archétypes différents, avant de revenir changée à son archétype initial. Elle revient avec une meilleure morale.

Début de l’histoire

Maléfique est naturelle de l’archétype Chef ; elle a donc peur d’être contrôlée. Elle commence en tant que protectrice d’un royaume féérique.

Royaume qui se fait attaquer par le roi Henry. Maléfique réussit à le défendre, mais dans la bataille, elle blesse mortellement le roi. Dans ces derniers instants, il promet son royaume à celui qui tuerait Maléfique.

Stephan, l’amour de Maléfique, est ambitieux. Alors, il la trompe et l’endort à l’aide d’une drogue. Il ne parvient pas à se résoudre à la tuer ; à la place, il lui coupe les ailes et les ramène dans le royaume, prétendant qu’elle a tué Maléfique. Il s’agit bien sûr pour elle du premier stress majeur de l’histoire.

Premier changement : type 5

ennéagramme

En suivant la flèche partant du type 8 (Chef), on se rend compte qu’elle se retrouve vers le type 5 (Observateur). Vu son état mental, elle se retrouve du côté obscur de ce type.

Elle se renferme sur elle-même, reste seule pour soigner ses blessures et préparer un plan pour contre-attaquer.

Deuxième changement : type 7

Maléfique devient la Reine Ténébreuse et cherche à présent la vengeance. Elle passe du type 5 au type 7 : l’Aventurier. Elle se met donc à prendre des risques et essaye d’échapper à sa douleur interne en agissant concrètement.

Elle quitte son château et sauve le corbeau Diaval, retenu prisonnier par les humains. Elle lui retire ses ailes à l’aide de magie et ce dernier devient un métamorphe, capable de se transformer en humain.

À présent, au lieu d’être la protectrice d’un royaume, Maléfique est devenue la maîtresse d’un sbire. Elle apprend aussi la vérité sur la trahison de Stephan, et créer une barrière de ronces impénétrables autour de son royaume féérique.

Quelques années plus tard, après la naissance de la fille de Stephan − Aurore −, Maléfique interrompt une cérémonie pour maudire cette fillette : à ses seize ans, elle plongera dans un sommeil éternel ; et seul un baiser d’amour pur pourrait la sauver. Elle a enfin sa revanche !

Troisième changement : type 1

Malgré tout, Maléfique n’est pas entièrement satisfaite de sa vengeance. Elle passe du type 7 au type 1 : Réformateur. Elle devient prompte à critiquer les autres.

Le roi Stephan envoie sa fille en sécurité, et Maléfique s’introduit dans sa cachette. Tout ce qu’elle trouve à dire « Ce bébé est si laid, je serais presque désolée pour elle ». Elle projette les sentiments qu’elle a envers elle-même sur cet enfant.

À cause de son côté perfectionniste de Réformateur, Maléfique estime que les fées qui devaient s’occuper de la petite Aurore ne sont pas assez compétentes ; alors elle envoie son corbeau pour donner du nectar à l’enfant.

Quand Aurore grandit et rencontre enfin Maléfique, cette dernière lui dit qu’elle n’aime pas les enfants. Mais quand Aurore commence à partir, Maléfique est attristée.

Quatrième changement : type 4

Alors Maléfique amène Aurore à travers les murs de ronces de son royaume féérique. Aurore est émerveillée par ce royaume. Elle ignore ses origines royales et prend Maléfiques pour sa marraine.

Maléfique, au lieu de la corriger comme ferait un Réformateur, elle se prêt au jeu comme le ferait un Romantique, du type 4. Cette relation avec Aurore commence à réveiller les sentiments étouffés de Maléfique.

Cinquième changement : type 2

À présent, Maléfique veut sauver Aurore de la malédiction qu’elle a elle-même lancée. Mais elle n’y arrive pas. Elle désespère, car elle est persuadée qu’il n’existe pas d’amour pur, et qu’elle est donc condamnée.

Peu avant de tomber dans ce sommeil éternel, Aurore apprend la vérité sur Maléfique et fuit le royaume féérique. Elle retourne au château de son père avant de s’endormir.

Sixième et dernier changement : retour au type 8

Maléfique a à présent peur de perdre Aurore. Elle recommence à se comporter comme un Chef. Elle libère son sbire corbeau de son emprise, et se rend au château du roi.

Elle exprime alors ouvertement ses sentiments vis-à-vis d’Aurore, et l’embrasse sur le front ; alors, Aurore se réveille. L’arc de Maléfique est à présent terminé !

Tu peux retrouver dans le livre l’étude de cas complète.

Conclusion sur « How to Write Great Characters » de David Wisehart

couverture howto write grgeat characters david wisehart

Ce livre présente une méthode originale pour la création de personnages et la construction de leurs arcs narratifs.

Je tiens à préciser par honnêteté intellectuelle que la théories des personnalités l’ennéagramme appliquée à l’être humain est rejetée par la science ; car les personnalités humaines varient par dégrée, pas par type. Les humains sont plus ou moins courageux, pas simplement courageux ou lâches (ce qui me fait penser à l’idée de curseurs de Brandon Sanderson). De plus, les catégories de l’ennéagramme ne viennent pas d’observations empiriques. Ces idées ne sont pas intrinsèquement bonnes ou mauvaises, mais elles ne sont pas testées scientifiquement.

Cela étant dit, l’ennéagramme peut rester pertinent pour la création de personnages ; il ne faut simplement pas penser qu’il s’agisse de la seule façon de faire. Ce qui est intéressant est l’idée de justifier les traits de personnalité des personnages − ce qui leur donne profondeur et crédibilité. L’ennéagramme le fait avec une peur profonde, qui est en effet une idée puissante.

En conclusion, ce n’est pas une méthode qui me parle personnellement, mais peut-être te conviendra-t-elle ; c’est pour ça que je te la partage 😉

Récapitulatif final du livre :

Points forts :

  • Une méthode originale pour créer le squelette d’un personnage et de son arc narratif.
  • Une lecture rapide
  • Une approche utilisée dans des films à succès

Points faibles :

  • Une approche de la personnalité trop simple, et non conforme à la science actuelle.

Ma note subjective :

note 3 sur 5

Partagez l'article

1 commentaire sur “Construire un arc de personnage”

  1. Merci pour cet article.
    Je reste effectivement circonspect sur les changements de type, mais les définitions d’origine et les peurs associées sont des idées intéressantes pour réfléchir.

Laisser un commentaire

Vous avez aimé cet article?