12 choix à faire avant de vendre ses livres

Partagez l'article
  •  
  •  
  •  

Quand on réfléchit au monde de l’édition, au travail et aux connaissances qui sont nécessaires pour vendre ses livres, on est en droit de se demander si l’écriture n’est pas la partie la plus « facile » de toute la démarche.

Liste e-mail, publicité, réseaux sociaux, salon, dédicace, boutique en ligne, Amazon, exclusivité, diversification, preuve sociale, autorité, etc. Il existe autant de stratégie pour vendre ses livres que d’auteur et il est bien naturel qu’un écrivain étranger au monde du marketing se sente totalement largué, car c’est une véritable jungle.

Si vous vous êtes déjà intéressé au sujet, vous avez forcément remarqué la multitude de conseils, parfois contradictoires, qui sont donnés d’un livre à l’autre, d’un blog à l’autre ou parfois au sein d’une seule et même source. Pour être honnête, je ne serais pas surpris que cela soit déjà arrivé sur ce blog malgré mes efforts pour rester cohérent.

Cela ne signifie pas que l’auteur ne sait pas de quoi il parle ou que, sur deux experts, l’un a raison et l’autre a tort. Non, cela signifie que les deux experts ne parlent pas de la même stratégie pour vendre ses livres. C’est à partir de cette stratégie globale que des décisions plus opérationnelles du style « Pub Facebook ? » ou « Pas de pub Facebook ? » pourront être déclinées.

La mauvaise nouvelle, c’est que votre stratégie marketing ne sera jamais stable. Elle va constamment évoluer en fonction de votre livre, de votre état d’esprit et de votre définition personnelle du succès ou, en d’autres termes, de votre objectif.

La bonne nouvelle est que cette stratégie marketing peut-être traduite en une suite d’options binaires sur lesquels vous pourrez revenir aussi souvent que vous le désirez pour la mettre à jour. Il n’y a pas de bons ou de mauvais choix, mais il y a une bonne combinaison de tous ces choix à un moment donné. C’est là que le souci de cohérence doit avoir sa place.

via GIPHY

1 — Court terme ou long terme ?

Si vous avez prévu de n’écrire qu’un seul livre de toute votre vie, votre vision marketing sera sans doute sur le court terme.

Publicité, création d’événements, soirée de lancement, etc. Cela marche très bien pour le lancement d’un livre et pour vous propulser dans les classements, mais c’est une tactique qui coûte cher et perd en efficacité avec le temps. Après tout, quand on est numéro un, il n’y a qu’une direction dans laquelle aller.

Si vous voulez vous créer une carrière en tant qu’auteur, vous devez penser sur le long terme. Vous voulez créer un système qui vous permettra de générer un revenu régulier en vendant vos livres chaque mois.

Tout d’abord, cela implique d’avoir plus d’un livre dans sa bibliographie, mais aussi de construire une liste e-mail et d’autres activités marketing.

(lisez l’article : 5 méthodes pour construire sa liste e-mail)

2 — Concentré ou éclectique ?

Certains auteurs se concentrent sur une seule marque, un seul genre et donc un seul type de marketing. Ils explorent leur genre en profondeur et deviennent des experts sur une seule stratégie.

Cela simplifie les choses, mais les rend dépendants d’un seul système. Si cette stratégie s’écroule, si ce genre n’est plus en vogue, tout s’arrête.

D’autres auteurs aiment s’éparpiller sur divers genres et essayer d’autres techniques. Ces auteurs ne peuvent pas se concentrer sur une seule forme de marketing, ce qui les oblige à être plus investis dedans.

Les deux peuvent très bien réussir, et cela dépend avant tout de la personnalité de l’auteur. C’est la raison pour laquelle il est inutile de comparer ses résultats avec ceux d’un autre auteur qui utilise une autre stratégie dans un autre contexte.

3 — Rentrée d’argent ou construction d’une marque ?

Certaines activités marketing sont faites pour directement vendre ses livres et faire rentrer de l’argent alors que d’autres sont là pour construire une marque.

Par exemple : être l’invité d’une émission de télé nationale sera fantastique pour faire connaître votre nom d’auteur. Idem en ce qui concerne l’organisation d’une soirée de lancement pour votre nouveau livre. Cela vous permettra d’agrémenter votre site internet et les réseaux sociaux d’articles de journaux et de photos qui serviront votre autorité.

(Lisez l’article : l’autorité)

Mais si vous attendez de la monnaie sonnante et trébuchante, vous avez tout intérêt à organiser une opération promotionnelle sur vos livres et payer des publicités pour y diriger des consommateurs.

via GIPHY

4 — Payer en temps ou en argent ?

Rien n’est gratuit sur cette terre.

Construire un site auteur peut être totalement gratuit. De la même façon, créer des outils de vente en ligne, rédiger du contenu pour attirer les lecteurs ou être présent sur les réseaux sociaux peut être fait pour la modique somme de 0 euro… mais vous le paierez avec votre temps libre.

(Lisez l’article: Comment trouver le temps pour écrire)

Si vous avez de l’argent et peu de temps, vous pouvez dégager le budget de votre choix pour votre stratégie marketing. Cela va de 5 € par jour pour des publicités Facebook à des centaines de milliers d’euros pour des publicités télévisuelles à des heures de grande écoute.

5 — Votre livre ou vous ?

Il existe deux façons pour vendre ses livres : soit en communiquant sur le livre lui-même, soit sur l’auteur c’est-à-dire vous.

Communiquer sur ses livres ne demande pas d’avoir une page Facebook ou même une liste e-mail. Cela dépendra grandement du référencement du livre et de l’algorithme du site distributeur basé sur les mots-clés, le titre du livre, la couverture, sa description et les commentaires laissés par les lecteurs.

Faire connaître votre identité d’auteur demande d’être très présent sur le net et les réseaux sociaux. Pour cela vous devez réaliser des interviews, des articles invités sur d’autres sites, une forte activité sur les réseaux sociaux, des événements en live et rester en contact avec vos lecteurs à travers votre liste e-mails.

Il est tout à fait possible de générer des revenus grâce à ces deux techniques et il est également possible de changer de stratégie indifféremment d’un livre à un autre. Vous n’êtes pas prisonnier de vos choix.

(lisez l’article : le Personal branding)

6 — Maison d’édition ou auto-édition ?

La vraie question est : « Qui aura le contrôle ? »

Si vous passez par une maison d’édition, vous ne serez pas en mesure de changer le prix de votre livre ou votre couverture, ou votre catégorie si vous le souhaitez. Ce sont des tactiques que beaucoup d’auto-édités utilisent pour augmenter leurs ventes.

La plupart des maisons d’édition opteront pour une stratégie marketing orientée vers les salons du livre, des événements en présentiel et des partenariats avec des blogueurs littéraires.

Les indépendants se concentrent généralement sur le marketing en ligne avec les publicités Facebook, des opérations de promotion, la création de coffret et d’autres activités qui nécessitent un contrôle total sur votre livre.

via GIPHY

7 — Exclusivité ou diversifié ?

Votre stratégie marketing va dépendre d’où et quand vous publiez votre livre.

Si vous souscrivez à l’offre KDP select sur Amazon en leur promettant l’exclusivité, alors vous aurez accès au programme KDP unlimited qui permet à des milliers de lecteurs d’emprunter votre livre et de vous rémunérer au nombre de pages lues. Ces lecteurs sont généralement des boulimiques de lecture qui peuvent dévorer des sagas en un week-end et aider grandement un auteur à vendre ses livres.

Le programme KDP select permet également de lancer des opérations de promotion ou de gratuité sur votre livre tous les trois mois.

Bien sûr, si vous êtes exclusif sur Amazon, vous ratez également l’énorme lectorat qui fait son marché sur Kobo, Lulu ou Ibooks et tous les autres distributeurs qui se créent chaque jour sur le globe.

8 — Publier vite ou publier lentement ?

Publier vite est une forme de stratégie marketing en soi, car l’algorithme d’Amazon privilégie les nouveaux contenus, tout comme Google.

Certains auteurs ont opté pour une publication rapide (tous les 60 ou 90 jours) et lancent régulièrement des opérations de promotion sur leurs anciennes publications afin de rester en haut des classements.

La majorité des auteurs choisissent de publier à un rythme annuel ou biannuel en se concentrant sur l’opération de lancement de chacun de leurs ouvrages et en se focalisant sur une stratégie à long terme.

Bien sûr, ce choix peut ne pas en être un. Cela dépend énormément de votre productivité en tant qu’auteur.

9 — En ligne ou en personne ? Local ou global ?

« En personne » correspond à tout ce que vous devrez faire vous-mêmes en présentiel. Par exemple une séance de dédicace ou une soirée de lancement.

L’avantage de ce type de marketing réside dans des ventes immédiates et la construction d’une marque personnelle au niveau local. Cela permet également de se développer une communauté.

L’inconvénient, vous vous en doutez, est que vous ne pouvez atteindre que les personnes qui sont présentes avec vous en même temps, ce qui est vite limité.

Pour le même effort, vous pouvez créer du contenu sur un blog, une vidéo ou un podcast qui vous permettra de toucher des milliers de personnes dans plusieurs pays.

Là encore, il est possible de faire les deux. Personnellement, j’oriente beaucoup d’effort pour développer mon blog et ma chaîne YouTube, mais j’éprouve du plaisir à organiser des séances de dédicace de temps en temps.

Je choisis le numérique pour l’efficacité et le réel pour le fun.

via GIPHY

10 — eBook ou papier ?

Je pense qu’il faut disposer des deux disponibles, mais il existe différentes formes de marketing pour différentes formes de livre.

Cette question est très liée à la précédente, car la version papier est très adaptée aux événements en présentiel. Un auteur peut vendre beaucoup d’exemplaires à l’occasion d’une conférence ou d’un salon.

Les livres pratiques sont généralement préférés en version papier pour que le lecteur puisse revenir dessus et relire certains passages.

Les versions papier partent également mieux à l’approche des fêtes de Noël. Il faut bien finir le rouleau de papier cadeau de l’année dernière ! 😉

Le marketing des ebooks, quant à lui, inclut des promotions et des exemplaires gratuits (ce qui coûte trop cher en production et frais postaux pour la version papier). Les exemplaires gratuits sont d’une efficacité redoutable pour les sagas. Offrez le premier volume et attendez que les lecteurs achètent les tomes suivants 😉

11 — Concentré sur les gens ou sur les données ?

Le marketing se divise en deux axes :

– l’analyse de données pour décider de sa stratégie et du ciblage des publicités,

– la réflexion sur la façon d’attirer des personnes qui ont des goûts et des schémas psychologiques similaires.

Le premier se concentre sur les informations chiffrées : le classement Amazon, la compréhension de son algorithme et l’émergence de nouvelles niches dans le marché. Il s’intéresse également aux mots-clés et au référencement SEO.

Le deuxième se base sur la communication orale, le partenariat avec d’autres auteurs, l’écriture d’articles de fond et la réalisation de podcast et de vidéos pour attirer l’attention de personnes qui vous ressemble et développer une relation de confiance.

Aucun n’est meilleur que l’autre dans l’absolu, mais l’un ou l’autre vous conviendra selon votre personnalité et vos aspirations.

Il y en aura forcément un qui vous attirera plus que l’autre. Mon conseil est de ne pas chercher à forcer votre nature. Si les chiffres vous rebutent, optez pour la deuxième. Si la communication vous donne des boutons, regardez les chiffres.

12 — Push marketing ou Pull Marketing ?

Le « push » (« pousser » en anglais) est également connu sous le nom du marketing interruptif dans le sens où il vous interrompt au milieu d’une activité pour vous « pousser » vers un message de vente. L’exemple typique est le spot publicitaire à la radio ou à la télévision qui interrompt votre programme préféré.

Le « pull » marketing a pour but « d’attirer » le client vers votre travail en lui offrant quelque chose qui l’intéresse. Il n’est plus poussé contre sa volonté, mais c’est lui qui vient tout seul jusqu’à vous pour profiter d’un contenu intéressant, divertissant ou inspirant que vous mettez à sa disposition gratuitement.

Cela permet de développer une relation avec vos lecteurs qui permettra à l’auteur de vendre ses livres sur le long terme et non sur le coup d’une impulsion générée par une publicité Facebook.

(Lisez l’article : « Le marketing de contenu »)

via GIPHY

Beaucoup d’options ? Beaucoup de choix à faire ? Pas tant que cela, car je suis sûr que vous vous êtes naturellement orienté vers l’une ou l’autre à mesure que vous lisiez l’article. Certains choix sont purement intellectuels (long terme/court terme), d’autres relèvent du bon sens, car ils correspondent à ce que vous êtes (concentré sur les données/sur les gens) ou sur ce que vous avez envie de faire (en ligne/en vrai).

Quels que soient vos choix, il est important de se souvenir des points ci-dessous :

D’abord, il n’y a pas de bon ou de mauvais choix, mais il faut tout de même garder une certaine cohérence pour vendre ses livres. Si vous vous orientez vers une stratégie locale avec des événements en présentiels, mais sans exemplaire papier de votre livre, vous risquez de connaître quelques déceptions.

Ensuite, ces choix ne sont pas figés. Vous allez changer en tant qu’auteur, mais également en tant que personne et vos livres vont suivre cette évolution. Les choix que vous faites aujourd’hui ne seront peut-être plus valables dans 5 ou 10 ans. C’est une bonne chose. Ne vous entêtez pas sur une stratégie si elle ne vous convient plus.

Enfin, souvenez-vous qu’il n’y a pas de formule magique en marketing. Essayez, testez tout à moindre coût et gardez ce qui marche le mieux tant que cela vous convient.

J’espère que cet article vous aura aidé à y voir plus clair et à dégager les grandes lignes de votre stratégie pour vendre vos livres, mais je dois vous faire un aveu. Il n’existe pas douze, mais treize choix à faire pour décliner votre stratégie marketing.

Je ne l’ai pas omise par superstition, mais parce que je suis curieux de savoir ce que vous en pensez. Alors, d’après vous, devez-vous écrire le livre qui plaira au marché ou écrire le livre qui sera cher à votre cœur, c’est-à-dire qui vous plaira à vous ?

Photo by Nathan Dumlao on Unsplash


Partagez l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

6 commentaires sur “12 choix à faire avant de vendre ses livres”

  1. Hello Jérôme.
    C’est une pépite cet article ! Très intéressant.
    Pour moi, c’est la liste-email ^^
    Tous les chemins mènent à Rome, et si Rome est le succès alors il existe de nombreuse route pour l’atteindre, le tout, c’est de trouver sa route 🙂

  2. Bonjour Jérôme, merci pour cet article dominical, toujours très complet.

    Pour moi, pas d’hésitation : il faut écrire le livre qui nous tient à cœur, rien d’autre.

    Très bonne journée et à mercredi !

  3. Merci Jérôme pour ces conseils qui vont m’aider à continuer à construire ma stratégie marketing pour mon prochain roman, suite d’une saga de 4 livres.
    Et pour te répondre, oui, j’écris des livres qui me tiennent à coeur, au risque de ne pas être dans le top chart des ventes, puisque ce n’est pas dans les thèmes à la mode. Mais le plus important est de se faire plaisir. Et de faire plaisir aux lecteurs qui aiment aussi lire d’autres histoires que celles dont ils connaissent déjà les scénarios tout faits.
    Et pour terminer, je dirais, merci depuis le début, parce que c’est aussi grâce à toi que j’ai commencé à penser à une stratégie marketing, ce qui n’était pas vraiment dans mes priorités quand j’ai écrit mon premier livre.

Laisser un commentaire